Informer en terres d’extrême droite

Capture d’écran : compte Twitter officiel de Robert Ménard, maire de Béziers

L’Atelier des médias est allé à la rencontre de journalistes de presse régionale qui couvrent des villes françaises dirigées par des mairies Front National (ou assimilés). En 2014, les élections municipales ont placé l'extrême droite à la tête de 14 communes. Comment travaillent les reporters locaux face au FN au pouvoir et à quoi s'exposent-ils en retour ? Reportage à Mantes-La-Ville, Fréjus et Béziers.

Ecoutez aussi : Le double-jeu médiatique du Front National : entretien avec Arnaud Mercier

Béziers : Robert Ménard en guerre contre Midi-Libre

Dans le centre ville de Béziers, cité méditerranéenne du département de l’Hérault, l’été 2016 a marqué un tournant dans les relations entre la rédaction du journal local et la municipalité. Les habitants et les touristes venus participer à la fête taurine annuelle ont pu découvrir d’étranges affiches sur les colonnes Morris de la ville. On y voyait un doberman tenant dans sa gueule un exemplaire du quotidien Midi-Libre. Le placard titrait « A qui appartient Midi-Libre?  A J-M Baylet, ministre des collectivités. Tous les jours l’info en laisse. » Derrière cette campagne : la municipalité, et plus particulièrement le maire Robert Ménard. Il accuse le journal d’être soumis à son propriétaire (depuis 2015) Jean-Michel Baylet, alors ministre des collectivités territoriales.

Les méthodes du maire de Béziers contre les journalistes qui ne lui sont pas favorables vont plus loin encore. Ancien journaliste, co-fondateur de l’ONG Reporters sans frontières mais aussi du site d’information identitaire et nationaliste Boulevard Voltaire, Robert Ménard a été élu avec le soutien du FN. Aujourd’hui, il est loin d’être le fervent défenseur de la presse qu’il était autrefois et s’en prend à la rédaction de Midi-Libre de manière régulière, en l’invectivant dans des communiqués officiels, sur les réseaux sociaux et dans le journal municipal.

 

Edition du 1e mai 2016 du Journal de Béziers, dans laquelle le journaliste Arnaud Gauthier est assimilé à un soldat nord-coréen
 

Arnaud Gauthier est chef d’agence pour Midi-Libre à Béziers, ce qui le place en première ligne. « Dès que les rapports avec Robert Ménard deviennent un peu houleux, il transforme ça en guerre. Une guerre dans laquelle il nous désigne comme un adversaire politique, ce que nous ne sommes absolument pas », explique le journaliste.

Lorsqu’on interroge Robert Ménard sur ces pratiques, il réagit avec véhémence : « Critiquer un journaliste de Midi-Libre serait donc une atteinte à la liberté d’expression ? Mais vous plaisantez ou quoi ? Si la presse est détestée par les Français, ce n’est pas sans quelques fondements. »

Fréjus : David Rachline « nous a interdit la table de presse du conseil municipal »

Eric Farel est chef d’agence du quotidien Var-Matin à Fréjus, dans le département du Var. Deux ans après l’arrivée à la mairie de David Rachline, cadre du Front National et proche de Marine Le Pen, son équipe et lui ont commencé à rencontrer des difficultés sur le terrain. Ils dénoncent des attaques publiques de la part de la municipalité (sur Facebook et dans le journal municipal) mais aussi des cas d’entrave à l’information.

En juin 2016, après une série d’articles qui a déplu à la municipalité, « le maire a pris la décision de nous interdire la table de presse du conseil municipal, et ce jour là, en plus, il a convoqué des proches du FN qui ont accueilli nos journalistes de façon hostile, avec des hurlements. Ensuite, il y a eu la suppression de l’information municipale: l’état civil et l’évènementiel. Et ce qui était plus grave encore, c’est qu’il a interdit à ses adjoints de nous parler », raconte Eric Farel. Nous avons sollicité une interview auprès du chef de cabinet David Rachline et auprès de son équipe de communication, sans réponse.
Eric Farel, chef de l'agence Fréjus/Saint-Raphaël pour Var-Matin. Crédit: Mélissa Barra

« Au mois de janvier dernier. David Rachline présente ses voeux à la population. Je vais donc couvrir l’évènement à Fréjus et quand j’arrive sur le parking, je tombe sur un gardien qui me demande qui je suis. Je décline mon identité et il me dit: “la presse, vous dégagez”. » -Eric FAREL, responsable de la rédaction de Var-Matin à Fréjus.


Mantes-La-Ville : « J’ai moins de difficultés avec Cyril Nauth qu’avec d’autres maires »

L’attitude de la municipalité de Fréjus contraste avec les témoignages recueillis dans une autre ville gérée par le Front National.  Mantes-La-Ville est la seule commune d’Ile-de-France dirigée par un élu d’extrême droite. Il y a trois ans, Cyril Nauth est arrivé à la tête de la mairie avec 30% des voix lors d’une quadrangulaire.

« Je m’attendais en 2014 à des difficultés. Déjà, pour un truc tout bête : mon nom et mon prénom, explique Mehdi Gherdane, journaliste au Parisien chargé de couvrir la région Mantaise.  Je m’attendais aussi à des difficultés parce que le parti n’est pas le meilleur communicant avec les journalistes. Mais je constate que j’ai moins de difficultés avec le maire, ici à Mantes-La-Ville, qu’ailleurs. »

Mehdi Gherdane va jusqu’à évoquer des « rapports de confiance » avec Cyril Nauth. Une relation qui s’explique, selon le journaliste, par la neutralité de la ligne éditoriale du Parisien. « Quand on a un sujet polémique, on a un traitement équitable : si je fais un papier de 60 lignes, il y a 30 ligne pour le maire et 30 lignes pour ses opposants. Je schématise, mais il faut vraiment que ce soit équilibré à la lecture. »

Claude Cécile photographie le maire Cyril Nauth lors du premier tour de l'élection présidentielle 2017. Crédit: Mélissa Barra

Claude Cécile est, quant à lui, reporter pour le journal hebdomadaire Le Courrier de Mantes. Le journaliste a une vision plus engagée du journalisme de proximité. « L’objectif est de me différencier radicalement de la communication politique. Si j’offre au maire des pavés dans mon journal, il va ressembler à son journal municipal. Ca ne m’intéresse pas et ça n'intéresse pas le lecteur non plus. » Une approche qui ne suscite pourtant pas de vives réactions de la part de Cyril Nauth, le maire de Mantes-La-Ville. L’édile répond aux articles qui lui déplaisent par voie de communiqués et dit ne pas ressentir « d’hostilité systématique » du Courrier de Mantes.

Les conflits avec la presse locale ne sont pas automatiques dans les 14 municipalités d’extrême droite. Ce sont surtout les villes ayant élu à leur tête une personnalité publique ou un cadre du Front National qui connaissent le plus de tensions. Ces territoires mettent en relief la relation ambiguë qu’entretient le premier parti d’extrême droite avec les médias.

Crédit: Flickr Creative Commons / Blandine Le Cain

Le double-jeu médiatique du Front National : entretien avec Arnaud Mercier

Lorsque Marine Le Pen a succédé à son père à la présidence du Front National, en 2011, elle a lancé une opération de métamorphose de son parti. Une stratégie, dite de “dédiabolisation”, visant à gommer le discrédit public lié à sa radicalité idéologique.

Cette tentative de normalisation s’est traduite par une ouverture nouvelle aux médias. Les figures du parti se sont montrées plus présentes sur les plateaux, plus accessibles aux micros et aux sollicitations des journalistes. En parallèle, le premier parti d'extrême droite de France n’a jamais cessé d’entonner un discours ouvertement anti-médias.

Je me suis entretenu avec Arnaud Mercier, professeur d'Information et Communication à l'Université Paris II. Pour le chercheur, le FN joue un jeu double vis-à-vis des médias. Une duplicité qui, selon lui, n’est pas sans conséquence. Ecoutez son décryptage dans l’émission de samedi 1e juillet 2017.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Melissa Barra est journaliste à L'Atelier des médias de RFI
@MelissaBarrra

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

📷 Suite et fin de notre série au festival Visa Pour l'Image-Perpignan,…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Rencontre avec Nicolas Grégoire, un ancien journaliste qui se présente comme…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Analyse de l'évolution de la profession de journaliste…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Des intox sur Irma ⬇…

Plus...