Indépendances africaines, 50 ans après : vos témoignages

La plupart d’entre vous sont probablement trop jeunes pour en témoigner directement. Mais la conquête de l’indépendance dans votre pays est une période sur laquelle vous avez peut-être entendu parler vos parents, vos proches, vos professeurs d’histoire ? Peut-être aussi reste-t-il des vestiges de la période coloniale dans votre vie quotidienne (des traditions culinaires ? des noms de rue ? Autres ?) Certains d’entre vous ont peut-être des photos, des lettres, des anecdotes à nous communiquer ? Quelle vision ont aujourd’hui les jeunes africains de ceux qui se sont battus pour l’indépendance de leur pays ? Quelles traces ont laissé ces glorieux ancêtres dans les mémoires et dans les mentalités d’aujourd’hui ?Sans que cela n’empêche le lancement d’une autre enquête (comme prévu sur vos propositions), la rédaction de Rfi sollicite les membres de l’Atelier des Médias sur un dossier qui lui tient à cœur, le cinquantenaire des indépendances africaines. Pour que vos témoignages complètent celle des experts et journalistes qui s’expriment déjà sur ce dossierMerci d'avance de vos contributions !
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • voilà une initiative intéressante qui mérite d'être saluée ! Je pense que cette initiative peut permettre de partager des expériences et de comprendre le présent.
    J'ai commenté le sujet de DABOU SALIFOU sur son article: 'IL FAUT RETROCEDER A LA FRANCE SES COLONIES' qui traduit rapidement ma pensée et peut-être celle d'Ali KONTAO ? Je ne parlerais pas de manipulation quant à la façon dont la France conçoit ses relations avec les pays africains. Les pays africains et leurs dirigeants sont dans ce cas dans une situation de rapport de force qui leur est défavorable. La France n'a plus réellement de politique étrangère "africaine", et dans ce sens elle laisse le champ libre à des initiatives plus personnelles au cas par cas pas qui pourraient être pires que l'ex-colonialisme.
  • Bonjour tout le monde;
    M. Magicien je vois que vous n'avez pas été en Afrique, alors sachez que les africains ont besoin de: nourriture, eau potable, santé, éducation, sécurité, ... et non de ce qu'on peut voir dans les villes.
    Merci.
  • Bonjour M. Magicien.
    Je m' interdis de m' ... En tout cas je n'ai ni peur ni honte de personne pour dire la vérité.
    J'ai failli pleurer en voyant votre commentaire ; je ne penses pas que tous avez une fois été en Afrique mais sachez qu'après 50 ans d' indépendance les africains ont besoin de : nourriture, eau potable, santé, l'éducation, la sécurité... pour tous et non de ce qui ce passe .
    Merci.
  • Bonjour tout le monde!
    Je viens cette fois ci seulement pour soutenir et encourager Binjamin dans ses idées que je n'avais pas vu.
    Portez-vous bien!
  • Est-il bon de s'exprimer de manière politiquement incorrect ?
    50 ans après, j'aurais envie de dire que la colonisation s'inverse. Maintenant, la France est vu comme une colonie de l'Afrique. On ne va pas rentrer dans les détails, il suffit de se promener dans quelques villes pour répondre à @Ali Kontao.
  • Bonjour Med Asli,
    Je viens de relire 2 de tes commentaires au sujet des indépendances.Je dis "tu" parce que nous sommes de la même communauté virtuelle qu'est cet atelier mais aussi de cette communauté virtuelle-bien que correspondant à un espace géographique" concret- qu'est l'afrique
    Je suis d'accord quand tu dis que "...le néocolonialisme est omniprésent" Cela signifie que l'instinct de domination dont parle Thomas Hobbes et qui gouverne les hommes et détermine en partie leurs rapports est aussi vieux que la vie humaine et pourrait ne jamais sortir de la vie humaine,comme un montre sort d'un corps exorcisé.
    Je me souviens avoir vu un jour dans le campus universitaire de l'université Cheikh anta diop,un jeune "étudiant"(?) arable renverser publiquement devant plusieurs ragards d'étudiants majoritairement sénégalais,la table d'un Témoin de Jéhovah qui était en train de s'adresser à un public.Hypothèse:quelques arabes aussi déterminés que celui-là auraient suffit pour dominer et tenir en silence une centaine d'étudiants sénégalais sans identité en ce sens qu'avoir une identité c'est pouvoir dire oui ou non...Cet arabe et d'autres auraient dominé les autres peuples et autres Etats s'ils en avaient le pouvoir.Cela c'est pour dire que l'instinct ou la culture de la domination est en chaque homme et en chaque peuple,même chez les dominés.
    Un jour aussi dans un de mes blog, j'ai reçu une proposition d'amitié du site du FNJ de Jean-Marie Lepen.J'ai accpeté l'invitation.Cela ne veut pas dire que je suis raciste puisque trouver que certaines thèses de Hitler ou d'un autre raciste ou nationaliste sont rationnellement et empiquement vérifiables,ne signifie pas être raciste ou nationaliste.Des amis m'ont ensuite suggéré d'effacer cette adresse de mon carnet relationnel dans le reste du monde...Je crois qu'une telle manière de voir un une manière de compromettre la paix et l'indépendance des hommes et des Etats car dans cette atmosphère qui nie le dialogue avec la différence,tout est possible entre les hommes et les peuples.On cryait l'homme sorti de la barbarie quand la deuxième guerre mondiale est venue démentir et déamsquer cet hypocrite mensonge.
    Voilà pourquoi je suis aussi d'accord quand tu dis qu'aujourd'hui,en conséquence de ce qui précède,qu'il s'agit de penser l'indépendance, non seulement celle des Etats africains,mais l'indépendance des Etats et des peules dans le nouvel ordre économique,philosophique ou religieux mondail qui est celui de la mondailiisation.Et c'est pourquoi le silence des occdienataux et des autres dans ce débat m'inquiète.
  • Bonjour à tous,

    j'aurais du vous prévenir que j'étais en congés...Elles se terminent- mes vacances- la semaine prochaine, je serais donc plus présente pour vous répondre et vous "relancer",
    Merci à tous,
    al marie
  • CE QUI A CHANGE DANS LE DOMAINE DE L’EDUCATION DEPUIS QUE SENGHOR EST PARTI
    D’APRES PLUSIEURS DIALOGUES QUE J’AI EUS AVEC DES ELEVES ET DES ETUDIANTS ET DONT CELUI-CI AVEC F.G.DIOH,UN JEUNE DE 22 ANS ET QUE JE VOUS PROPOSE

    L’existence et la grandeur des vrais Etat libres et indépendant n’a jamais commencé avec leur richesses matérielle sous la terre ou à la surface de la terre. Elles n’ont jamais commencé aussi avec la puissance militaire de leurs soldats. Elles n’ont jamais commencé non plus avec la délimitation de leur territoire puisque si tel Etat le cas l’Afrique ne serait pas dominé. Les habitants de l’Afrique n’ont pas les plus faibles physiquement. Les territoires des Etats africains ne sont pas les plus étroits et ne sont pas tous ceux qui ont le moins hérité des biens de la nature. Les causes profondes de l’infériorité militaire et économique de l’Afrique d’hier et de celle d’aujourd’hui sont donc ailleurs.
    Dans sa conception ,dans sa réalisation et dans sa défense, chaque vrai Etat, chaque vraie république, chaque nation véritable, c’est la conscience et de a volonté d’être un Etat, une république et une nation véritable ,et la volonté de vivre en toute indépendance tout en restant dans un commerce équitable avec les autres qui inspirent et animent ses fondateurs et ses héritiers.
    C’est en ces lieux que l’Afrique doit regarder sans la moindre complaisance pour ne pas rester l’espace des éternels dominés du monde. Pour ne pas rester le continent où, dans le contexte d’aujourd’hui et sans doute aussi d’hier, beaucoup d’homme et de femmes n’auraient pas choisi de naître, de grandir et de mourir.
    L’éducation de cette conscience et de cette volonté, source des richesses intellectuelles et matérielles véritablement humaines au sein des Etats, qui inspirent et animent les fondateurs et les défenseurs de tout Etat, de toute république et de toute nation véritable devrait être au cœur de chaque famille et est au sein de chaque famille dans ces groupements politiques. C’est pour généraliser cette éducation que les sociétés et les Etats déjà constitués, indépendants ou sur les chemins des indépendances que les écoles et les universités sont créées.
    Or, en ce qui concerne le Sénégal, comme je l’ai souligné dans mes témoignages précédents, beaucoup a changé dans ce domaine au Sénégal depuis que Senghor est parti.
    C’est ce que je vois tous les jours. Je n’invente rien. Je n’exagère rien. Ceci est une discussion avec un de mes jeunes amis.
    -Etais tu au stade lors du lancement des festivités de la célébration du cinquantenaire des indépendances des Etats de l’Afrique et notamment du Sénégal ?
    -Non
    -Pourquoi
    -Je n’étais pas au courant
    -Et si tu étais au courant e que tu avais la possibilité de partir y serais-tu ?
    -Oui
    -En espérant que tu y trouverais quoi d’utile ?
    -En espérant y entendre un discours qui nous dirait d’arrêter de nous lamentons et d’accuser les européens.
    -En quoi un tel discours est-il utile pour toi et pour un autre ?
    -Parce que pour moi la colonisation est une erreur des hommes et que l’indépendance c’est pour permettre de rectifier ces erreurs et d’aller de l’avant
    -Les erreurs de qui ?
    -Les erreurs du colonisé et les erreurs du colonisateur
    -Et qui devrait rectifier ces erreurs ?
    -La jeunesse
    -La jeunesse des anciens colonisés ou la jeunesse des anciens colonisateurs ?
    -La jeunesse des anciens colonisés et celle des anciens colonisateurs
    -En faisant quoi ?
    -En s’adressant à leurs dirigeants
    -En disant ou en faisant quoi ?
    -En leur disant que le temps passe
    -Quel temps ?
    -Le temps pour les rectifications des erreurs de l’humanité
    -A tu jamais vu une photo de Senghor ?
    -Oui
    -Est-il beau ou laid ?
    -Il est beau
    -As-tu entendu la voix de Senghor ?
    -Oui à la radio et à la télévision
    -Comment tu la trouves ?
    (SILENCE ET PRECISION DE LA QUESTION)
    -Sa voix est-elle violente, arrogante, douce, ou encore comment ?
    - Plutôt douce parce qu’il parlait lentement
    -Elle ressemble à celle d’un guerrier ou plutôt à celle d’un chanteur ?
    -A celle d’un chanteur
    -As-tu entendu dans ton entourage d’anciens dire quelque chose de lui ?
    -Oui
    -Oui ?
    - Ma grand-mère qui travaillait chez les prêtres à Ngazobile, l’école secondaire que Senghor a fréquentée me disait que « pendant les récréations, Senghor partait dans les buissons avec un livre et on allait toujours le chercher. Quelquefois on cherchait longtemps avant de le retrouver »
    -Aime-tu et pense-tu que les élèves de ta génération aiment les études et particulièrement la lecture comme Senghor les aimaient ?
    -Non
    -Pourquoi ?
    -Nous n’avons la patience des études
    -Pourquoi ?
    -Nous faisons du « donjuanisme intellectuel »
    -Qu’est-ce que cela veut dire ?
    -C’est quelqu’un qui veut tout connaître sans prendre la peine de l’approfondir.
    -Pourquoi ?
    -Nous n’avons plus le temps pour lire des livres ou des leçons
    -Pourquoi ?

    -Nous sommes à la quête de l’argent
    -Pourquoi
    -Parce qu’il faut avoir quelque chose pour survivre
    -Pourtant vous n’avez pas de l’argent parce que je constate que dans une classe de 60 élèves, il n’y a qu’un blanco qui coûte 500francs CFA et que tout le monde partage.
    -C’est vrai. Il arrive même que l’on parte d’une salle de classe à une autre pour en emprunter
    -finalement vous n’avez ni la connaissance ni l’argent pour vous faire une place dans votre société et dans votre monde
    -En effet nous avons un avenir incertain et un présent difficile
    -Penses-tu que l’on peut faire quelque pour changer ce présent et faire espérer un avenir désirable ?
    -oui
    -Quoi
    -aller en Europe ou dans les pays développés
    -Quand les jeunes de l’Afrique fuit vers les pays des anciens colonisateurs cela ne peut-il pas vouloir dire que mieux valait rester sous la domination de ces anciens colons ?
    -Si
    -Mais tout le Sénégal ne peut -il partir vers l’Europe ou ailleurs en Afrique ?
    -Non
    -Que faire
    -L’Etat peut aussi diminuer les problèmes économiques des élèves et des familles pour nous permettre d’avoir du temps pour les Etudes. Il pourrait aussi recenser les meilleurs élèves dans chaque région, dans chaque département, dans chaque communauté rurale et les envoyer dans une école d’élites .Il pourrait donner aussi des bourses et des primes de motivations aux élèves qui manifesteraient leur amour et leurs compétences dans les études pour assurer leur avenir et assurer en même l’avenir du Sénégal et celui de l’Afrique, mais aussi du monde.
    -Pense-tu que cette formation intellectuelle dans les sciences, dans les lettres et dans les arts est nécessaire pour construire un Etat, une république et une indépendance?
    -Oui parce que j’ai lu quelque part où René Descartes dit que « C’est un grand bien pour tout Etat que d’avoir en son sein de vrais philosophes »et tous les pays développés sont les pays qui ont de hauts cadres formés dans toutes les disciplines.
    -Mais les cadres aussi peuvent nuire à leur propre pays et à leur peuple.
    - Ils faut aussi que les cadres et tous les hommes soient formés et éduqués pour être de grands patriotes, de grands humanistes pour servir leur peuple et pour dialoguer dans la fraternité avec les autres hommes. Il faut aussi que les hommes apprennent à être de vrais démocrates.
  • M YATTARA ISSA dit quelque chose qui est très importante dans le développement d'un peuple "LA CULTURE". 50 ans plutard, Où se trouve l'Afrique avec son soit disant indépendance?

    Loin de paraître afro pessimiste, je pense que je fais plutôt preuve de réalisme. Comment comprendre que nos masques (sculptures) sont vendus à des millions de dollars dans les marchés occidentaux pendant que les peuples des régions d'origine de ces derniers croupissent dans la misère la plus totale?
    Les africains n'ont-ils pas abandonné "le précieux", (nos propres valeurs culturelles) qui était le leur pour embrasser l'inconnu (la manière de vivre à l'occidentale) qu'ils ne maîtrisent pas?
    Pourquoi l'Asie s'en sort-elle alors que nous avons connu les mêmes colons?

    Nous y reviendrons.
  • j'invite les sociologues africains de mener des etudes scientifiques sur le cas des pays africains et surtout la relation entre le developpement et la democratie.
    j'ai des interrogations par rapport à nos religions monotheistes dont l'interpretation fallacieuse constitue une entrave à l'essor de nos pays et l'abandon par nous africains de certaines valeurs culturelles au profit de celle de l'occident.
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...