Il n’y a pas plus camerounais qu’un sénégalais

Hier soir, j’ai dîné avec un copain qui a été expulsé il ya peu de Guinée Equatoriale. Ayant appris que le pays de sa majesté Obiang était devenu une vraie piscine d’or noir, mon copain a cru bon aller y démontrer ses talents d’entrepreneur.

Cinq années de labeur durant lesquelles il a investi, monté un supermarché de taille respectable, produit de l’emploi et c’est seulement quand l’affaitre est devenue rentable que les Equatoguinéens se sont souvenu que ses papiers n’étaient soi-disant pas en règle, que son titre de séjour ne l’autorisait pas à investir au delà d’un certain montant, qu’il n’était pas autorisé à construire un bâtiment de plus d’un étage etc. Autant de prétextes fallacieux qui avaient pour finalité la saisie de ses biens et son expulsion.

 Moi j’ai rigolé hein? Pas parce que je ne compatissais pas, mais juste par ce que je ne sais pas pleurer. J’ai rigolé quand je l’ai écouté me raconter la psychose perpétuelle dans laquelle vivent les subsahariens étrangers dans le pays d’Obiang Nguéma. Harcèlement policier, contrôles abusifs, xénophobie à peine voilée, bref, si les droits de l’homme existent en Guinée Equatoriale, ils ne concernent pas les camerounais. Et pourtant, Il faut voir comment nous accueillons et vivons avec les « Etrangers » dans ce pays.

Prenons les Sénégalais.

Pour le camerounais moyen, le mot sénégalais ne signifie en rien « étranger », ça sonne plutôt comme « boutiquier », « épicier » ou encore « débrouillard ». Etre sénégalais est un métier. Epiciers, ils le sont tous, ou presque. je ne sais vraiment pas si c’est génétique ou sociologique, mais c’est comme ça.

 

La suite sur http://kongossa.mondoblog.org/2011/10/27/il-ny-a-pas-plus-camerounais-quun-senegalais/

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • ah ouais  tout n'est pas rose dans l'hospitalité, merci pour l'info,  c'est un bon avis aux entrepreneurs à l'étranger

  • Eh oui, ca c'est quand l'Afrique elle même ne reconnaît plus ses enfants, pardon ou du moins quand ses enfants ne se reconnaissent plus!!!!!!!!

    ABC

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...