Dans l'affaire qu'il faut désormais qualifié de ''icc gate'', certaines classes politiques pensent à tort ou à raison que laresponsabilité du Président de la République est entièrement engagée.

En effet, deux députés;Sacca FIKARA et Janvier YAHOUEDEOU du parlement béninois viennent d'envoyer une lettre au Président de cetteinstitution avec pour objet: ''Demande de poursuite du Président de la République Chef du Gouvernement devant la Haute Cour de Justice''.



Les bruits courent et annoncent déjà une cinquantaine de députés prêts à vôter pour, la loi qui doit déclancher le processus de la miseen accusation de Boni YAYI. Alors que le parlement est composé de 83députés, on peut conclure que cette loi, si elle vient en plénière,passera comme une lettre à la poste. On cite les noms de quelquesministres de son gouvernement, trempés eux aussi dans diverses affaireslouches au sommet de l'Etat. C'est le cas par exemple de l'affaire des''villas de la CEN-SAD''

Voici la lettre adressée au Président du parlement:

A
Monsieur le Président
de l’Assemblée Nationale

PORTO-NOVO

Objet : Demande de poursuite du Président
de la République Chef du Gouvernement
devant la Haute Cour de Justice

Monsieur le Président,
Nous voudrions inviter la Représentation nationale, et à traverselle, la nation béninoise toute entière à un sursaut salutaire comptetenu de la déconfiture morale que connait notre pays.
En effet, dès l’arrivée au pouvoir du Président YAYI Boni en 2006,une ONG du nom de ICC Services s’est installée sur toute l’étendue duterritoire et s’est livrée à des activités illégales de collected’épargne. Aujourd’hui bon nombre de nos compatriotes, qui ont eu lemalheur de croire que le Gouvernement exerce son obligation de veilleet de contrôle de l’économie nationale, se sont retrouvés complètementruinés.
Nous savons tous désormais que cette situation est intervenue malgré :

  • 1. L’existence des lois qui portent réglementation bancaire en République du Bénin (les lois du 27 juillet 1990 et du 08 août 1997) ;

  • 2. L’existence de structures techniques du Ministère des Finances et des services de renseignement. L’Etat béninois a délibérément laissé ICC et consorts s’installer partout dans le pays etexercer illégalement les fonctions de banque, notamment la collected’épargne publique ;

  • 3. L’avertissement de la BCEAO au Gouvernement béninois depuis le mois d’août 2009, relevant l’illégalité des activités de ces structures, et le danger que cela représente pour le peuple etl’économie béninois ;

  • 4. Les cris d’alarme de l’association des banques régulièrement installée et opérant dans le secteur ;
Le Président de la République a favorisé les activités de ICC Services et consorts notamment :
  • 1. En recevant à la Présidence de la République les responsables de ICC Services et leurs collaborateurs colombiens, cf. déclarations des conseillers politiques du Chef de l’Etat Amos ELEGBEet Alexandre HOUNTONDJI à l’émission Questions d’Actualité du dimanche18 juillet 2010 sur GOLFE TV ;

  • 2. En s’affichant partout dans le pays et de manière ostentatoire avec les responsables de ICC Services et en rendant visite par deux fois au Président Directeur Général de ICC Services à domicile;

  • 3. En donnant toutes les protections aux responsables de ICC Services (protections de leurs personnes, de leurs lieux de travail, de leurs résidences et plus généralement de tous leurs biens)

  • 4. En laissant ICC Services exercer au vu et au su de tout le monde les fonctions régaliennes de l’Etat notamment, le don à la Brigade de Klouekamè d’un véhicule, la construction de plusieurscentres de santé, la réalisation de forages, etc.

  • 5. En finançant à la Présidence de la République les activités politiques des partis et organisations de la mouvance présidentielle et en fabriquant du matériel de propagande à l’effigiedu Président de la République et des dirigeants de ICC Services àpartir de la Présidence de la République.
Pour toutes ces raisons, nous vous demandons formellement, Monsieur le Président, et conformément aux dispositionsdes articles 136 et 137 de la Constitution et aux articles 2 et 15.1 dela loi organique sur la Haute Cour de Justice, d’inviter l’Assembléenationale à engager les poursuites à l’encontre du Président de laRépublique, Chef du Gouvernement pour forfaiture et parjure.
Il ne fait plus l’ombre d’un doute qu’en laissant les responsablesde ICC Services sévir comme il vient d’être dit, le Président de laRépublique, économiste et banquier de profession, a trahi son sermentde défendre le peuple béninois et la nation.
Monsieur le Président, un devoir national et historique vousincombe. Ne pas le faire vous rendrait coupable de complicité des mêmesinfractions.
Nous comptons sur votre sens de responsabilité et vous prions decroire en l’assurance de notre soutien en ces heures graves quetraverse notre chère patrie.
Nous vous remercions.
Ont signé :

Mais dans un climat social déjà très fragilisé par les rebomdissements de cette affaire, doit-on chercher des boucs émissairesou des solutions politiques? En tout cas l'on est tenté de penser commetel. C'est bon de situer les responsabilités, mais le plus urgent c'esttrouver des solutions pour rembourser ces citoyens qui ont cru en cettegrande escroquerie et y ont laissé des plumes.


ABC
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Très bonnes réflexions Guejopaalgnane, le pouvoir est ''un pouvoir'', Jean Paul Sartre disait qu'il n'y aura jamais de politique sans les mains sales. C'est dire que c'est difficile le pouvoir. On en ressort jamais comme on y entre. La vie continue....
  • je ne sais pas ce que les hommes qui prétendent diriger un pays trouvent exactement sur le trône ou autour du trône lorsque par la force des armes ou par la force des liberté et des consciences individuelles de la démocratie.Mais il me semble que nous en tenions qu'aux faits de l'histoire politique de tous les Etats du monde,nous conclurions à juste raison qu'il n'existe pas d'homme idéal ou parfait et que par conséquent il ne saurait y avoir d'institutions sociales et politiques parfaites ni de prince ou de gouvernement d'hommes parfaits.La seule chose véritable que nous puissions espérer est de limiter le nombre de mendants,la durée des mandats,le nombre des députés et ministres,de services,etc, et de sécuriser ces décisions qui émaneraient du peuple.Il doit y avoir quelque chose à laquelle très peu d'hommes savent résister.Peut-être aussi que c'est cela qu'il cherchent:le povoir ou ce à quoi il est extrêmement difficile de résister:le pouvoir du ventre,le pouvoir du sexe,le pouvoir de la beauté,le pouvoir de...
  • Les Députés béninois interpellent le Gouvernement



    Question d’actualité avec débat au Gouvernement



    Objet : La mise hors tension des fréquences de la Radio France Internationale (RFI)



    Comme un rêve, les milliers d’auditeurs béninois du 2 au 3 Août 2010 ont manqué d’accès aux émissions que réalise la RFI. Cette suspension a duré 14h d’horloge et est intervenue à quelques heures de l’émission « Appel sur l’actualité » consacré à une éventuelle traduction par les Députés béninois du Président BONI YAYI devant la Haute Cour de Justice aux fins de répondre des lourdes suspicions qui pèsent sur sa personne dans l’affaire ICC Services.







    La correspondante de RFI au Bénin Raïssa GBEDJI, a été interpellée et écoutée par la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) à propos de son émission réalisée sur la rocambolesque affaire ICC Services.



    Les députés signataires du présent acte d’interpellation voudraient savoir :



    1-Qui a opéré cette brouille de la Radio France Internationale (RFI) ?







    2-Les raisons profondes qui ont motivé un tel acte ?



    3-Le sort que le Gouvernement réserve à la presse béninoise et internationale en cette veille des élections législatives et présidentielles de Mars 2011 en relation avec le droit constitutionnel des citoyens de jouir de la liberté d’expression et d’être bien informés ?



    Signés :



    1-Zinsou Edmond

    2-LODJOU Judes

    3-Edayé K. Jean-Baptiste

    4-Ahouanvoèbla Augustin

    5-QUENUM POSSY BERRY Epiphane

    6-GBEDIGA Timothée

    7-HOUINOU Clément

    8-Ybatou Sanni Glèlè

    9-AKOTEGNON Raphaël

    10-Sohounhloué Dominique

    11-TCHOCODO Gabriel

    12-YAHOUEDEHOU Janvier

    13-LEROUX MARIE-ANGE

    Source: http://www.sonangnon.net/newsonangnon/index.php?option=com_content&...
  • Merci Bertrand, comme tu le dis si bien, personne n'est contre la personne de notre cher Président, encore moins nier sa compétence, mais que la vérité soit dite au Peuple et les coupables soient punis conformément à la loi. Le respect des lois de la République est aussi une épreuve du pouvoir.....
  • Aïe ! Encore un faux pas du gouvernement. J'ai beaucoup d'admiration pour le Dr. Yayi Boni et je souhaiterai que les Béninois le jugent avec plus d'indulgence... il essaye de faire de son mieux ... cependant ... l'entourage ! Dis moi qui tu hantes et je te dirai qui tu es. ... et c'est ce que le peuple retient et c'est ce que les Béninois retiennent.Même si tu es l'homme le plus compétent et le mieux disposé du monde la politique c'est un autre monde , la gestion des hommes et des humeurs du peuple c'est un calvaire ou une dictature ou au mieux les deux !

    Peut être aussi est-ce une bonne chose car cela réduira les rangs des prétendants au pouvoir .. il ne suffit pas d'être bon, intelligent et connu pour être président il faut pouvoir gérer le PEUPLE.

    Personne ne pourra dénigrer la compétence de Yayi Boni , mais si le PEUPLE le prend pour responsable ... là il y a un problème ... la gestion du PEUPLE.

    Merci ABC pour ce billet et j'espère que tu suivras cette affaire.
  • A ce sujet, les ondes de RFI ont été brouillé entre le 1er et le 3 Août notamment à cause de l'émission de Juan GOMEZ, ''appels sur l'actualité'' qui devrait bien-sûre se pencher sur la question. Le Ministre béninois de l'Industrie l'a confirmé dimanche sur une chaîne privée de Télévision.

    Les journalistes regrettent ce grand recul pour notre démocratie.
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...