HOMOSEXUALITE : ENTRE LA LIBERTE ET LA MORALE

Par Alex-Oscar ACHI (revu et actualisé)


L’évolution des tendances et orientations sexuelles des hommes a mis au goût du jour la problématique de l’acceptation de l’homosexualité par les "puristes", les religieux et même le citoyen lambda. L’homosexualité n’est plus un tabou sous nos cieux. Dès lors se pose la question de son adéquation avec la liberté qui caractérise ce choix avec l’éthique et la morale. Faut-il au nom de la liberté, accepter une orientation sexuelle contraire à la morale, à l’éthique religieuse ?
La liberté, c’est la faculté laissée à l’homme de se faire plaisir à soi selon ses envies et pulsions à conditions que celles-ci n’entravent pas la quiétude d’autrui, qui est l’autre moi. Il est question d’agir dans le respect de la différence, des modes de vie, des coutumes ou de l'idéologie religieuse et même de la morale des autres, de la société en général.
L'homosexualité est donc une pratique qui peut participer à affirmer cette tendance naturelle de l'homme à la liberté si tant est qu'elle permet à chacun d'exprimer et d'exposer sa pratique sexuelle. Il apparaît de manière fréquente que certaines législations occidentales légalisent l'homosexualité au grand dam des organisations religieuses, mais aussi que cette pratique soulève l’indignation de certaines communautés (religieuses et africaines notamment).
Alors comment concilier cette tendance naturelle de l'homme à exprimer sa liberté, ce qui inclut la tolérance de l'homosexualité avec les réserves émises par les moralistes?

Sans prendre position pour ou contre l'homosexualité, on peut dire sans risque de se tromper que la liberté tout azimut est en elle-même liberticide. Autrement, agir uniquement selon sa volonté, sa perception de l’orientation sexuelle, peut nuire à la sensibilité des "homophobes". Il ne s’agit pas non plus d’une croisade contre l’homosexualité. Les homosexuels doivent à mon avis concilier leurs intérêts avec ceux qui ne partagent ou n’acceptent pas cette pratique.
Cette pratique importée est en déphasage avec les valeurs africaines et avec la morale religieuse. D’où le rejet d’une légalisation de cette pratique au nom d’un prétendu droit à la différence. Il faut considérer en ce sens la morale (religieuse) qui ne défend les relations amoureuses uniquement que si elles se pratiquent entre sexes opposés. Si tant est que la pratique de l’homosexualité est éthique, d’où vient-il alors que les homosexuels souhaitent adopter des enfants pour satisfaire ce besoin naturel d'être père ou mère. C'est proprement scandaleux d'avoir des rapports entre personne du même sexe et prétendre à ce bonheur naturel, tout en sachant (au nom de la liberté) que cette pratique sexuelle ne peut déboucher sur la natalité. Ce seul aspect de la question suffit à lui seul à discréditer l’homosexualité vis-à-vis de la morale. Car la seule voie de procréation demeure l'union entre un homme et une femme et non entre deux personnes du même sexe.
Au nom du droit à la différence, on peut comprendre l'homosexualité sans pour autant l'institutionnaliser. Le respect des convictions démocratiques (acceptation de la différence) autorise à avoir pour ami un homosexuel parce qu'il est avant tout un être humain et donc mérite respect, sans pour donner un blanc-seing cette forme de sexualité. Mais la morale par contre, peut stopper sa propension et jouer ainsi son rôle de veille sociale et éthique.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • vrai....l'homosexualité l'est encore plus!!!

  • il n'y a pas de petits ni de grands péchés.

  • je ne dis pas de le stopper...je dis bien que je le comprend, mais n'empêche que l'homosexualité est immorale, la prostitution bien qu'étant imorale se pratique entre personne de sexe opposé, pas l'homosexualité

  • on peut pas stopper l'homosexualité. c'est vrai que les homosexuels ne peuvent pas donner naissance a des enfants parce que pour procréer, il faut un homme et une femme mais cela ne peut empêcher deux hommes ou deux femmes de s'aimer. ce sont des choses que  l'on ne peut ni contrôler, ni empêcher voir stopper. depuis des millénaires  les religieux et les moralistes de toute sorte condamne la prostistution mais est-ce que cela n'existe plus? non.

This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...