Hello, j'ai testé Ello

Depuis quelques jours, un nouveau réseau social a fait son entrée sur le web. Il s'appelle Ello et se distancie très clairement de Facebook en se définissant déjà comme anti-Facebook (sans le nommer bien sûr).

Depuis le 24 septembre, des dizaines de milliers de personnes ont demandé à s'inscrire sur Ello. Le site a été fondé par le créateur américain Paul Budnitz, qui avait auparavant lancé une marque de jouets (KidRobot) et conçu des vélos à son nom.

Nous l'avons testé pour vous et nous livrons nos premières impressions.

L'inscription

L’inscription ne peut se faire qu’après invitation d’un profil déjà existant, et ce processus a connu selon Le Monde.fr quelques ralentissements après une première vague de milliers de demandes de compte qui a déferlé le 24 septembre. Depuis, le site a plusieurs fois été inaccessible en raison d’un trop grand nombre de connexions, laissant présager d’un début de notoriété.

Nous avons cependant décroché notre invitation et nous sommes inscrits sous le pseudonyme de @fouineuse.

 

Remarque: L'utilisateur dispose d'un compte, s'abonne à d'autres comptes et peut partager des photos ou des textes.

L'interface

Remarque: Pour certains, cet interface est sobre et épuré mais pour moi, il est surtout sombre et manque de clarté. J'ai vraiment du mal à comprendre comment ça marche. Bref, le site n'est pas très intuitif. Mais heureusement, je découvre le guide de "survie" qui pour le moment ne m'a pas beaucoup servie. Ello is very complicated...

Alors, vais-je l'adopter?

Ce nouveau réseau social a le mérite de prôner un Net plus sain et c'est tant mieux.

« Nous avons créé un réseau social où la vie privée  est respectée, les données ne sont pas vendues, et où les communications entre les personnes devront toujours être simples et non pollués par des espaces publicitaires », affirme M. Budnitz.

Mais il est loin de convaincre les premiers utilisateurs comme moi puisque, voici les premiers enseignements de l’enquête RJMetrics :

  • 36% des inscrits sur Ello n’ont jamais posté sur le réseau social
  • 27% ont posté plus de 3 publications
  • 6 jours après l’inscription, 20% des membres sont toujours actifs.

Par ailleurs, le sociologue Antonio Casilli interrogé par Télérama critique la politique de protection de la vie privée d'Ello. Pour lui, 

"La plateforme porte d’abord une énorme contradiction dans sa politique vis-à-vis des données d’utilisateurs : on leur garantit que leurs données ne seront pas utilisées à des fins publicitaires, tout en leur précisant dans les conditions d’utilisation que celles-ci pourront être partagées avec des entreprises tierces à l’avenir....C’est l’idée de la « privacy as a service », dérivée du « software as a service », selon laquelle un internaute ne dispose d’aucune donnée sur son ordinateur mais doit se connecter à un service pour y accéder. Si on file la métaphore jusqu’à la vie privée, cela veut dire qu’elle n’est plus entre vos mains, mais qu’elle est nichée sur une plateforme, en l’occurrence Ello. C’est une forme de privatisation de la vie privée, puisqu’une entreprise possède de facto un droit de propriété sur vos données".

Il faut préciser que plusieurs plateformes comme diaspora-fr se sont déjà portés alternatives des géants du web avant Ello.

Si certains d'entre vous réussissent à tester le service, n'hésitez- pas à me donner votre avis également.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...