• Un mardi noir instauré, cinquante mille tracts déjà distribués dans plusieurs régions du pays, des grèves étouffées…le combat contre la hausse des prix du carburant, du gaz domestique et des transports urbain et interurbain et la ratification des Accords de partenariat économiques avec l’Union européenne prend d’autres envergures à Douala.
  • Courroucés contre la vie chère, les organisations de la société civile et plusieurs leaders des partis politiques de l’opposition retroussent leurs manches depuis plus d’un mois déjà. Ils font ressentir leur courroux à travers diverses manifestations organisées dans plusieurs artères de la capitale économique. Le 21 juillet dernier encore, plusieurs leaders d’associations ont entamé une grève de la faim au lieu-dit Carrefour Agip à Douala. Ces derniers, contestant les nouveaux prix des hydrocarbures, les tarifes des transports et la ratification des Accords de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne (UE), ont été stoppés dans leur action républicaine par la police camerounaise et finalement embarqués. Malgré cette intimidation des forces de maintien de l’ordre, d’autres camarades n’ont pas reculé d’un seul mètre. Mardi de la semaine dernière encore, plusieurs contestataires sont descendus dans les rues de la métropole économique avec d’autres méthodes plus fiables pour exhorter les populations à leur rejoindre dans leur combat sans violence. A travers le mouvement baptisé "Campagne du Refus", le collectif constitué de plusieurs organisations de la société civile et des partis politiques de l’opposition tient tête au gouvernement en appelant à des manifestations jusqu’à ce que les prix soient revus à la normale ou jusqu’à ce que les mesures d’accompagnement fiables et acceptées de tous les camerounais voient le jour.
  • La Campagne du Refus consiste, selon ce qui est mentionné sur les cinquante mille tracts actuellement en distribution, à dire « trop c’est trop ! Le Gouvernement prend des décisions contre nous ! La hausse du prix du carburant et du gaz nous rend la vie plus difficile ! Les Accords de partenariat économiques (APE) vont nous appauvrir ! Les mesures d’accompagnement du Gouvernement sont insignifiantes !» Pour dire leur-ras-le bol, les membres de la plate forme ont institué un mardi en noir. « Habillons-nous en noir tous les mardis pour dire non ! ». Le coup d’avoir de cette nouvelle donne a été donné le 15 juillet à travers un point de presse tenu au siège du Manidem. Mardi de la semaine dernière, ils sont descendus sur le terrain armés de tracts pour expliquer leurs démarches aux populations. Le point du départ étant au Carrefour Equinoxe, au siège de Dynamique citoyenne, un réseau de suivi indépendant des politiques publiques et des stratégies de coopération composé de 25 organisations membres.
  • La cinquantaine de militants de la Campagne du Refus était, pour la circonstance, vêtue de noir. Occasion propice pour eux de recommander aux autres camerounais de s’habiller de la sorte tous les mardis et de négocier le prix du taxi à 200 FCFA au lieu de 250 FCFA. Seulement, les camerounais séduits, apprécient, mais ne matérialisent pas. A en croire Charles Nforgang, président du Réseau associatif des consommateurs de l’énergie (Race), ils sont réticents à cause des tristes souvenirs de 1990 et de 2008 encore en mémoire. En tout cas, si certains mouvements syndicaux sont déjà essoufflés, les adeptes de la Campagne du Refus pensent que la lutte contre la vie chère est permanente au Cameroun et que le gouvernement devrait s’en méfier car « quand les citoyens agissent, les choses changent », conclut le tract de la Campagne du Refus.

                                                                                                                            

                                                                                                                           Didier Ndengue

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...