Hackers et journalistes : comment travailler ensemble?

Rencontre hackers et journalistes aux Assises 2013 - Manon Mella -

 

Compte-rendu de la conférence "Hackers et journalistes: comment travailler ensemble?" qui s'est tenue aux Assises du journalisme à Metz, jeudi 7 novembre 2013.

 

Une conférence animée par Amaëlle Guiton (auteur de Hackers:au coeur de la résistance numérique)


Participants:

Pierre Alonso (journaliste, ex-OWNI) 

Jean-Marc Bourguignon (conseiller en sécurité informatique et hacktiviste)
Edith Bouvier (grand reporter) 

Blue Touff (co-fondateur Reflets.info) 

Smary McCarthy (directeur technique de l’International Modern Media Initiative) 

 

Assises2013


Dans le milieu médiatique, on entend de plus en plus souvent parler du couple hacker/journaliste. Ce mariage met en relief l'importance des questions techniques dans l'écosystème de la production de l'information. Depuis les nombreuses révélations de WikiLeaks, journalistes et hackers se sont liés dans le même but: libérer l'information. D'une part, le journaliste a besoin du hacker pour dénicher des données ou protéger des sources. D'autre part, le hacker a besoin du journaliste pour contextualiser les données trouvées. Comment les journalistes collaborent avec les hackers ? Pourquoi est-il intéressant de le faire? Sont-ils compatibles?

Un hacker est un: "Mordu d’informatique. A la base, ce mot a été lancé dans les années 1980 par une communauté désirant se différencier des crackers (ou pirates), notamment en termes de finalité d’action. En effet, à la différence des crackers dont le seul objectif est de casser les systèmes de sécurité informatique, les hackers pénètrent un environnement pour le connaître, et ainsi faire progresser les méthodes de protection utilisées." (source: Encyclopédie.linternaute.com)


De hacker à "hackteur"

      Edith Bouvier (journaliste, reporter) ouvre la discussion en faisant part à la salle de son expérience. Lorsqu'elle a couvert le conflit syrien, Edith avait besoin (entre autres), pour son enquête, de "savoir qui se cachait derrière l'internet syrien". Adresses IP, port TCP, spy files, tout ça "c'est du chinois" pour un journaliste. Alors, pour pouvoir poursuivre ses recherches, Edith Bouvier a travaillé avec un professionnel de l'informatique qui pouvait lui fournir les compétences qu'elle n'avait pas. Cette collaboration a mis fin à l'idée reçue qu'Edith se faisait au départ du hacking: un univers peuplé d'hommes barbus et de pizzas, le tout, dans une cave à l'abri du monde. Préjugé partagé par beaucoup.

      Pour Jean-Marc Bourguignon ("agent" Telecomix et collaborateur de RSF) la vision que les gens portent sur les hackers a changé depuis 2 ans et de manière positive. Le hacker-pirate travaillant dans l'illégalité est devenu un "hacker-citoyen", chevalier de la démocratie.

 

"Everybody needs a hacker" (crédit photo: Alexandre Dulaunoy)

      Le site Reflets.info est le produit de cette alliance. Il a été fondé par Bluetouff, un hacker, et Kitetoa, un journaliste. Pour Bluetouff, les deux domaines ne sont pas identiques mais complémentaires. Quand le hacker extrait l'information, le journaliste la rend intelligible et la traite avec objectivité. Une objectivité que le hacker ne possède pas forcément, précise-t-il.

 

Les médias devraient d'avantage se protéger

 

Si certains parviennent à saisir l'avantage de travailler sur ce modèle de couple, ça n'est pas le cas pour tous. Les équipes rédactionnelles n'ont pas toutes conscience de l'importance de protéger des sources sur internet, s'accordent à dire les participants au débat. Un jour, alors qu'elle est en Syrie, Edith Bouvier contacte sa rédaction (après avoir travaillé avec un hacker). Elle lui explique que dans certains cas, il faut absolument crypter l'information et publier de manière anonyme. Sinon le journaliste se met en danger et peut mettre en danger des personnes ayant témoignées. A cette recommandation, la rédaction rétorque: "ça va être trop compliqué, les syriens ne parlent pas français, on est tranquilles".

Bluetouff souligne aussi le peu d'efforts entrepris du côté des rédactions pour sécuriser leurs systèmes informatiques. Avis partagé par Jean-Marc Bourguignon précisant que les rédactions ont tout intérêt à saisir l'utilité des hackers pour leur propre survie: "En France énormément de médias n'ont aucun équipement pour protéger leur système informatique. C'est dangereux".

 

Enfin, Smary (membre du Parti Pirate en Islande) conclut avec avec humour:

" Il faudrait qu'un journaliste soit attaché par la taille à un hacker, comme des siamois, et qu'ils se séparent dès que l'un n'apporte plus rien à l'autre ".

 

Pour aller plus loin:



-ARTICLE: "Journalistes: hackez pour survivre ! " (Owni.fr)

-RENCONTRES hackers/journalistes 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Journaliste en contrat pro à l'Atelier des Médias de RFI
Twitter: @manonmella

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Merci beaucoup Jean-Marc. Contente que vous ayez apprécié le compte-rendu. J'aurai adoré pouvoir assister à l'atelier, ce qui effectivement aurait pu compléter l'article. Mais les assises étaient tellement riches et il y avait tellement de conférences qui se déroulaient en même temps que je n'ai pas pu.

    À bientôt :)

  • Hello, bon compte rendu du débat qui pour une fois n'était pas égo centré sur le petit monde du hacking mais parlait vraiment des relations passés, existantes voir futurs.

    Au plaisir de réitérer la chose, seule petite déception, Greg de RSF et moi donnions un atelier sécurité juste avant, seul 15 personnes sont venus, il y a encore beaucoup à faire donc pour passer à la pratique et que de VRAIS échanges concret s'opèrent.

    PS: Karole la vidéo de Okhin qui est un ami faut juste la passer au ralenti, c'est le seul être humain que je connaisse qui a un débit de mot à faire pâlir une dactylo :), il n'en reste que c'est un bon formateur qui se donne énormément pour cela bénévolement, il organise prochainement un workshop JHACK (Journaliste hacker) sur Paris.

    Amicalement JM Bourguignon / Twitter: @fo0_

  • Karole, la vidéo ne vient pas de nous. Elle était destinée à la base, je pense, à des connaisseurs. 

    Merci pour la remarque :)

    à bientôt.

  • Pour commenter la 2° rencontre, riche d'infos, (Hakers/Jouanlistes) c'est juste dommage que le lieu de l'entretien ne soit pas dans un environnement sonore plus neutre car il est difficile de comprendre les propos. De plus ce jeune homme donne en rafale des noms qui ne sont pas communs à tous.... Dommage, même si l'intention y était.

  • J'aime bien votre compte rendu.J'èspère bien que de cette rencontre vont sortir de nouvelle résolution qui permettre d'améliorer un peu le monde des médias...

This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...