Haïti, la nouvelle terre d'accueil de l'Islam

Je suis fort aise partager avec vous ces quelques témoignages issus directement d'Haïti. Petite île des Caraïbes, Première République Noire du monde mais malheureusement plus connue ces derniers temps pour ses déboires politico-économiques et humanitaires. Un sujet dont on ne parle pas assez, pour ne pas dire jamais. Un sujet d'actualité que les médias traditionnels n'abordent pas. Et, je ne sais toujours pas pourquoi. Je me le demande encore. 

Cette fois-ci, une fois n'est pas coutume, j'aimerais attirer votre attention sur l'implantation récente mais certaine de l'islam en Haïti. Les mosquées sont en train de s'ériger un peu partout à travers le pays particulièrement à Port-au-Prince, la capitale. Les femmes haïtiennes déambulent dans les rues voilées maintenant. Sereinement, sans crainte d'être inquiétées. Tandis qu'en France, le Front National et l'UMP se livrent à un débat acharné et parfois électoraliste sur le port du voile par les musulmanes. Les haïtiennes récemment converties à l'Islam sont libres de passer leur chemin sans qu'aucune autorité n'a besoin de vérifier leur tenue vestimentaire ou le Parlement obligé de voter des lois sur comment nos concitoyennes devraient s'habiller. C'est la paix totale pour elles. Contrairement à la patrie des droits de l'homme. Alors, sur ce coup-là, la France est-elle encore la terre par excellence des libertés individuelles?

 

Pour rappel Haïti est un pays essentiellement christianisé avec les catholiques majoritaires et les protestants complétant  le reste du tableau. Une chose que je vous ai cachée jusque-là. Ici en Haïti, tout le monde est plus ou moins voudouisant. Mais on le dit pas à haute voix. Sujet encore tabou. Samedi soir, les gens se réunissent autour d'un prêtre vaudou pour implorer le pardon des "loas" (esprits vaudous) pour avoir été à l'église dimanche dernier.  Alors que demain dimanche, aux premières lueurs de l'aube, ils reprendront le même chemin pour aller recevoir l'Eucharistie ou écouter l'Evangile selon Saint Luc. Comprendre qui pourra!

Donc pour  revenir à nos moutons, la cohabitation entre l'Islam, le Christianisme et le Vaudou se passe jusque-là à merveille. Peut-être que nos politiciens devraient s'en inspirer. Ainsi aurait-on une séparation effective des trois pouvoirs et moins de bataille rangée entre l'Exécutif, le Législatif et le Judiciaire. D'ailleurs, Haïti est un pays laïc. Du côté de l'Etat, rien à craindre. Et, les haïtiens étant réputés hospitaliers et curieux, les nouveaux adeptes haïtiens de Mahomet ont du champ libre devant eux. Pas de place pour la paranoïa occidentale des attentats-suicides, des fondamentalistes ou des talibans... La paranoïa haïtienne est ailleurs. Nous avons plutôt peur des forces du mal, de la magie noire. Et, surtout de mourir. Tous les haïtiens ont peur de mourir. Comme s'ils pouvaient tromper la vigilance de la grande faucheuse. Ce qui nous conduit tout droit à un risque quasi-nul de voir un haïtien même fanatisé de se muer en bombe vivante. L'instinct de survie. 

Contrairement à notre grand voisin, l'Oncle Sam, champion par excellence de la promotion de sa démocratie, nous n'espionnons pas nos musulmans. Ils vont et viennent, vaquent à leurs occupations, récitent leur Coran sacré, font leurs 5 prières du jour... sans qu'on les pointent du doigt ou les accusent de quoi que ce soient de répréhensible.

Vive la laïcité, la diversité culturelle et religieuse en Haïti!

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines pr…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie Mi…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...