En 2011, nous avons été témoins du pouvoir incroyable des blogueurs et des utilisateurs des médias sociaux, qui ont capturé l'attention du monde par leur cyberactivisme. Dans le même temps, les gouvernements donnent l'impression d'avoir accentué leur “jeu” du chat et de la souris avec les net-citoyens, en portant atteinte à la liberté d'expression de l'opinion par une politique de surveillance, de censure accompagnée de la persécution et de la détention de blogueurs. On a rapporté que le régime syrien, de plus en plus au fait de la dimension technologique, réclamait des détenus qu'ils révèlent leurs identifiants de connexion, par exemple, et la torture est pratiquée  dans certaines prisons du Moyen Orient.

Conscients des menaces auxquelles ils sont exposés, les blogueurs conçoivent des plans d'urgence dans l'hypothèse de leur détention. La blogueuse syrienne Razan Ghazzawi était en route pour une conférence en Jordanie il y a plusieurs semaines lorsqu'elle a été arrêtée (elle a été finalement relâchée). Pour protéger ses contacts, elle avait partagé ses mots de passe avec des amis de confiance à l'extérieur du pays, qui avaient reçu la consigne de les changer dans le cas où elle serait arrêtée. De cette manière, elle n'aurait pas été  en mesure de révéler les identifiants de connexion à ses comptes, puisqu'ils auraient changé. D'autres blogueurs informent leurs proches contacts des plans d'urgence qu'ils souhaitent appliquer, en déterminant par avance s'ils souhaitent que soit lancée une campagne pour leur libération. Plusieurs des blogueurs arrêtés pendant cette année, en Égypte, en Syrie et ailleurs, ont des liens avec des réseaux internationaux d'activistes ayant l'expérience de la mise en place de campagnes globales et pouvant contacter aisément des responsables au sein des gouvernements, des entreprises et des organismes de défense des droits humains.

L'évaluation des risques individuels est une tâche qui n'est ni facile ni simple. Par conséquent, tous les blogueurs — qu'ils soient bien introduits ou qu'ils fassent leurs premiers pas — devraient envisager la création d'un plan dans l'éventualité malheureuse où ils seraient détenus.

La suite sur Global Voices

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Comme premières mesures de sécurisation des blogueurs, il n’y a vraiment plus rien à dire si ce n’est que de vous y encourager fermement. L’idée de l’adoption sur le plan international d’un statut juridique particulier du blog et des blogueurs est aussi à envisager: par exemple, en élargissant le cercle de réflexion sur ces idées de sécurité partout dans le monde sous forme de représentativités locales qui puissent chacune identifier pour chaque pays le type de mesures adéquates pour s’assurer une réelle protection du blogueur, peut-être parviendriez-vous à de meilleurs résultats sur cette question de protection. Une reconnaissance juridique de la pratique du blog constitue un grand pas vers une large protection de ses acteurs, enfin, ce que je crois!

This reply was deleted.

Articles mis en avant