Grece, reprise de la radio et télé publique

«La révolution ne sera pas télévisée», peut-on lire sur cette pancarte sur un stutio TV de l'ERT, mercredi 12 juin 2013 (REUTERS/John Kolesidis via RFI)

Buzz européen de  Maria Afonso

 

Après l’arrêt brutal de ses émissions, la télévision publique grecque a de nouveau recommencé à émettre quasiment un mois jour pour jour après sa fermeture.

La radio-télévision hellénique, en abrégé ERT a arrêté d’émettre le 11 juin 2013 à minuit. Avec cette fermeture près de 2 700 salariés ont perdu leur emploi. Mais c’est aussi l’arrêt d’émetteurs assurant une obligation de service public et la fin d’une information audiovisuelle indépendante d’intérêts privés.

Depuis lors, le gouvernement envisage une période intermédiaire, de deux mois environ, avec des programmes temporaires comme des films, des documentaires, et quelques informations en bandeau. Cette reprise fait suite à l'adoption le 9 juillet dernier du projet de loi NERIT qui signifie en grec «Nouvelle radio, internet et télévision hellénique». Cette nouvelle entité, NERIT, au capital de 5 millions d’euros, devrait être lancée à la fin de l’été, comme l’a déclaré le porte parole du gouvernement, Simos Kedikoglou.


Fin de l'ERT en Grèce: une nouvelle entité mise... par afp

Il est a noter que la fermeture de la radio télévision grecque est une initiative abrupte du gouvernement Samaras et qu’elle a provoqué une onde de choc.

On connaît les reproches formulés par le gouvernement : manque de transparence, gabegie, mauvaise gestion. Selon le premier ministre Antonis Samaras, les cinq chaînes de télévision et les radios du groupe coûtaient trop cher : 300 millions d’euros par an.

Les salariés produisent bénévolement sur Internet cinq bulletins d’informations et plusieurs émissions depuis le siège de l’ERT, qu’ils occupent illégalement. 

Témoignage de Fanis Papathanassiou, présentateur à l’ERT.

 

L’Union européenne de radiodiffusion, l’UER, a durement réagi à la fermeture de l’ERT. Pour son président, Jean-Paul Philippot, les médias de service public et leur indépendance sont au coeur des sociétés démocratiques

 

 

 

L’Union européenne de radio-télévision a mis en place une diffusion en direct de l'ERT "pirate" sur son site officiel qui permet le visionnage d’une édition en continu 

 

On peut, enfin, rappeler qu’aucun pays démocratique n’avait jusqu’alors décapité la radio et télévision publique, garante de la liberté de l’information.

 

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...