Grèce : l'or de la discorde

Par Charline Vasseur

 

Le Buzz de la semaine nous emmène dans le nord de la Grèce. Depuis plusieurs mois, la région est en proie à de vives tensions. En cause : l’exploitation de l’or qui se trouve dans ses sous-sols. Dans un pays en pleine crise, c’est une belle occasion de créer des emplois… mais à quel prix?



Avec ses grandes forêts et ses monastères, le nord de la Grèce est une destination appréciée des touristes. Mais cette région fait aujourd’hui les frais de la crise. Le groupe canadien Eldorado Gold y a lancé d'immenses travaux d'extraction d'or. Une ressource dont regorgent les sols du nord du pays.

En tout, ce sont trois projets miniers qui divisent la population locale depuis plusieurs mois. Les uns y voient une manne d'emplois, salvatrice en ces temps de crise difficiles. Les autres dénoncent leur impact négatif sur le tourisme et les dégâts environnementaux. Le plomb ou encore le mercure, nécessaires pour séparer l’or, pourraient polluer les nappes d’eau et l’atmosphère.

En octobre dernier, la chaîne Arte diffusait un reportage sur cette ruée vers l’or qui se joue actuellement. En Chalcidique, près de Ierissos, les machines de Hellas Gold, une filiale du groupe canadien, ont déjà commencé à déboiser le site. Selon le porte-parole de la société, le projet ne pose pas de problème environnemental (cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo).

Des projets encadrés et soutenus par l’Etat… Pourtant, les populations locales concernées s’opposent vivement aux mines d’or. A Ierissos, une mère de famille dénoncent les mines d'or qui selon elle vont détruire plus d'emplois qu'elles ne vont en créer (cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo).

Les manifestations se succèdent et la polémique enfle dans les deux camps… Fin février, près de Ierissos, des opposants au projet ont attaqué à l’explosif des bâtiments d’Eldorado Gold. Des forces spéciales et des unités anti-terroristes ont alors investi la zone. A Thessalonique, la deuxième ville du pays, une manifestation a réuni plus de 10000 personnes début mars. Soutenues par le parti de gauche Syriza, deuxième au Parlement, les manifestants dénonçaient notamment la répression policière à l’encontre des opposants à l’orpaillage. Ce jour-là, un manifestant accuse la police de terrorisme mais soutient que cela ne les fera pas plier.




Le Premier ministre conservateur Antonis Samaras a déclaré que l’accord signé en 2011 pour le projet de Thessalonique ne serait pas remis en question. En attendant, le bras de fer continue pour les autres projets. Preuve que l’exploitation de l’or cristallise actuellement tous les maux du pays.

_____________
Chaque semaine, le Buzz du Carrefour de l'Europe est repris et diffusé sur l'Atelier des médias. Cette chronique explore les vidéos et les histoires décalées qui ont fait le Ramdam en Europe et qui, souvent, sont passées inaperçues en France et dans le reste du monde.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...