God Save Tuléar! #Haruna

Lundi soir: c’est à 20h que je peux enfin mettre la main sur un ordinateur bien chargé. Depuis samedi soir, tous mes appareils (sans jeu de mots) sont en panne de batterie. L’électricité  ne marche pas depuis vendredi et est revenu timidement dans quelques quartiers les moins touchés par le « décès » des poteaux de la JIRAMA ( la société d’eau et d’électricité malgache).

Dans mon quartier, l’électricité ne reviendra pas de sitôt: des fils haute-fréquence sont à même le sol et mijotent dans les flaques d’eau: je repense à feu Claude François… Tuléar est sous les eaux, Tuléar a bu la tasse, Haruna est passé et a tout pris

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Photo deRANAIVOSON Bemana Njara José

Tout débute vendredi le 22 février 2013 dans la matinée, on est sur le qui-vive, l’alerte est donnée, Haruna passera dans quelques heures. Je ne m’y suis pas trop préparé parce que des cyclones, on en connait tous les ans. Et c’est à peine si je prêtais attention à la gravité de la chose: catégorie 3… J’espère que les Tuléarois n’ont pas réagi comme moi…

L’après-midi, du vent, des pluies, comme tous les cyclones quoi! Seulement, vers 17h, une partie de la toiture de chez moi est partie… autant en emporte le vent… A côté, les voisins n’ont aucun eu dégât matériel.Enfin si, mais pas à cause de Haruna mais des cambrioleurs qui ont profité de la météo pour tout rafler: sac ds de riz et de céréales.

Des arbres qui ont retiré leur révérence, des tôles qui manquent à l’appel… Haruna a bien joué son rôle… Tuléar peut s’endormir après ce vendredi pas très joli joli.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Photo de RANAIVOSON Bemana Njara José

Samedi 23 Février: Vers 7h du matin, on entend dire que la digue de protection à Belalanda a cédé et que le fleuve Fiherena est sorti de son lit. Des habitants d’Anketa racontent plusieurs heures après le drame qu’en une heure,l’eau est montée du genou au cou. Beaucoup de morts (16 jusqu’ici selon les statistiques officiels), des disparus, de sinistrés, de pertes matérielles et les histoires horribles ne finissent pas d’être racontées.

 

Une photo prise dans l'album de Koumar Audavdjee

Une photo prise dans l’album de Koumar Audavdjee

 

J’ai entendu parler de parents qui dans l’espoir de sauver leurs 3 enfants, les ont enfermé dans un placard. Ce dernier a été emporté par les eaux, on n’a plus aucune nouvelle, on ne sait pas si les enfants sont en vie ou pas. Une autre mère curieuse, pas trop chanceuse, est tombée dans un puits avec son bébé dans les bras... Lire la suite sur MONDOBLOG

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Plus d'infos ici :…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Faire de la radio, OK ✔️ Faire de la radio en public, OK ✔️ Faire des dramatiques radio en…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

La jeune femme que vous voyez en-dessous s'appelle Ada Lovelace, elle est née en…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

On vous la fait courte sur Facebook et les médias (puisque vous aurez compris qu'il…

Plus...