Nous autres philosophes avons pris de Socrate l'habitude de se faire clairement une idée de l’âme ou de l’essence ou de la nature de la chose naturelle ou artificielle sur laquelle nous appliquons notre faculté de comprendre avant d’en venir à des questions secondaires.

Je ne suis pas un spécialiste du net. Je n’en suis qu’un utilisateur du minimum de service possible. Mais je crois comprendre que l’esprit qui a conçu le net, celui qui a eu l’idée de concevoir cet instrument ou ce produit social ou encore ce service, est un esprit ouvert. Cet esprit est le même que l’esprit de ceux qui avec Karl Popper conçoivent et agissent pour que se réalise la « société ouverte ».Internet peut être considéré comme l’instrument le plus efficace pour réaliser cette "société ouverte" ou même comme le modèle parfait de cette société ouverte dans la mesure où on ne peut pas réunir toute la population mondiale sur une même surface où chaque homme verrait chaque homme et se verrait de chaque homme,parlerait à chaque homme et entendrait chaque homme,verrait sa pensée s'accorder avec celles des autres et entrer en désaccord avec d'autres pensées,ses valeurs avec d'autres valeurs,ses modèles avec d'autres moèles. L’internet apparaît donc sous le visage ou comme l'expression de l'esprit d'un homme qui oeuvre pour la conception et la réalisation et la protection d'une communauté virtuelle et concrète d'échanges de toutes sortes. Il voudrait être à mon avis un instrument de ce monde que Senghor appela de tous ses voeux:un monde de renconttres de tous les possibles de l'humanité,de l'humanité saine comme de l'humanité malade,de l'humanité savante comme de l'humanité moins savante,de l'humanité des croyants comme de l'humanité athée. Il est comme toute communauté d'échange,à l'image de toute société,mais plus que toute société,un espace de dialogue,de conflits et de résolution de conflits collectifs et personnels. L’esprit de l’internet est un esprit qui se dit que le monde ne s’arrête pas dans l’horizon de mon regard ou de ma pensée. Le monde est encore et toujours au-delà des limites que je lui donne. On peut en douter pour le monde naturel mais personne ne doute aujourd’hui que le monde humain est sans limite.

C’est cette philosophie de l’infini à ce qu’il me semble, qui est à l’origine de l’internet. La philosophie du "je pense" et "je sens" donc "je suis" mais aussi "l’autre sent et pense donc il est " et à ce titre détient les mêmes droits que moi au-delà de tout ce qui peut me séparer de lui. L'esprit de l'internet a besoin de rencontres, de solidariser , d’entrer en compétition et en contradiction avec d'autres esprits.La sensibilité de l'être de l'internet est une sensibilité universelle,celle qui voudrait être sensible à tout. L’esprit de l’internet cherche à réduire le maximum possible sinon à éliminer toutes les sortes d’écarts qui séparent les hommes, en tant que personnalités individuelles ou en tant que peuples et cultures. Il veut que dans le même miroir, que chacun puisse se voir et puisse voir chacun dans une immense toile d’araignée faite de relations multiples où la personnalité, les convictions, les valeurs, les modèles se construisent, se heurtent,se déconstruisent et se reconstruisent à la suite de leurs rencontres. Une autre caractéristique de l’esprit qui inventa internet, c’est qu’il est un esprit qui n’aime pas la solitude. Il est aussi un esprit qui aime la critique, le contraire de ce qu’il pense.

En ce sens il participe efficacement à la réalisation de cette rencontre de l'universel, à ce "rendez-vous universel du donner et du recevoir" que perçut et voulut l'esprit de Senghor entre les peuples et les individus,dans un espace où chacun, le plus pauvre et le plus riche des hommes , le moins savant et le plus savant aurait en droit et dans les faits quelque chose à apporter à ses semblables, puisque personne ni aucune culture ne peut prétendre coontenir toute l'humanité,être tout l'homme ou avoir réalisé en lui toutes les possibilités esthétiques, morales,philosophiques et autres de l'humain.Il est toujours dans l'attente de l'inconnu, du nouveau,de l'étrange, du bizarre, du choquant comme de la plus haute sagesse.

A juste titre,par son esprit de rassembleur et de réducteur de distance,on a comparé internet ou le monde à un village planétaire pour mettre en évidence l’aspect du rapprochement entre les hommes sans supprimer les distances physiques et d'autres écarts qui les séparent. On peut aussi, en partant d’un proverbe sénégalais, comparer internet à une femme qui allaite des jumeaux .Au Sénégal, on enseigne aux princes et aux guides que « la femme qui allaite des jumeaux doit se coucher sur le dos et non sur un côté »C’est pour mettre en évidence la nécessité du prince ou de l’arbitre de tous, d’être neutre. La toile de l’Internet peut être comprise sous ce modèle sensible : une femme qui allaite des milliards et des milliards d’enfants. Chaque entrée correspondrait à une source d’allaitement et d’un lait vital.On peut la comparer aussi à une femme qui se donne à tous les hommes et qui conçoit des êtres avec ces hommes des êtres vivants.

La question que je voudrais poser au sujet d’internet est la suivante : une femme qui allaite plusieurs enfants a-t-elle légitimement le droit de refuser son sein à un d’entre eux ou à quelques uns d’entre eux parce qu’ils n’ont rien qui lui ressemble ou parce qu’ils ne portent aucun signe qui rappelle leur père ?

Je ne connais pas la réponse des autres, mais j’ai entendu Francis Pisani à travers une de ses chroniques au sujet des rapports entre l’internet et la démocratie : l’internet n’est ni avec la démocratie ni contre la démocratie, ni contre la tyrannie ni avec elle. En d’autres termes, « l’ internet n’a pas de nature ».

Demander à Internet de ne pas être neutre n’est-ce pas alors porter atteinte à l’esprit de ses inventeurs ?

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Tout est dit je pense. Espéront que les décisions ce prendront dans le bon sens.
  • A u fond je crois que nous réclamons tous la même chose et internet est comme le dit notre ami commun Louise Plamondon "un outil" qui nous facilite cette liberté et cette échange universels que je nous réclamons.Je suis aussi d'accord avec toi quand tu soulignes qu'il ne faut pas que la liberté des uns "brime"celle des autres.Il ne faut pas que cet outill neutre soit l'arme de coupables sans visages.Il est vrai aussi comme tu le souligne que les inventuers d'internet ne sont pas les fabriquants,les fournisseurs de services particuliers que sont les entreprises commerciales,les sités ,les journalistes professionnels et les bloggueurs.
  • Effectivement l'internet n'a pas de nature. C'est un outil. Un outil peut être bon ou mauvais.Tout dépend de la personne qui s'en sert. Si je me sers d'un marteau pour planter un clou c'est bon parcontre si je m'en sers pour assommer quelqu'un c'est mauvais. Ça n'a rien à voir avec le marteau mais tout avec la personne qui s'en sert. Je suis d'accord avec toi. La disparition de la neutralité du net porterait grandement atteinte à son esprit d'ouverture et aussi à son contenu qui deviendrait selon moi insipide et ennuyeux comme c'est le cas pour la télévision.
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...