A l’occasion de la désignation du nouveau pape, prenons le temps de revenir sur un phénomène qui fait couler beaucoup d’encre et de salives au Bénin. Les plus avertis l’ont déjà peut-être deviné, il s’agit bien de « Parfaite » de Banamè qui a déjà désigné son « pape » bien avant  la renonciation de Benoît XVI. Certains l’accusent d’hérésie, on parle même de manœuvres du diable, ses adeptes soutiennent qu’il s’agit bien de Dieu Esprit ; retour sur ce qu’il convient d’appeler désormais (avec une certaine ironie) le schisme de Banamè.

 

Une fois encore, le Bénin a innové dans le domaine religieux. On connaissait déjà l’ampleur que prennent certains mouvements sectaires en Afrique et particulièrement au Bénin. La prolifération des églises évangéliques et apostoliques diffusant des messages apocalyptiques était devenue chose courante dans toutes les grandes capitales africaines. Mais ce dont nous allons parler relève d’un tout autre ordre tant il revendique d’emblée être le renouveau de l’Eglise Catholique romaine.  C’est en 2009 que « Parfaite » s’est révélée au grand public béninois. Tout a commencé à Banamè Sovidji, un village de la commune de Zangnanado à quelques kilomètres du centre-ville. Elle dit être l’incarnation de Dieu Esprit-Saint. Ce Dieu Esprit-Saint se serait fixé une mission de trente ans et en trois points à savoir :

1-    bouter hors du Bénin la sorcellerie et ses corollaires de nuisances maléfiques et mortelles ;

2-    restaurer et assainir l’Eglise catholique mise en place par Jésus-Christ ;

3-    mettre fin à la commercialisation de la foi.

Très vite, le mouvement a drainé du monde, des pèlerinages ont été organisés vers ce que les adeptes de « Parfaite » appellent déjà la terre sainte de Banamè afin d’y vivre des miracles et suivre des enseignements. Les adeptes proviennent tant des rangs des chrétiens catholiques que d’autres religions.

Parfaite et sa suite ne se contentent plus désormais de rester dans leur village de Banamè. Ils organisent régulièrement des campagnes d’évangélisation à travers le pays. Le nombre de personnes qui viennent à ces véritables croisades où les entrées sont payantes, des objets de cultes et d’usage (chapelets, crucifix, sels, huiles d’olive etc.)  sont vendus après avoir été bénis par « Parfaite » nous laissent dubitatif sur la fondation de la foi de nos compatriotes.

Il faut souligner que Parfaite n’est pas seule dans l’accomplissement de sa mission. Depuis le début, elle bénéficié de l’accompagnement du Père Mathias VIGAN, le prête qui a fait de Parfaite son égérie. C’est d’ailleurs l’une des causes qui justifient l’engouement que portent surtout les chrétiens à l’endroit de la déesse de Banamè. En effet, c’est le père Mathias VIGAN qui a été désigné le 17 novembre 2012 comme le nouveau pape de l’Eglise catholique par Dieu Esprit-Saint. Christophe XVIII comme il se fait appelé est pour les adeptes de Parfaite le premier pape Noir de l’Eglise catholique romaine.

Aujourd’hui, le nombre des adeptes de la déesse de Banamè ne cesse de croitre, on peut le constater à chacune de leurs sorties. Ils ne se cachent plus et n’ont pas honte de brandir les affiches à l’effigie de Parfaite.

 

Que dit l’Eglise catholique ?

 

L’Eglise catholique suit la situation non sans une certaine consternation mais semble être incapable d’agir en conséquence. Elle laisse grandir le mouvement assistant au départ de bon nombres de ces fidèles qui vont garnir les rangs de Parfaite. Mais on ose croire que la situation ne saurait durer. D’ailleurs, le père VIGAN a déjà été excommunié  par Mgr. Azondekon, évêque d’Abomey.

Mais les dignitaires de l’Eglise catholique du Bénin estiment surtout qu’il s’agit d’un phénomène éphémère qui ne durera qu’un temps tel un feu de paille. Ils mettent l’accent sur le fait qu’il ne s’agit que de l’égarement d’un prête et exhortent tous les chrétiens à persévérer dans la prière martelant par ailleurs que l’Eglise catholique universelle est unique et son seul pape, François Ier, est au Vatican.

 

Et au sein de la population béninoise ?

 

La population quant à elle est très visée sur la question. Déjà, vu le nombre d’églises qui pullulent dans nos villes et quartiers de ville le rapport de certains béninois avec la religion a beaucoup évolué. Sur la question de Banamè il y en a qui pensent qu’il ne s’agit que d’une simple invention pour escroquer les béninois. Certains vont jusqu’à penser que ce n’est rien d’autre qu’une manœuvre du diable pour détourner les fils de Dieu, soutenant ainsi qu’il n’existe qu’une seule Eglise catholique universelle.

 

Pour aller plus loin visiter le site de Parfaite cliquez ici

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...