Forwards : le nouveau webzine des "dealers d'idées"

 

Cette semaine a plutôt bien commencé avec la venue d'une nouvelle perle sur le web: Forwards.

Forwards est un web-magazine qui propose essentiellement des portraits de gens au parcours de vie atypique et qui incarnent un certain nombre de valeurs. Des valeurs qui font rupture et qui bouleversent notre manière de penser et d'appréhender les choses.

De l'identité visuelle du site, jusqu'au réalisme des portraits, en passant par une expérience utilisateur originale, tout concorderait à croire que les créateurs qui se cachent derrière Forwards sont des professionnels aguerris. Et pourtant, il n'est pas question ici de journalistes mais d'une bande de copains âgés d'une vingtaine d'années. Ils ont voulu créer le média qu'ils auraient aimé voir exister.

 

« On s’est fait plaisir, on a fait le média qu’on avait envie de lire »

 

Pour Maxime Verner, le directeur de publication, l'échange se fait avant tout d'humain à humain. C'est pour cela que lui et son équipe (Ahcène Amrouz et Jean-Baptiste Semerdjian) ont voulu créer un média qui puisse offrir au lecteur un panel de portraits tous aussi enrichissants les uns que les autres.

 

Parmi ces portraits on trouve :

  • Rafi Haladjian : un serial entrepreneur qui a lancé le premier un objet connecté (le Nabaztag). Rafi est "l'archétype de l'entrepreneur du web (...) qui se focalise sur la marche du siècle."

 

  •  Jessica Nelson : fondatrice des éditions Saints-Pères. Elle publie en série limitée des œuvres littéraires manuscrites. "Sa maison d’édition redonne sa place à une certaine forme d’artisanat : numérotés, les coffrets sont assemblés à la main et frappés au fer à dorer. Les Éditions des Saint-Pères explorent à leur manière la crise du marché du livre".

 

Le but de ces portraits? Sortir des discours idéologiques. Forwards ne veut pas donner de leçons. Forwards ne parlent pas de valeurs mais de gens qui en suggèrent. Il s'agit d' "apporter des réponses qui soient à hauteur d’homme".

 

 

Au plus proche du réel

 

Forwards possède une identité visuelle particulière: pas de photos, pas de vidéos et surtout beaucoup de dessins et une homogénéité des couleurs. Ce choix, Maxime le justifie par la volonté de se concentrer sur le texte car c'est pour lui le meilleur moyen de décrire une personne.

 

Ces portraits ne sont pas sans rappeler ceux du quotidien "Libération". Maxime confie d'ailleurs en être un fidèle lecteur :

« La seule page de la presse quotidienne française que nous lisons tous les 3 depuis 10 ans c’est la der de Libé ».

 

Cette page elle inspire les fondateurs de Forwards, "tous les jours on découvre quelqu’un de génial."

 

Pour réaliser leur travail, les trois acolytes prennent le temps de se rendre chez les gens. Et ce pour s’imprégner au mieux de l’endroit dans lequel ils habitent et de leur personnalité, pour être au plus proche du réel. Maxime, Ahmed et Jean-Baptiste veulent prendre le temps de construire un média travaillé. Ce qu'ils veulent avant tout, c'est que le lecteur pense par lui-même et se fasse, librement, sa propre opinion des personnalités qu'il découvre.

 

 

Du conseil d’entreprise à la création d’un média

 

Maxime n'est pas journaliste, Ahmed et Jean-Baptiste non plus. Il possède un cabinet de conseil (Hesychia) où il accompagne des entrepreneurs qui ont des projets innovants et surtout qui bouleversent un marché traditionnel. Dans son métier il accompagne des gens qui ont des idées et qui ont besoin de stratégie. Avec Forwards, il met en avant des gens innovants pour donner des idées. Finalement le lien entre ses deux domaines d'activité est assez cohérent.

 

 

Le club Forwards : IRL

 

 

Forwards n'est pas seulement un magazine web, c'est aussi le moyen de rencontrer les personnes décrites dans les portraits IRL ("in real life", dans la vraie vie). Tous les premiers samedis du mois ont lieu "les clubs". N'importe qui peut envoyer au préalable sur l'événement Facebook une idée de sujet qu'il a envie d'exposer en 10 minutes. Il n'est bien sûr pas question de présenter un projet professionnel mais bien de parler de ce qui nous inspire dans la vie.

 

Forwards "c'est un truc de banlieusards" déclare-t-il avec fierté. Maxime et son équipe viennent tous de banlieue. Ils veulent donner des clés aux jeunes qui n'ont pas d'exemple, pas de modèle. "C'est pour dire aux jeunes qu'on peut réussir même en dehors des cadres traditionnels". Maxime en est une bonne illustration: à 24 ans il a déjà créé un cabinet de conseil et "la légende voudrait même qu’il se soit présenté aux élections présidentielles en 2012."

L'objectif est énorme confie-t-il : redonner de la liberté aux jeunes et de la créativité. Un beau pari mais qu'ils ont choisi de relever de manière simple: d'humain à humain. 

 

 

Manon MELLA.

 

 

#Twitter

 

 

 

 

#Facebook

 

 

 

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Journaliste en contrat pro à l'Atelier des Médias de RFI
Twitter: @manonmella

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...