« Danser pour changer, chanter pour la paix », c’est autour de ce slogan que les jeunes festivaliers se réunissent pour proclamer leur acte de paix, longtemps recherché. Une fête musicale et de danse afin de manifester un engagement pour une paix durable, qui de nos jours médiatisé et psalmodié mais qui n’est pas vécue comme tel. Celui-ci permet aux nouvelles générations de donner un sens particulier à la paix afin de pouvoir changer les séquelles de la guerre pour un avenir judicieux…

Trois jours durant permettent aux jeunes festivaliers et mélomanes de partager leurs expériences en rapport avec la paix autour de la musique traditionnelle. Dès l’entrée de la porte de l’institut Mwanga connu sous le nom du collège Mwanga en ville de Goma passant pour visiter des villages humanitaires pour aller assister aux différentes prestations des musiciens invités en ce jour et par la suite se procurer un lunch si possible…voilà ce qui permettent aux jeunes de vivre en union durant trois jours du festival, qui de plus, 8 mille et 29 mille jeunes ont participés à la première et deuxième édition et dont une troisième est projetée pour ce mois de février 2016. A travers la musique, les jeunes parlent un seul langage « la paix » mettant de coté toute identité culturelle, interethnique et sans aucune discrimination… Non seulement les jeunes démontrent leur aspiration à une paix durable par la musique mais plus encore des organisations humanitaires locales et internationales y créent des villages humanitaires pour exposer leurs œuvres ayant train à la paix afin de susciter cette nouvelle génération de digitale native à la culture de la paix et la cohabitation pacifique. Plusieurs activités y sont organisées. Un lunch y est partagé entre ami. C’est  vraiment une ambiance d’une fête musicale et de danse pour une génération aspirant à une paix durable. Des artistes musiciens locaux, nationaux et internationaux y prestent pour égailler les jeunes festivaliers…c’est une histoire de musique et de danse partagée pour la paix…

 

Quid du festival amani

Un festival de musique et de danse traditionnelle pour la région des Grands Lacs. Ce festival est offert aux jeunes afin de leurs offrir un espace de fête musicale loin des problèmes quotidiens et des séquelles de la guerre où les peuples de la région des Grands Lacs peuvent se rencontrer et penser à un avenir commun meilleur. Aussi ce festival permet au monde de se rendre compte de la volonté qu’ont les jeunes d’aller vers un avenir meilleur et d’user de leur talent pour y arriver. 70 organisations, locales qu’internationales ont participées en village humanitaire kwa kesho Bora (Ndlr, mot du swahili pour signifié, pour un demain meilleur) pour permettre aux jeunes de rêvé et pensé grand.

Initiative du Foyer Culture de Goma, très actifs dans la formation des différentes disciplines artistiques (chant, danse, art parlé…). Il a été promu par Eric delamotte, belge de nationalité, engagé dans nombreux projets humanitaires et de développement socio-économique au Kivu depuis 20 ans. Guillaume Bisimwa ancien directeur de ce foyer culturel est le directeur et coordonnateur d’une équipe d’une vingtaine de jeunes responsables de différentes commissions. Près de 500 volontaires se sont manifestés pour participer de manière gratuite à l’organisation et au bon fonctionnement du festival 2014-2015.

La troisième édition de ce festival est projetée pour ce mois de février du 12, 13 et 14/2016. Il connaîtra la participation des différents musiciens locaux, nationaux et internationaux, comme de coutume.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

🏃 On se dépêche de lire cet article, et ensuite on regarde trois épisodes de…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

🐖👉🥓 La semaine dernière, le journaliste Geoffrey Le Guilcher racontait au micro de…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

🔎📰 Plus rapides, plus réactifs... Et moins originaux ? Ina Global pointe…

Marie-Stéphanie Srvs via Twitter
« 64 % de ce qui est publié en ligne est du copié-collé pur et simple » | InaGlobal http://ln.is/www.inaglobal.fr/num/b6tNd 
hier
Plus...