Ferhat Bouda, photographe de la berbérité

Dans le cadre de notre série de notre série consacrée au Festival International de photojournalisme Visa pour l’image, nous vous proposons l’histoire de Ferhat Bouda, un homme que rien ne destinait à la photographie et dont les clichés relatent le quotidien berbère.

Avant de rencontrer Ferhat Bouda, devant l’entrée de l’exposition qu’il propose, cette année, à Perpignan, j’ai décidé de revoir ses images de familles berbères marocaines du Haut Atlas. Son travail, extrêmement sensible, en noir et blanc, montre des vies simples, sans aucun confort, au coeur d’une montagne décharnée. Une poésie mélancolique se dégage de ses clichés. Ceux-ci, il faut l’admettre, entrent plus volontiers dans la catégorie “photographie d’art” que dans celle, plus informative et moins onirique, du photojournalisme.

Né en Kabylie, il arrive à Paris en 2000, porté par l’idée de faire un film en langue berbère, pour sa grand-mère restée en Algérie. Un projet, un rêve, qu’il réalisera à sa manière...

➔ Découvrez le travail de Ferhat Bouda sur son site

Crédit photo: Ferhat Bouda, de sa série “Kabylie”

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Ziad Maalouf est journaliste, producteur de l'Atelier des médias RFI

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Merci !! J'ai été tellement touchée par ce reportage. Je pourrais l'écouter mille fois je crois. 

This reply was deleted.

Articles mis en avant