Expressions et facettes contemporaines du racisme dans le monde : L’UTILISATION  DES VICTIMES POTENTIELLES DE RACISME PAR CERTAINES ELITES OCCIDENTALES DANS LA PROMOTION DE LA CAUSE DES HOMOSEXUELS EN OCCIDENT - approche internationale.

Il est important en premier lieu, de faire part de l’intérêt considérable du titre du présent article dont le thème renseigne, d’enjeux très actuels pour l’Humanité à travers sa quête de paix et d’harmonie entre les différents peuples qui la composent. Le choix du titre provenant d’un constat, s’est imposé pour deux principales raisons :


- le constat du défaut de discussion ou du défaut de constat explicite sur le problème direct qu’il soulève à savoir les questionnements sur les raisons du constat lui même,

- les problèmes indirects soulevés par le constat, leur gravité et les dangers qu’ils font courir à la société, à l’Humanité dans son intégralité.


Le titre et son thème non moins importants et non moins inactuels, bien au contraire, sont donc proposé pour le premier et revisité pour le second en parallèle au sujet très préoccupant du « mariage entre personnes de même sexe » actuellement présenté comme « modèle » par certains pays occidentaux comme la France, les USA , les Pays-Bas, l’Angleterre, au reste du monde, à l’ensemble de l’Humanité qui est loin de cautionner les projets de légalisation et les légalisations déjà existantes, des comportements homosexuels au travers de l’institution classique, normale et absolument universelle du mariage.


Ces projets posent beaucoup de questionnements ayant trait à l’histoire, à la sociologie, à la science, à la philosophie, au droit, à la politique, à la culture, à l’économie, à la géopolitique, à la paix dans le monde, aux relations internationales (...).


C’est dire donc, que les projets d’expérimentations et les expérimentations sociales qui ont actuellement lieu dans beaucoup de pays occidentaux très développés, constituent des signaux très alarmants sur l’avenir, l’état du monde et de l’Humanité au vu des problèmes déjà très importants et très nombreux qui affectent la planète terre. L’objet du présent article est donc d’interpeller en plus des innombrables voix qui s’élèvent dans le monde sur les enjeux considérables qui sont soulevés pour l’Humanité à travers le thème traité et les dangers très graves, latents qui la menacent du fait notamment des risques réels d’exacerbation des conflits déjà existants à court, moyen et long terme.
Il sera fait d’abord état du constat de départ pour rendre compte ensuite des problèmes qu’il soulève ainsi que de leur analyse.


Constat


L’utilisation subtile, volontaire ou involontaire des victimes potentielles et réelles du racisme par certaines élites occidentales dans la promotion de la cause des homosexuels en occident est à mon sens la manifestation très violente car psychologique, du racisme vis à vis des personnalités de couleur ou d’origines étrangères. En tant que personne de couleur noire, j’ai depuis plusieurs années eu à observer en occident, des comportements, écouté des propos qui m’ont conduit à cette réflexion. L’actualité qui prévaut en effet sur ce sujet très grave soulève des inquiétudes très profondes sur les proportions que prennent les crises morales et de conscience qui affectent l’Humanité dans son intégralité.


L’orientation de la réflexion à la lumière du sujet dans ses paramètres directs soulève à mon sens le sujet multiséculaire du racisme, de l’esclavage, de l’exclusion et de la xénophobie dont les noirs, les arabes, les personnes d’origines étrangères (de couleurs) relégués longtemps aux basses besognes, font l’objet de la part de détenteurs du pouvoir dans le monde occidental. Nous nous devons donc de dénoncer cette violence et à appeler à la dignité de la part de tous ceux qui sont mus d’ambitions à ne pas se laisser utiliser contre cette dignité, les valeurs et les convictions qui sont les leurs. La lutte contre la pensée insensée, l’hypocrisie, le racisme latent et sournois sont à mon sens des défis fondamentaux de la civilisation diverse de l’Humanité au XXIème siècle.

Analyse


Nous sommes aujourd’hui à un tournant très important de l’histoire de l’Humanité, qui nous conduit à nombre de questionnements fondamentaux dans cette seconde décade du XXIème siècle, consécutive aux progrès de la révolution industrielle du XIXème siècle, aux crimes de l’esclavage, aux barbaries des deux grandes guerres du XXème siècle. Ce tournant possède la particularité de recouvrir la période de transition entre le 1er millénaire et le second millénaire de notre ère ainsi que les idées nombreuses, les incertitudes, et questionnements existentiels sur le devenir de l’Humanité qui l’accompagnent. Ce tournant recouvre aussi des niveaux de plus en plus spectaculaires de développement économique dans le monde rendus notamment possibles par la révolution numérique participant d’une uniformisation de plus en plus tangible des différentes parties du globe terrestre. Ce tournant recouvre des crises financières mondiales, une crise énergétique, dont les conséquences, sont prégnantes, au point où il est à présent question de « 3ème révolution industrielle », proposée par Jeremy RIFKIN (Editions les liens qui libèrent, version française, 2012). Ce tournant recouvre aussi une exacerbation de l’individualisme surtout en occident, qui donne lieu à des revendications de reconnaissance égale avec les standards sociaux absolument universels, de la part des homosexuels.


Ces revendications et les législations vers lesquelles elles conduisent sont une menace et un danger très graves pour l’ensemble de l’Humanité au travers des modèles et repères proposés aux enfants et aux jeunes adolescents du monde entier par les Etats icônes comme les Etats Unis d’Amérique, la France ou l’Angleterre.


Cette volonté de transport et de diffusion des « nouveaux modèles sociaux occidentaux » démunis à mon sens de fondations et de bon sens propres à la vie, est si tenace que le Secrétaire Général des Nations, s’est présenté par le propos en promoteur de ces « modèles sociaux occidentaux » lors du 18ème sommet de l’Union Africaine tenu à Addis Abeba le 29 janvier 2012, malgré les problèmes très importants de développement et de démocratie, que connait encore ce continent lessivé par une exploitation séculaire de l’occident, de l’impérialisme et de la colonisation (Cf. Dr.Yakhouba DIAGANA, Réaction au discours de Banki-Moon ( S.G des Nations Unies ) au sommet du l’Union Africaine du 29 – 01 – 2012 à Addis Abeba : Attention aux dérives aberrantes et au laxisme fatal à l’Humanité ! http://kassataya.com/actu/attention-aux-derives-aberrantes-et-au-laxisme-fatal-a-l-humanite).


Le modèle en question qui est paradoxalement présenté comme un progrès par ses tenants, est selon certaines analyses, une des raisons de la déchéance et de la décadence de la civilisation grecque ; à mon sens c’est la raison majeure (Cf. infra). Ce modèle est donc, la manifestation incontestable d’une régression d’un obscurantisme certain. C’est en effet à mon sens, dans les termes suivants que se dresse le tableau des rapports entre les puissances occidentales (les Etats icônes) et l’Humanité au nom de laquelle ils brandissent et imposent à tort leurs idées sous couvert du droit, de la démocratie à l’intégralité de leurs citoyens et au-delà à toute l’Humanité :


les puissances occidentales n'ont aujourd'hui très souvent, plus de repères solides et restent accrochés à des théories et thèses scientifiques erronées et absurdes; c'est le cas précisément avec les aboutissements des légalisations et de projets de légalisations de mariages pour des personnes de même sexe, de PMA (Procréation médicalement assistée ) etc., qui font débats en ce moment en France et ont aboutit dans certains Etats comme les Etats Unis ( partiellement), les Pays-Bas ou l’Angleterre. A cet égard, nous nous devons d'affirmer que la folie de l'Homme n'a aujourd'hui aucune limite alors même que sa sagesse et sa clairvoyance sont bridées par sa propre conscience par ce fait absolument gravissime qu'il ne perçoit pas toujours " l'inconscience" comme un disfonctionnement du bon sens. L'inconscience est semble t-il par moment érigée en un postulat positif.
Avec de telles approches confortées par l'individualisme, la corruption du matérialisme absolu, l'absence de la morale, les conséquences empiriques et latentes pour la société, sont très vite reléguées au second plan et témoignent ainsi d'une dictature du dérisoire du déraisonnable et de l'irresponsabilité des autorités légitimes. C'est un retour certain à l'obscurantisme ; le siècle des lumières est hélas bien lointain dans beaucoup d'esprits contemporains.


Voltaire, en effet, a pu écrire a propos de l’homosexualité comme étant un « attentat infâme contre la nature », une « abomination dégoûtante » et une « turpitude ». C’est donc un comportement qui a jalonné l’histoire de l’Humanité certes, mais c’est un comportement qui n’a jamais été cautionné unanimement, et qui se trouve relever de traductions des manifestations, des dérives des étapes d’évolutions, des errances, de l’expérience humaine, qui se caractérisent par l’inconscience par opposition au bon sens à la conscience et à la vertu.


En effet, de la synthèse de nombreuses études scientifiques et historiques, il ne ressort aucune explication pouvant justifier ces comportements plus qu’il n’en existe nullement de suffisantes – explications – pour nous éclairer sur toutes les anomalies (malformations et disfonctionnements) qui existent aussi bien dans le règne animal qu’humain. La science en effet à moins de verser dans le « scientisme » dissociant la science de son objet social, n’a pas réponse à tout et reste sans voix face aux infinis mystères de la vie qui dépassent de manière très criante - et que l’on a la fâcheuse tendance d’oublier – notre condition humaine. A cet égard les édifiants propos ci-après, rendent compte de l’impuissance et de l’irrationalité qui peut caractériser les sciences : en sciences physiques" [...] l'hypothèse des multi-univers repose précisément sur ce que la science critique le plus dans la pensée non scientifique - la foi." (José Rodrigues dos Santos, " La formule de Dieu", note finale, page 574, Editions HC, 2006). Certaines études scientifiques dans le domaine de la neuroscience, ont en effet conduit à des résultats révélant des différences de formations biologiques entre les personnes ayant des comportements homosexuels et celles qui n’en ont pas.

Ces résultats si toutefois ils s’avèrent fondés, ne font que rentrer dans la catégorie des malformations, disfonctionnement, ou anomalies existants déjà comme nous l’avons avancé plus tôt, dans la nature et dont les mystères ne sont pas expliqués ou ne sont pas explicables par la science (Cf. wikipedia.org/wiki/Homosexualité).


Selon une étude statistique réalisée dans les pays occidentaux, l'estimation de la proportion de personnes homosexuelles « va d'une hypothèse basse allant de 1 % à 2 % à de la population […]». Selon des études française, américaine, danoise, près de 97% des populations se livrant aux pratiques homosexuelles, sont bisexuels (hétérosexuels aussi) - (Cf. wikipedia.org/wiki/Homosexualité).
Ce qui précède, nous amène donc à conforter notre raisonnement pour présenter les comportements homosexuels comme étant très marginaux sur l’ensemble de la population mondiale qui a atteint les 7 milliards d’âmes en 2011 (Source : ONU).


Il est très important à ce stade de la réflexion de préciser que les revendications des personnes de même sexe sont motivées fondamentalement pour des considérations patrimoniales et administratives. Or il apparait qu’en France des droits réguliers leur sont reconnus avec l’adoption en 1999 de la loi sur le PACS ( Pacte civil de solidarité ) permettant à des personnes en concubinage ( de sexe différent ou de même sexe ) de bénéficier d’un statut juridique – contrat d’union civile - leur ouvrant droits et obligations. Pour cette raison il apparaît donc absolument injustifiée de la part de cette population de demander un alignement juridique au même titre que le mariage alors même que ses comportements n’ont aucune correspondance avec ceux consacrés par l’institution universelle du mariage.


Il ressort par ailleurs des études statistiques, que seulement 4,5 % des PACS conclus en 2010 concernent des individus de même sexe ; les 94,5 % des PACS conclus l’ont été entre des personnes de sexe différent (Cf. wikipedia.org/wiki).


Il est donc opportun à partir de ce constat, de se demander sur quelle bases directes se fondent les élites favorables à la légalisation inutile et « superfétatoire » du mariage entre personnes de même sexe en France ou ailleurs ? A mon sens, les considérations sont notamment au moins électoralistes en France et aux Etats Unis. Cette élite politique en France avec le parti socialiste et avec OBAMA qui a même publiquement utilisé ses enfants pour exprimer sa compassion avec les homosexuels, n’a à mon sens comme seul objectif que l’élargissement de son électorat. Pour cette élite, « la fin justifie les moyens ». Entre les deux élites il y a depuis la révolution française de 1789 inspirée de la révolution américaine de 1776 une influence dont la portée va du meilleur au pire.

De cette considération historique sur laquelle nous ne portons pas de jugement, il importe cependant de faire observer que de nos jours on assiste à un mimétisme imputable à la France qui suit l’engagement du Président OBAMA pour le mariage entre personnes de même sexe. Ce mimétisme inquiétant, car caractéristique d’une absence de réflexion au vu du bons sens et des arguments ci-dessus exposés, est révélatrice d’un complexe dont la portée ici, est à mon sens pour le pire.


Les enseignements qui ressortent des études qui précèdent, ce sont les aspects dérisoires, futiles et très légers qui caractérisent les sociétés modernes occidentales au nom des libertés individuelles et qui se traduisent par de très grandes dépravations, de toutes sortes d’expériences décadentes allant de la consommation de drogues très fortes, d’alcools jusqu’aux pratiques sexuelles de tous genres et ceci à l’excès. C’est justement avec l’avènement de la révolution française de 1789, point de départ de la promotion des libertés individuelles au XVIIIème siècle que la France fut le 1er pays à dépénaliser l’homosexualité en 1791. Par ailleurs, à propos de ces excès il est à relever que les projets de création d’endroits juridiquement reconnus pour la consommation de drogues en France, est une illustration encore plus tangible du non sens, du laxisme et de l’irresponsabilité des détenteurs de l’autorité légitime.

Le caractère futile du projet de légalisation du mariage gay a comme mérite comme beaucoup l’ont décrié de mettre de côté les questions importantes qui affectent la société comme l’économie ou l’environnement. Cette situation est donc caractéristique d’une irresponsabilité et d’une inconscience très graves face aux véritables enjeux pour un pays de la part de ses gouvernants.


Les comportements considérés au vu du rejet permanent dont ils ont fait l’objet dans toute l’histoire de l’Humanité, les interdictions qui leur sont opposées encore aujourd’hui à travers le monde, étant donné leur caractère incontestablement anormal, et inacceptables autrement, ne peuvent par conséquent être opposés à ceux relevant du bon sens et en aucun cas, ne peuvent et ne doivent raisonnablement être insérés juridiquement dans l’institution fondamentale et absolument universelle qui est celle du mariage entre un homme et une femme.
Ce sont en effet des comportements caractéristiques de la crise morale profonde qui affecte les sociétés humaines des XXème et XXIème siècles, et laquelle crise s’est notamment révélée retentissante avec la désormais très tristement célèbre « Affaire DSK ». De l’avènement de cette affaire en juin 2011, il a en effet été entendu de la part de certaines élites, la nécessité de restaurer les valeurs morales dans la politique et dans la société en France, au moyen notamment de l’enseignement d’une « morale laïque » à l’école.


Il apparait par ailleurs de l’analyse de l’histoire de l’Humanité, qu’aucune civilisation n’a atteint le niveau de déraison des XXème et XXIème siècles, qui se traduit par la mise en concurrence des comportements homosexuels avec les comportements normaux au point de légitimer les premiers par le droit en les insérant au même titre que les seconds dans l’institution classique du mariage.
Cette crise est d’autant plus inquiétante qu’elle renferme des postulats de légitimation des comportements homosexuels par les résultats d’études scientifiques d’observations du règne animal au sein duquel existent des comportements périodiques (non permanents) d’homosexualité.
Cette thèse est donc absolument absurde pour l’espèce humaine douée d’une très grande intelligence, de raison, de bon sens, de discernement par rapport à l’espèce animale, au-delà des considérations biologiques. Les animaux eux-mêmes de l’avis des scientifiques, ne demeurent pas continuellement dans les comportements homosexuels considérés.


Par conséquent et à la lumière de tout ce qui précède, il ne peut raisonnablement être soutenu que les modèles proposés de ce postulat totalement absurde soient des facteurs de progrès sociaux ou de modernité. Ce sont absolument au contraire des facteurs de régressions sociales et de dangers très graves pour l’Humanité dans son intégralité.


Ce sont ainsi, aussi, des facteurs de déstabilisations géopolitiques qui mettent en cause la paix mondiale et les relations internationales.
Le président russe a en effet publiquement pris position le vendredi 26 avril 2013 contre la légalisation du mariage entre personnes de mêmes sexes, en déclarant que ce qui est « normal en France, est anormal en Russie » et faisant valoir « les traditions culturelles et les normes éthiques » de la Russie. Il a ainsi déclaré « que la Russie, pourrait réviser ses accords d’adoption avec les pays autorisant le mariage gay ».


Cette position de la Russie est à saluer très fortement et devrait être suivie par tous les Etats qui affirment dans leur législation le rejet des comportements homosexuels ou qui ne les encouragent pas et ne les banalisent pas.


C’est pourquoi à présent, au nom de ce que je qualifierai tout naturellement et tout simplement de droit fondamental de l'Humanité, nous nous devons absolument de dire non au mariage pour tous. Nous nous devons de dire non, au nom du droit fondamental de l'Humanité à l'extension abusive "du droit fondamental" de l'individu considéré ici dans sa subjectivité, sa marginalité les plus négatives pour la Société, pour l'Humanité.


De ce qui précède nous pouvons ainsi affirmer avec force et conviction absolue que les Etats icônes violent le droit international, en remettant ainsi en cause les valeurs intrinsèques et fondamentales indiscutables de l’Humanité. Le concept de droit fondamental de l’Humanité dont l’évidence du contenu ne s’est jamais prêté à une consécration juridique et matérielle, impose à mon sens une exclusion de fait du modèle social fondamental normal, ou absolument universel, du champs des innovations sociales, que par le droit et par les règles traditionnelles de la démocratie ( règle de la majorité ), l’ensemble des Etats entreprendraient pour imposer à l’ensemble qui n’y adhère pas, des modèles sociaux remettant en cause les structures sociales fondamentales de l’ensemble de l’Humanité. Ce concept n’a pas été pensé lors de la rédaction de la Charte des Nations Unies et sa signature en 1945, puisque tout simplement, il allait de soi car relevant du bon sens fondamental.

C’est donc une évidence qui peut être lue à partir de l’extrait du préambule ci-après de la Charte :
« Résolus
• à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l'espace d'une vie humaine a infligé à l'humanité d'indicibles souffrances,
• à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites,
• à créer les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit international,
• à favoriser le progrès social et instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande, […] ».


Le second alinéa du texte ci-dessus faisant part de la « foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine… », ne pouvait envisager en 1945 l’hypothèse de la remise en cause du schéma classique juridique et universel, par les modèles actuellement consacrés juridiquement dans certains pays membres des Nations Unies et en cours dans d’autres pays. Il est très important et fondamental de rappeler le caractère dégradant et indigne pour la personne humaine, que constituent les comportements homosexuels. En effet au vu des études historiques, ces comportements correspondent dans leurs origines en Grèce, à la pédophilie actuellement inadmissible et sanctionnée pénalement partout dans le monde. Dans la civilisation Grecque ces pratiques avaient absurdement une portée pédagogique. Cette absurdité est admise et pénalement sanctionnée par notre civilisation.


Par conséquent il est tout aussi absurde à défaut, de les interdire totalement, de les ériger au même niveau que les actes normaux et naturels contenus dans l’institution classique et universel du mariage. Par cette approche il est absolument évident que des risques certains menacent les enfants physiquement et psychologiquement dans leur développement et leur équilibre les meilleurs.
Ces modèles sont donc incontestablement en contradiction avec les droits fondamentaux de l’Homme et par explicitation avec le concept des droits fondamentaux de l’Humanité parmi lesquels figure le mariage dans sa considération classique et évidente au moment de la rédaction de la Charte des N.U en 1945.


Par voie de conséquence, on peut absolument affirmer encore avec conviction, que les législations légalisant le mariage entre deux personnes de même sexe, sont constitutives d’une violation des engagements internationaux des Etats dont elles émanent, donc une violation du droit international.


Le modèle social normal ou universel au travers du mariage qu’il est consacré partout, doit être ainsi érigé en une « marque déposée » en tant que « patrimoine commun de l’Humanité » par convention internationale explicite et formelle en la forme d’une clause fondamentale disposant de la correspondance irréversible, indéterminée dans le temps et universelle du mariage entre seulement une femme et un homme.


Ce modèle nouveau qui est proposé dans certains pays et les comportements qu’il renferme sont récusés par toutes les franges clairvoyantes des sociétés humaines conscientes de leurs intérêts supérieurs. Le modèle social normal et absolument universel, préexiste en effet à l’individu, car lui seul permet naturellement son existence et sa perpétuation. Le modèle qui lui est opposé aujourd’hui dans les Etats icônes est le fait de dérives individuelles, individualistes et de la crise des valeurs morales fondamentales.


C'est l'Humanité toute entière qui est donc menacée par cette inconscience et cette irresponsabilité de beaucoup de pays.


Il y a en ce qui concerne les noirs, (pour revenir au constat) ou les personnes d'origine étrangère en occident, au travers des exemples de certains dirigeants et élites politiques, comme Barak OBAMA, Christiane TAUBIRA ou encore Najat VALLAUD-BELKACEM, Rama YADE en France, l’existence d’un certain complexe a céder et accepter au nom des autres dirigeants à défendre la cause des homosexuels.

En effet il y a une constance d'analyse de la part de beaucoup de gens ( en France notamment ) à considérer les personnes de couleurs ( noirs, métisses ou arabes ) du fait du racisme dont ils souffrent, dans la même catégorie que les homosexuels du fait du rejet dont ils font l'objet. Cette présentation ou classification est absolument inacceptable, insultante et révélatrice de la prégnance du racisme séculaire vis-à-vis des noirs, des arabes, ou personnes d’origines étrangère. En effet cette observation rend compte d’une distance incontestable observée vis-à-vis des personnes homosexuelles de la part des responsables politiques autres que noirs, arabes ou d’origines étrangères. Cette observation rend compte en toute vraisemblance, d’une affectation systématique du « sale boulot » dont personne ne veut à ceux qui doivent se sentir obligés de tout accepter comme les noirs, les arabes, les étrangers au risque de se faire virer.

C’est donc une violence très grave, un racisme latent, une très grande hypocrisie, qui ressortent de cette observation. Ce racisme latent est symptomatique d’une pathologie structurelle exprimée par l’un des hommes les plus intelligents de l’Humanité :

 "Après avoir fui l'Allemagne nazie, Einstein découvre, pendant son exil américain, l'ampleur de la discrimination raciale aux États-Unis. Vivant au milieu de la communauté noire de Princeton, il observe de près la ségrégation et s'investit au quotidien pour que les enfants noirs aient accès à la connaissance.

Refusant d'intervenir dans les universités qui pratiquent la ségrégation raciale, Einstein accepte pourtant de donner une conférence à l'université Lincoln en 1946 où il déclare : « Je suis de passage dans cet établissement au nom d’une cause qui en vaut la peine. En effet, les gens de couleur continuent d'être séparés des Blancs aux États-Unis. Cette séparation ne résulte pas d’une maladie des gens de couleur mais d’une maladie des Blancs.

Il est impensable que je me taise à ce sujet. »
Il se lie d'amitié avec le chanteur noir Paul Robeson et devient, à ses côtés, un militant des droits civiques et de la lutte contre le racisme. Avec Robeson, Einstein milite aussi en faveur du soutien des États-Unis aux républicains espagnols qui combattent le franquisme ; tous deux s'attirent rapidement les foudres et la haine du directeur du FBI, J. Edgar Hoover qui les considère comme des « ennemis d'État ».Alors qu'il est harcelé par le FBI pour ses positions politiques, l'intellectuel noir et fondateur de la NAACP (association pour la défense et la promotion des Noirs), W. E. B. Du Bois, sollicite le soutien d'Einstein pour sa défense devant la cour fédérale qui s'apprête à le condamner pour haute trahison. Einstein se porte aussitôt garant pour Du Bois, ce qui embarrasse les juges et empêche une condamnation arbitraire de ce dernier.Cet aspect de sa vie est resté largement méconnu et ignoré par la plupart de ses biographes " Cf.www.wikipedia.org.

Le caractère d’intolérance très grave qui ressort des lignes ci-dessus est à la hauteur de l’intolérance culturelle, bien que moindre et implicite, de la dictature des idées partisanes, qui sont observées en ce XXIème siècle. L’élément d’argument historique symbolisant la justesse et le bien fondé du constat d’A. Einstein ainsi que son actualité, est ce fait de l’interdiction de la musique noire aux USA sur les ondes radio dans les années 1920. Le lien avec A. Einstein : une des des applications de ses découvertes est justement la radio.


Ceci à mon sens rend compte aussi de la réalité du rejet des comportements homosexuels qui ne font nulle part dans le monde aussi bien scientifiquement que sociologiquement l’unanimité et ne peuvent être justifiées au point de pouvoir être alignés au même titre que les comportements naturels et hétérosexuels universels.


C’est le constat d’un certain complexe en réalité, historique et culturelle de la part des noirs, des arabes et personnes d’origines étrangères (notamment du tiers monde) vis-à-vis de la culture et des élites occidentales. Cette population doit s’affranchir véritablement de ce complexe et s’affirmer pleinement en parfait accord avec leurs convictions leurs cultures qui ne sont pas systématiquement opposées aux autres cultures, occidentales, ou non, car les cultures aujourd’hui comme depuis « Hier » sont en contact permanent, et se métissent. Pour autant on n’est pas obligé d’accepter tout pour se faire accepter !

En définitive, nous nous devons de faire tous face à ce défi majeur pour l’Humanité qui est celui de la sauvegarde totale et la restauration formelle, incontestable par le droit, le droit international, des valeurs structurelles et fondamentales de l’Humanité, que sont notamment les critères universels de réalisation du mariage, de la procréation, l’éducation et le droit d’éducation des enfants.

Dr. Yakhouba DIAGANA – Nantes le 1er mai 2013.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Document mis à jour par compléments de données statistiques et d'analyses.

    Y.DIAGANA - 07/mai/2013.

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...