Les Premiers ministres de Norvège et de Grande-Bretagne ont lancé un fonds de 200 millions de dollars pour s'attaquer à la déforestation dans le Bassin du Congo, la deuxième forêt tropicale la plus grande du monde.Lancé à Londres la semaine dernière, le Fonds forestier du Bassin du Congo soutiendra les initiatives venant des gouvernements, de la société civile et du secteur privé qui visent à réduire l'exploitation du bois.La destruction des forêts du Bassin du Congo du fait d'activités industrielles progresse rapidement dans toute la région, malgré la nécessité évidente du maintien de leur intégrité. L'exploitation forestière industrielle reste la principale cause de la destruction de la forêt tropicale africaine.

Ce fonds financera des projets de subsistance qui cherchent à rendre plus profitable aux communautés locales la préservation de la forêt plutôt que son abattage, de même que le développement de nouvelles approches novatrices. Ceci comprend un nouveau système satellite qui surveillera la forêt -- qui fait deux fois la taille de la France et couvre une région de plus d'un million de kilomètres carrés.La forêt tropicale humide du Bassin du Congo abrite environ 50 millions de personnes, 10.000 espèces de plantes, 1.000 espèces d'oiseaux, et 400 espèces d'animaux. Elle couvre la République démocratique du Congo, la plus grande partie de la République du Congo, le sud-est du Cameroun, le sud de la République centrafricaine, le Gabon et la Guinée équatoriale continentale.Les Nations Unies estiment que deux-tiers de cette forêt disparaîtront d'ici à 2040 si rien n'est fait pour empêcher la déforestation.La Grande-Bretagne donne environ 106 millions de dollars et la Norvège, environ 98 millions de dollars au fonds, qui durera jusqu'à 2012. Il sera présidé par le lauréat kenyan du Prix Nobel de la paix, Wangari Maathai, et l'ancien Premier ministre canadien, Paul Martin, et implique la coopération avec les 10 Etats membres de la Commission pour les forêts d'Afrique centrale (COMIFAC). La Banque africaine de développement gèrera directement les plus grands projets et abritera également le secrétariat du fonds.''Le Fonds forestier du Bassin du Congo est une réponse commune à un problème mondial à travers laquelle un mécanisme novateur et consensuel a été adopté'', a déclaré Maathai au lancement.''Il implique divers partenaires engagés à préserver et à protéger l'un des écosystèmes les plus rares au monde, la forêt tropicale humide du Bassin du Congo''.Il y a un consensus croissant selon lequel le changement climatique est en train d'être causé et renforcé par l'activité humaine. Le Premier ministre de Norvège, Jens Stoltenberg, estime qu'il n'y a pas de temps à perdre si le monde doit réduire les émissions.''Un cinquième des émissions mondiales de gaz à effet de serre est causé par la déforestation et la dégradation des forêts. Les forêts du Bassin du Congo seules peuvent contenir plus de 90 milliards de tonnes de CO2 (dioxyde de carbone), qui équivalent approximativement à deux années d'émissions mondiales au taux actuel'', a-t-il dit au lancement.''Pour réduire les émissions totales, la communauté mondiale devra prendre des mesures urgentes. Une réduction des émissions provenant de la déforestation et de la dégradation des forêts est essentielle pour s'attaquer au changement climatique''.Le fonds vient après l'annonce de la Norvège selon laquelle elle dépensera jusqu'à 580 millions de dollars par an pour préserver la forêt tropicale humide au cours des cinq prochaines années. Il fait également partie d'un fonds pour l'environnement de 1,5 milliard de dollars annoncé par le gouvernement britannique l'année dernière, lequel financera des projets aidant les pays en développement à s'adapter au changement climatique, à développer des technologies propres et à réduire la déforestation.Le programme de surveillance par satellite, l'un des premiers projets à être soutenu par le fonds du Bassin du Congo, comprend l'envoi d'un satellite dans l'espace avec une caméra de pointe pour surveiller les niveaux de la déforestation.Cette caméra, qui devrait être opérationnelle d'ici à la fin de 2010, montrera les clairières et les tentatives des bûcherons qui indiquent le degré de la déforestation. Elle surveillera également les changements environnementaux et la pollution offshore.
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • ENVIRONNEMENT-CONGO :
    Des forêts artificielles détruites non loin des villes par Arsène Séverin
    KINTELE, Congo , 8 jan (IPS) - Occupé sur une vaste étendue à dessoucher les troncs d’eucalyptus, Adrien Otsali est l’un des occupants dits "anarchiques" de la forêt artificielle de Kintelé, une bourgade située à 20 kilomètres au nord de Brazzaville, la capitale congolaise.

    L’Etat qui a boisé plus de 300 hectares dans ce massif, peine aujourd’hui à protéger ces eucalyptus, détruits quotidiennement par des populations en quête de terrains pour construire leurs maisons.

    "Je suis venu arracher les dernières souches d'eucalyptus sur mon terrain avant de commencer la construction. J'ai abattu tous les arbres ici pour dégager mon terrain", affirme Otsali à IPS.

    Michel Epoua, un autre habitant de Brazzaville, vient d'acquérir un terrain à Kintelé. "Dans quelques jours, je raserais tous ces arbres", indique-t-il à IPS, très déterminé.

    Plus loin, poussant une brouette pleine de charbon de bois, un réfugié rwandais hésite à parler à IPS. En se faufilant entre les hautes herbes, il s'écrie: "Si nous ne coupons pas ces arbres, comment allons-nous vivre?".

    Depuis 1996, une forte communauté rwandaise fuyant la guerre dans son pays, s'est installée à Kintelé. Ces réfugiés ont déjà saccagé, d'après le Service national de reboisement (SNR), plus d'une centaine d'hectares d'eucalyptus, pour en faire du charbon et du bois de chauffe, leur principale source de revenus.

    Selon des organisations de défense des droits de l'Homme basées à Brazzaville, quelque 5.000 réfugiés rwandais ont trouvé asile dans la périphérie nord de la capitale congolaise (Kintelé).

    "C'est tout le monde qui vient couper les arbres ici. Il n'y a pas que les Rwandais, même les bourgeois qui construisent en étage viennent. J'ai beau les empêcher, mais personne ne m'écoute. D'ailleurs, ils reviennent me menacer, et je suis impuissant", se plaint le chef du village Kintelé, Dominique Ngambio.

    Ces dernières années, on assiste à une vraie ruée des populations de Brazzaville vers ces terrains. "Nous ne pouvons pas acheter des parcelles en ville car elles coûtent très cher", explique Otsali à IPS.

    ''Sur les 300 hectares plantés à Kintelé, plus de la moitié a déjà été saccagée'', déplore à IPS, Gaston Boulingui, chef de station du SNR dans la zone.

    Le Congo a lancé, depuis 1986, un programme de boisement et de reboisement, non loin des villes, et chaque année, une journée de plantation d'arbres est organisée dans le pays. "En 1986, on ne parlait même pas de changement climatique. Aujourd'hui, nous sommes très avancés", avait déclaré, avec satisfaction, le président Denis Sassou Nguesso, le 6 décembre dernier alors qu'il plantait un arbre à Brazzaville à l’occasion de la Journée nationale de l'arbre et à la veille du sommet sur le changement climatique de Copenhague.

    Mais l'Etat est incapable de protéger ces espaces boisés, squattés par des occupants anarchiques et de pauvres collecteurs de bois de chauffe.

    A Pointe-Noire, ville côtière et capitale économique de ce pays d'Afrique centrale, le massif forestier de Mont Kamba est en train d'être détruit par les populations. Sur les 42.000 hectares d'eucalyptus plantés, 500 hectares ont déjà été détruits par les occupants anarchiques, selon la direction départementale de l'économie forestière de Pointe-Noire. Ces eucalyptus servent pourtant à l'équilibre écologique dans cette ville d'exploitation pétrolière où la pollution est très forte.

    "C'est un génocide forestier, il n'y a pas un autre mot. Et étonnamment, l'Etat ne fait rien", constate Jean Chrysostome Nziona, directeur de publication de l'hebdomadaire 'L'Observateur', paraissant à Brazzaville.

    Malgré la présence des garde-forestiers, les populations n'arrêtent pas. "Elles viennent même de nuit couper les arbres. Je vous assure que rien ne les arrête, c'est pour certains une source de revenus", témoigne à IPS, Jean de Dieu Ihouangou, garde-forestier à Mont Kamba.

    Le gouvernement est en bataille ouverte avec les propriétaires terriens, réhabilités en 1991 par un acte de la Conférence nationale souveraine qui a mis fin au parti unique et instauré la démocratie dans le pays.

    "Si l'Etat veut de ces terrains, il doit les acheter. Il y a eu en 1991 un retour au domaine. Pourquoi l'Etat ne veut pas reconnaître notre droit de lotir et de vendre les terrains ici?", demande Jean Philippe Edzoualiko, propriétaire terrien à Kintelé.

    "Nous ne vendons pas anarchiquement les parcelles, il s'agit de nos terrains que l'Etat avait spoliés à l'époque du monopartisme. Nous sommes chez nous, que l'Etat enlève ses arbres, ou on les coupe", déclare à IPS, Joseph Tchiniambi, membre de l'Association des terriens du Kouilou (ATK), dans le sud-ouest du pays.

    Devant ce dilemme des textes juridiques, la directrice du SNR, Rosalie Matondo, propose l'expulsion de ces occupants. "Nous avons une loi qui reconnaît les propriétaires fonciers, et une autre loi sur les forêts. Devant la superposition de ces lois, on ne sait plus qui a droit à quoi. Mais, la solution, c'est que l'Etat doit reconquérir tous ces terrains boisés en procédant par des expulsions", indique-t-elle, à IPS.

    Cette option ne paraît pourtant pas facile car l'Etat a maintes fois perdu les procès en justice contre ces propriétaires terriens. "Nous ne pouvons que jeter l'anathème sur l'Etat car il n'y a aucun texte qui prouve que ces terrains boisés lui appartiennent. Avant de déguerpir les occupants, l'Etat doit le prouver", explique à IPS, Nina Alida Kiyindou, juriste et chargé des forêts à l'Observatoire congolais des droits de l'Homme, une ONG basée à Brazzaville.

    L'ATK est même régulièrement consultée par le tribunal de grande instance de Pointe-Noire pour des conflits fonciers. "L'Etat s'est mis la corde au cou en reconnaissant que l'ATK pouvait vendre ces terrains boisés. Et ces jugements sont douteux car la loi dit que la terre appartient à celui qui la met en valeur, et c'est l'Etat qui l'a fait (qui a mis en valeur ces terres)", souligne à IPS, Guy Roger Kinga, avocat à Brazzaville.

    Toutefois, le ministre du Développement durable et de l'Economie forestière, Henri Djombo, a prévu de chasser en 2010 tous ceux qui occupent ces lieux. ''Nous les avons déjà identifiés'', a-t-il affirmé devant des journalistes.

    La forêt congolaise représente 2,5 millions d'hectares, soit 60 pour cent du territoire national. Le Congo couvre 10 pour cent des forêts du Bassin du Congo, le deuxième poumon vert du monde après l'Amazonie en Amérique du sud.
This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier