Entrependre socialement est une solution !

Bonjour à tous, Cette semaine, j'aimerais partager avec vous une façon de penser, une autre manière de voir le business, pouvant changer en bien la vie d'une nation. il s'agit d'entreprendre avec une dimension "social". Je vois d'ici certains d'entre vous glousser sur le mot "social". Je sais, c'est une idéologie qui n'a plus le vent poupe, en plus ce terme connote singulièrement avec "pas rentable", "aide", "bénévolat", la hantise des hommes d'affaires. Un conseil, chasser vite cette idée de vos têtes ! je vous explique pourquoi.Aujourd'hui dans le monde, en ce lendemain de crise internationale, tout les gouvernements n'ont qu'un mot à la bouche. "relance". Relance de quoi ? de l'économie. Comment ? en boostant l'entreprenariat ! Tous comptent sur les PME pour retrouver leur santé économique. Il ne se trompe pas dans la mesure où un entrepreneur est un créateur de valeur. Il crée des emplois, vend des produits/services donc fait un chiffre d'affaire, et peux dans la mesure du possible rendre à la vie de ses concitoyens plus agréable. C'est sur ce dernier point que j'aimerais mettre l'accent, car beaucoup d'entrepreneur le néglige, plaçant en priorité la rentabilité de leur action. C'est à ce niveau qu'il se trompe. Je vais prendre le cas des pays Africains, où le niveau de vie n'est pas élevé et où la population est manque de tout. Imaginer la place d'un entrepreneur social dans ce contexte... C'est le paradis ! Objectif: Améliorer la vie de ses individus, tout en se faisant de l'argent. C'est du gagnant - gagnant. D'un coté vous êtes vu comme le bon samaritain, de l'autre votre compte en banque est atteint d'obésité. La classe...Pour arriver à ce résultat, vous devez vous poser 3 questions clés devant vous mener au meilleur choix d'investissement:Q1: Combien de personne bénéficieront mon idée ?C'est un paramètre important de ce type de démarche, le nombre de personne impacté par votre idée doit être le plus grand possible. L'objectif étant d'aider le maximum de personne, socle de la popularité et la rentabilité de votre produit/service. Dans l'optique de rester dans une dimension social, ne vous gêner pas, excluez tout projet ayant un impact très limité sur la population, même s'il parait rentable.Q2: Pendant combien de temps cette idée va aider ces gens ?Il est indispensable d'ajouter à cette réflexion, le paramètre "temps". Si votre produit/service a une durée de vie trop courte, alors il ne sera pas nécessaire d'y perdre du temps et de l'argent. Garder à l'esprit que l'objectif est de marquer la vie des potentiels clients pendant une longue, voir une très longue période. Il est possible que cette durée soit courte, mais qu'au moment de la fin de vie du produit/service, de légers ajustements rallonge de façon conséquente cette durée. Prenez-le en compte lors de vos réflexions. N'oubliez jamais que la qualité d'un produit conditionne sa durée de vie. Soyez-en sûr, si votre produit est mauvais, il périra aussi vite l'idée vous est venu ! Une dernière chose, n'écoutez pas les gens qui affirment que la qualité n'est pas faite pour l'Afrique, c'est une valeur universel.Q3: De combien de temps ai-je besoin pour réaliser cette idée ?Ici encore, il est question de temps, mais cette fois c'est le temps nécessaire pour vous pour mettre en place votre idée. Beaucoup pense que plus le nombre de personne impacté est important, plus il faudra du temps pour réaliser le projet. Je le dit tout se suite, ce n'est pas toujours vrai. Dans un contexte africain ou les besoins sont urgent, l'idéal serait de passer le moins de temps possible dans la phase de conception, de plus, si cette phase est longue, elle vous coûtera en ressources (finances, temps, hommes). Je ne vous invite surtout pas à bâcler vos projets, mais ne vous traîner pas 4 ans de phase de conception !Il va sent dire que si la majorité des projets Africains arrivant à terme avaient cette dimension sociale, ce continent évoluerait bien plus vite qu'aujourd'hui. Je ne dédouane pas les gouvernements de cet état des choses. Ils sont tout aussi coupable qu'un piment dans une glace à la vanille. L'aide publique est indispensable pour arriver à des résultats similaire aux pays occidentaux. Mais je continue à croire qu'avec beaucoup de courage, d'envie et de persévérance, il est possible d'atteindre des résultats insoupçonnés !A vos idées !J-Rv Djia
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...