Crie de colère de l’entrepreneure camerounaise Rebecca Enonchong. Un changement s’impose.

 

Investir au Cameroun est une gageure. Tant le secteur de l’entreprenariat est miné par la corruption et d’autres gangrènes. Lesquels le dévorent lentement et avec appétit. D’où le triste niveau de vie des camerounais. Une situation qui a développé la culture de la médiocrité par excellence dans ce pays. Quand on s’interroger sur comment ils font pour vivre, la réponse stupéfaite : « Le Cameroun c’est le Cameroun, on fait avec ». Pour Rebecca Enonchong, entrepreneure camerounaise vivant aux Etats-Unis, l’heure est venue de mettre un terme à cette situation. Au cours de sa présentation, « The end of normal : breaking the mold to succeed in entrepreneurship », au 9Ideas Conference ce 30 mars 2013 à Douala, elle estime qu’il faut faire une révolution individuelle et interne pour contribuer au développement du Cameroun. « Ici les gens se plaignent par exemple des coupures mais jamais du prix élevé. J’ai comparé ma facture d’électricité des Etats-Unis et celle du Cameroun. On paye dix fois plus cher le kilowatt ici qu’aux Etats-Unis où il y a des riches. C’est une aberration. Il faut être exigeant », dixit-elle. Et d’ajouter : « Il faut des gens pour s’y mettre. Cela nécessite beaucoup de sacrifices. Ce qui n’est pas très évident pour un entrepreneur comme moi qui doit payer des salaires ».

Partageant cette idée, Jean Brice, un participant, propose la création d’une communauté Tic qui peut poser une base d’une éthique pour changer les choses sur le terrain. Mathurin de Freepay va plus loin : « On parle des changements individuels mais pas des changements collectifs au Cameroun. Aux Etats-Unis par exemple, les révolutions sont passées par les groupes de pressions. Au sortie de cette conférence, il faut créer des réseaux sur internet, passer des communications selon les cibles bien choisies, pour impacter notre société. Il faut passer à la phase des actes sinon, dans dix ans, on reviendra sur la même chose ». Les discussions se poursuivent pour transformer les idées en acte.

Frank William BATCHOU

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...