Les artistes et les acteurs culturels le réclamaient depuis belle lurette ; l’Etat vient de les satisfaire en posant la base fondamentale du financement et de tout travail sur  la culture au Togo par l’adoption  d’un décret approbation du document de politique culturelle du Togo, mercredi 30 mars dernier en conseil des ministres. Le document approuvé concerne le fruit d’un atelier qui a rassemblé du 25 au 29 août 2009, l’ensemble des acteurs de la culture avec l’appui de l’UNESCO. Et il «confirme l’idée selon laquelle tout développement prend racine dans la culture», a indiqué le communiqué sanctionnant le Conseil des ministres
Il prend acte des transformations rapides dans le monde, des impacts du progrès de la science, de la technique et de la technologie sur les rapports de l’homme à la nature.  Et L’éducation et la culture jouent alors un rôle significatif et primordial dans le développement de l’individu et l’équilibre de toute société, en tout cas celle qui entend se donner les moyens de sa perpétuation dans le monde.
«Nous devons dans cette accélération de l’histoire, affirmer notre identité culturelle, redonner à l’homme sa place comme origine et finalité du développement, préserver et promouvoir notre héritage commun, sensibiliser et mobiliser nos concitoyens sur l’importance sociale de l’art et de la création intellectuelle, promouvoir la coopération entre les nations sur des bases de respect mutuel, assurer et protéger les droits de l’homme et les libertés individuelles et collectives», souligne le communiqué du Conseil des ministres.
Et ce décret «doit permettre à notre pays de redonner tout son sens a la culture et faire la place qu’ils méritent aux artistes dans leur diversité», est la brillante conclusion du conseil des ministres en ce qui concerne ce décret fondamental.
Les artistes de nature impatients de nature pour tout ce qui concerne leur évolution, avaient fini par croire que ce gouvernement ne pourrait rien faire pour eux. Maintenant que c’est fait, il va falloir relire ce texte pour voir dans quelles mesures chacun pourra apporter sa contribution à la construction de l’édifice.
Il appartient désormais à l’Etat d’avoir un personnel de qualité au ministère des arts et de la culture pour aider à concevoir quelque chose d’assez potable. Ce n’est pas le sentiment que l’on avait eu ces dernières années. Les artistes n’ont pas eu souvent en face des interlocuteurs assez outillés pour comprendre leurs préoccupations, les prendre en compte et proposer des axes assez conséquents pour les satisfaire.
Le gouvernement vient de passer une première étape ; il va falloir appuyer sur le levier de vitesse.
 
 © L’Union N°382 du 1er avril 2011
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • donc du courage pour nos amis de la culture, nous pouvons que la balle est dans leur camps.

    La culture peut développer  un un pays.

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...