REUTERS/Denis Balibouse/Files via RFI

Le Buzz européen de Maria Afonso

C’est l’un des thèmes de campagne des élections européennes, et c’est aussi l’objet d’une votation en Suisse aujourd’hui : le salaire minimum. Les Suisse qui ne sont pas membres de l’Union européenne veulent-ils un salaire minimum dans leur pays ? Un salaire minimum à 22 francs suisses de l'heure, soit 18 € ?

Si le OUI l’emporte, le salaire minimum suisse serait le plus élevé du monde. Il serait à 4 000 francs suisses brut, soit  presque 3 300 €. A titre de comparaison en France le SMIC est à 1 445 euros brut. Certes en Suisse, les salaires sont plus élevés qu'en France et les impôts un peu moins. Mais on y travaille 42 heures par semaine, l'assurance maladie de base est privée et très chère, le droit des salariés limité. Pour les syndicats et la gauche qui ont lancés l’initiative, il faut pouvoir vivre de son salaire quand on a un emploi à temps plein. Même si le salaire moyen en Suisse est plus élevé qu'en France, le coût de la vie est plus cher. Et il ne faut pas croire que les gens y vivent tous confortablement. Le fossé entre ceux qui gagnent toujours plus et les plus pauvres ne fait que se creuser davantage. Explication du syndicat UNIA, l’un des acteurs de la proposition.

Les patrons ont évidement d’autres chiffres et une vision catastrophique à l’idée de l’instauration de ce salaire minimum. Ils prédisent la disparition de certains emplois à cause d'un salaire minimum trop élevé. Les patrons estiment que c'est une fausse bonne idée et qu’elle menacerait l’accès au monde du travail pour les personnes peu qualifiés et les jeunes. Bref une menace pour l’économie suisse. Bernard Poupon, dirige le groupe Reitzel, une entreprise familiale. Comme beaucoup de patrons, il est contre le salaire minimum.

Depuis 2012, la Commission européenne plaide pour des salaires minimums, ce qui ne veut pas dire le même de Paris à Varsovie. Sans toutefois avoir les moyens d’imposer ou d’harmoniser un salaire minimum européen. La Commission européenne soutien la généralisation de salaires minimaux, pour chaque pays de l’Union européenne, l'expérience montrant que leur mise en œuvre a bien contribué à lutter contre la pauvreté.

 

 

 

 

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier