En Espagne @policia suivi par 500 000 abonnés

Le Buzz européen de Maria Afonso

En Espagne, le compte Twitter @policia vient de dépasser le demi-million de followers, là où la police française @PNationale compte  3200 abonnés. Bien que l’Espagne ne soit pas le pays le plus connecté à Twitter c’est assez impressionnant, et seul le compte du FBI fait mieux avec plus de 620 000 abonnés. Alors d’où vient ce succès.

Un langage simple et un contenu direct qui intéresse les Espagnols. La police livre sur Twitter des conseils pratiques et retweete quelque fois les messages des autres utilisateurs. Elle rappelle les règles de civisme et de prudence sans être un donneur de leçons. Pour faire simple, la police espagnole agit comme un utilisateur parmi les autres. Elle efface la distance.

Cristina San Vicente, porte parole de la Police nationale espagnole.

 

 "Peut-être que ce succès est du au fait que @policia n’utilise pas le web 2.0 comme d’autres institutions"

 

Le responsable des réseaux sociaux de la police espagnole, n’est pas policier, mais il a su parfaitement adapté la philosophie de Twitter aux besoins de la police.

Le réseau de micro-blogging est un chemin à double sens d'après Carlos Fernández. La police nationale espagnole qui a été l’une des premières institutions publiques, a s’être lancer sur les réseaux sociaux. Au départ pour informer et communiquer avec les médias.

« On a remarqué qu’il y avait beaucoup d’utilisateurs sur internet et qu’au final il ne fallait pas seulement s’adresser à un public de professionnels mais au grand public. Et donc nous lui avons donné une utilité plus importante. Nous avons commencé à concentrer l’activité des services sur l’information, la prévention et à l’attention aux citoyens. »

 

L’objectif n’était donc pas d’atteindre le demi-million d'abonnés mais celui d’être utile aux citoyens. Et aujourd’hui des millions d’internautes espagnols suivent d’une manière ou d’une autre, la police sur les réseaux sociaux  

Les twittos espagnoles voient la police d’un autre oeil : plus proche et plus amicale ce qui les conduit à collaborer lors des appels à témoins. Ils relaient les alertes, sont prêts à servir d’indic’ et ne refuse pas de donner un coup de main en cas de besoin. Il peut s’agir de renseignements sur des nouvelles techniques d’arnaques ou sur des contenus illégaux sur Internet.

Pour cela, il suffit aux agents en charge de la gestion du compte Twitter de lancer des messages et des appels à témoins car c’est bien connu les réseaux sociaux nous permettent de partager des informations intéressantes ou pas, avec des dizaines de milliers de personnes. C’est cette aptitude qu’utilise la Police espagnole. Elle emploie les réseaux sociaux dans sa lutte contre le trafic de drogue avec des résultats positifs. Le hashtag #Twitteredada, que l’on pourrait traduire par « twitte rafle» a permis d'arrêter 300 personnes liés au trafic de drogue ces 15 derniers mois. Extrait d’un spot incitatif :

Même si la police a adopté un langage jeune sur Twitter, ses messages sont, dans le fond, toujours très institutionnels, à la différence près c’est que ces méthodes policières d’un nouveau genre sont simples, efficaces et peu coûteuses en hommes et en argent.

 

 

 

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...