Ecoutez la rubrique (21 min. et 55 sec.)

Emission réalisée par Simon Decreuze

[Photo: laughing squid via Flickr]

Sommaire

Chaque semaine, la 4e partie de l'Atelier des médias est baptisée MondoBlog. C'est l'actualité des blogs et des blogueurs francophones et des conseils pour bien bloguer en compagnie de Cédric Kalonji.

Une émission réalisée par Simon Decreuze

Vu sur les blogs par Cédric Kalonji

  • Google a lancé cette semaine un nouvel outil de traduction qui permet aux éditeurs de sites et des blogs de proposer à leurs visiteurs de sélectionner d’un clic la langue dans laquelle ils souhaitent lire le site. Il suffit d'installer (de préférence sur la page d'accueil) une liste déroulante de langues. Le visiteur n'a qu'à choisir sa langue. La page se recharge alors automatiquement dans la langue choisie et l’intégralité du texte est traduit.
  • Evènement à venir, le 15 octobre prochain. Ce jour là, les blogueurs du monde entier se rassembleront pour débattre sur le changement climatique au cours de l’un des plus grand événements sociaux sur le web : Le Blog Action Day (journée d'action sur les blogs). Il s’agit d’un événement annuel qui unit les blogueurs du monde entier pour publier des billets sur le même thème, le même jour. Le but de cette manifestation est de provoquer la prise de conscience et d’encourager une discussion générale sur les défis importants qui se présentent actuellement.
  • Cette semaine aux Philippines, les blogs, réseaux sociaux et des plate-formes comme Facebook et Twitter ont été inondées d'informations, de compte-rendu, de photos et de vidéos sur le passage du typhon Ondoy. Les sites sont devenus des « QG» pour coordonner les secours et les réfugiés, pour ceux qui avait accès à Internet. En faisant une recherche sur Twitter par exemple, on tombe sur une véritable mine d'informations à propos de cette catastrophe.

Le conseil de Cédric Kalonji pour bloguer en sécurité

Pour avoir moi-même blogué en république démocratique du Congo pendant une période particulièrement mouvementée (les élections de 2006 et la campagne qui a précédé cet évènement), il a fallu prendre quelques précautions pour ne pas prendre de risque ou encore "tenter le diable". Je vais donc donner quelques unes de ces astuces:

1. Bien identifier sa cible et afficher clairement sa position : lever tout voile sur ses intentions et ses penchants politique. Si on est plutôt partisan d'un parti politique, mieux vaut le dire tout de suite. Cela permet aux visiteurs de savoir ce à quoi s'attendre. Entretenir le flou peut être dangereux. Dans un contexte tendu, on peut être pris pour cible par toutes les parties en conflit, ce qui n'est pas toujours drôle.

2. Des faits, rien des faits : Rester dans des faits (vécus de préférence) et vérifiés peut épargner de beaucoup de soucis. A tort ou à raison, les Blogueurs ont la réputation de publier sans vérifier ou encore de ne n'avoir aucune déontologie.

3. citer des noms ou s'attaquer directement à des individus peut être dangereux. Les personnes incriminées peuvent se défendre. S'il s'agit de chefs politiques ou chefs de guerre, ça se termine parfois en arrestations ou même en assassinats. Ma recette personnelle lorsque je vivais et bloguais sur le Congo était de parler des situations sans jamais citer de nom.

4. Dans l'idéal, il vaut mieux rester neutre. Les visiteurs qui ne sont pas dupes savent le déceler et font donc confiance à l'auteur du Blog. Rester au milieu du village comme on dit chez moi, je l'ai fait pendant la campagne électorale qui a précédé les élections dans mon pays la république démocratique du Congo en 2006. Entre les deux candidats en lice, je n'ai jamais affiché de penchant, ce qui a fait que les visiteurs, en venant sur mon Blog, s'attendaient à avoir des informations objectives et non partisanes.

Bloguer anonymement quand la liberté d'expression est bafouée

Dans de nombreux pays, la liberté d'expression est loin d'être acquise et le fait de blogueur peut exposer à des représailles, qu'elles émanent du pouvoir politique ou d'autres centres d'intérêt.

Avec nos invités nous traçons les contours des mesures à prendre pour bloguer sans prendre des risques inconsidérés pour ceux qui se trouvent dans des pays où cette situation prévaut:

  • Clotilde Le Coz, en ligne de Washington, a longtemps dirigé le bureau internet de Reporters sans frontières
  • Sami Ben Gharbia, en ligne d'Amsterdam, travaille pour l'ONG Global Voices qui a pour mission de faire entendre la voix des blogueurs des pays émergents

Les ressources utiles:

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Des conseils très pertinents, pourtant l'utilisation de serveur proxy ou du réseau Tor ou Psifone ne cadre pas toujours avec la réalité de l'Afrique. J'ai testé tous ces réseaux, et ils consomment tellement de bande passante que c'est impossible de faire quoi que ce soit. L'alternative de créer une identité virtuelle entièrement différente me semble plus approprié, mais il faut le faire avant même la création de son blog.

    Rester indépendant dans un blog ? pourquoi pas ? Mais a quoi ça sert ? pour moi, un blog est fait pour donner un point de vue personnel, un média citoyen ne doit pas essayer de remplacer le journalisme, il doit converger vers le citoyens avec les erreurs éventuelles dans les points de vue.
This reply was deleted.

Articles mis en avant