Ecoutez (11 min. et 37 sec.)
Atelier des médias, une émission réalisée par Simon Decreuze.

Chaque semaine, l'Atelier des médias invite les Observateurs de France 24. Les Observateurs, ce sont des internautes aux quatre coins du monde qui sont témoins de l'actualité. Et leurs infos, c'est votre l'équipe de journalistes réunie autour de Julien Pain qui les vérifie et les publie sur internet. Julien Pain viendra chaque semaine nous dire quelle est l'actualité vue par les Observateurs.

Le sujet de la semaine: observateur en Haïti

Carel Pedre a été l'un des voix et l'un des visages d'Haïti aux yeux du monde pendant les premières heures qui ont suivi le séisme. Devant sa webcam dans les locaux de sa radio (Radio One), sur Twitter @carelpedre, cet animateur a témoigné sur les chaînes de télé du monde entier du calvaire vécu par son peuple.

Retour sur cette expérience avec Carel Pedre joint par Julien Pain des Observateurs de France 24.

A voir sur le site des Observateurs

Plus d'infos:


Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • « D'autres terroristes sont engagés dans un type d'action "écologique" où ils peuvent altérer le climat, déclencher des tremblements de terre, des éruptions volcaniques en utilisant des ondes électromagnétiques. Beaucoup d'esprits ingénieux travaillent actuellement pour imaginer des moyens de terroriser des nations entières. Tout ceci est réel et c'est la raison pour laquelle nous avons intentifiés nos efforts dans la guerre contre les terroristes. »
    [Secrétaire à la Défense William Cohen, avril 1997. Conférence consacrée au contre-terrorisme organisée par le sénateur Sam Nunn. Propos rapportés au Département de la Défense (DoD). "Conférence sur le terrorisme. Armes de destruction massive et stratégie américaine." Université de géorgie, Athènes, 28 avril 1997]
  • « Le Congrès américain a adopté le 1er octobre dernier une loi autorisant la recherche et le développement de technologies de contrôle du climat planétaire. Elle fixe à 10 millions de dollars les subsides alloués annuellement jusqu'en 2014 à cette fin. Cette officialisation fait écho aux nombreuses informations et doutes émis sur le projet HAARP dont les installations en Alaska ne sont que la partie connue. Malgré le viol des conventions internationales que constituent de telle armes (Convention ENMOD de 1977, signé par les Etats-Unis en 1979), l'Amérique de Bush persiste dans ses applications dans le domaine des armes climatologiques. À ce jour, aucune suite connue n'a été donnée à la demande d'enquête sur HAARP émise par la communauté européenne en 1999. »
    [Nexus – janvier/février 2006]
    ________________________________________
  • En faire une arme
    « L'idée de base de ce concept d'arme est de générer un faisceau d'ondes radio d'une intensité énorme (1.7 Gigawatts - 2.8 à 10 MHz) en direction de la haute atmosphère selon le mode opératoire inversé d'un radio télescope puisqu'il s'agit d'émission et non de réception, afin d'y provoquer l'ionisation de certaines particules neutres par l'échauffement des électrons à certaines altitudes. N. Tesla avait baptisé ces ondes "ondes stationnaires terrestres". L'ionosphère serait alors utilisée comme des lentilles, un miroir ou un système d'antennes. L'ionosphère constitue un bouclier électrique contre le bombardement cosmique constant de particules à haute énergie et les piège pour les empêcher d'atteindre la surface de la planète (phénomène des aurores boréales).
    La partie de l'ionosphère concernée se situe à une altitude comprise entre 60 et 900 kilomètres au-dessus de la surface terrestre. Les recherches officiellement reconnues tendent à assurer l'amélioration des communications radio à longue portée, ou des moyens de transmission avec les sous-marins... Car pour communiquer avec des sous-marins en plongée il faut émettre en très basse fréquence. Aux USA il existe des centres opérationnels situé dans le Michigan et le Wisconsin et qui, émettant des VLF (very low frequencies) permettent de communiquer avec des sous-marins en plongé. Pour émettre il faut une antenne qui n'est qu'un objet conducteur de l'électricité où se baladent des charges électriques. L'antenne, c'est le "résonateur terminal". Il lui faut pouvoir "résonner" pour la fréquence considérée. Qui dit fréquence dit longueur d'onde. Les antennes correspondant aux très basses fréquences sont aussi associées à des longueurs d'onde très importantes. Donc elles doivent être très grandes. Mais il y a des limites à tout. C'est alors que les ingénieurs militaires se sont dits "est-ce que nous ne pourrions pas utiliser l'ionosphère terrestre comme antenne ?". Ils ont opté pour des couches atmosphériques situées à 275 km où la température ambiante est de 1400°. Haarp est un émetteur d'ondes électromagnétiques qui vise le ciel, qui va donc "secouer" les électrons libres peuplant la couche ionosphérique. Ce faisant il va leur transmettre de l'énergie. La température électronique va pouvoir être élevée de 20 %.

    Tel qu'il est censé fonctionner actuellement, le système Haarp est en dessous du seuil de puissance permettant d'ioniser l'air, d'un facteur 2. Il est évident qu'on n'en restera pas là. Les installation Haarp sont alimentées par des groupes électrogènes (total 3,6 MW). C'est normal dans l'optique des communications avec les sous-marins. Il faut faire pulser l'ionosphère à de très basses fréquences et suffisamment longtemps pour que le message passe. Donc il faut un fonctionnement qu'on peut assimiler à du continu. En impulsionnel on pourrait d'ores et déjà mettre en jeu des puissances bien plus importantes, se situant d'emblée au niveau du térawatt. Là, on ionise très fortement. La couche d'air ionisé peut alors se comporter comme un miroir, vis à vis d'un nouveau tir d'ondes électromagnétique. On obtient ce qu'on appelle "une arme à énergie dirigée". On sait depuis longtemps créer un miroir constitué de gaz ionisé de forme quelconque. Pour ce faire il suffit d'utiliser deux sources :
    La première a une fréquence N1, la seconde une fréquence N2. Dans tout milieu gazeux il existe une fréquence optimale Ni pour créer l'ionisation, qui dépend de sa densité. Envoyons dans l'air deux pinceaux de HF, très directifs, ayant des fréquences N1 et N2 supérieures à Ni et débrouillons-nous pour qu'à l'endroit où nous ferons se croiser ces faisceaux la différence (N1 - N2) soit précisément égale à Ni. Dans ce volume, limité, où les deux faisceaux se croisent, l'air va se trouver fortement ionisé. Ensuite nous effectuons un balayage spatial faisant que cette zone de croisement explore une surface. Celle-ci pourra être plane ou concave. Avec une telle technique il est parfaitement possible de créer en haute altitude un miroir de très grande surface constitué de gaz ionisé, sur lequel pourra se réfléchir un pinceau de micro-ondes émis à partir du sol. Tout cela étant en impulsionnel, cela ne laissera aucune trace. Le milieu pourra se désioniser très rapidement. La signature du phénomène pourra être si fugace que celui-ci ne pourra pas, à la limite, être mis en évidence, ou assez difficilement.
  • En surfant sur le Web, découvré des sites surprenants parlant du projet "HAARP", (Il s'agit de la mise en application des théorie de Nicholas tesla sur les ondes boréales.. ) une arme secrète et ultime des Etats-Unis. Elle est capable entre autre de provoquer des tremblements de terre et d'autre catastrophes "naturelles".
    Les rumeurs circulent, certains pensent comme Hugo Chavez, que les Etats-Unis ont pour immense projet de viser l'Iran, intimider la Chine, empêcher la création d'un nouveau système financier.
    Le séisme a été provoqué par les Etats-Unis également afin d'installer des bases militaires supplémentaires et renforcer leur puissance militaire, et s'emparer des gigantesques ressources naturelle off shore de Haiti.
    Haiti, possèderaient une des plus grande réserve de pétrole (off shore) au monde à ce jour toujours inexploité... (rapport Du Dr.Daniel Mathurin)


    Ils ajoutent même que les Etats-Unis n'aident pas Haïti par simple souci de solidarité …"L'empire américain s'empare de Haïti sur les cadavres et les larmes de son peuple", accuse carrément le président vénézuélien Hugo.
    Dimanche, il avait critiqué Washington pour le déploiement militaire américain en Haïti. Il affirmait alors que Les États-Unis cherchent à occuper Haïti et utilisent le prétexte de l'aide humanitaire pour y envoyer des militaires.
    Or, le président Chavez en aurait rajouté. Selon plusieurs médias internationaux, qui se basent sur un article de la presse espagnole, le leader vénézuélien aurait accusé les responsables du gouvernement américain d'avoir causé le séisme qui a ravagé Haïti le 12 janvier dernier.
  • Chavez accuse les USA d'avoir provoqué le séisme d'Haïti à l'aide d'armes nouvelles.
    L'extrait du journal de Russia Today :
    Le président du Venezuela, Hugo Chavez accuse les Etats-Unis d'être responsable du séisme à Haïti. C'est la théorie de Chavez, pour lui et beaucoup d'autres, ce massacre en Haïti n'était qu'un test, les USA vise en réalité l'Iran. Selon lui, la marine américaine aurait testé une arme apte à causer de gigantesques tremblements de terre au large des côtes haïtiennes.
    Ci joint l'article du journal télévisé de la chaîne Russia Today, ou on apprend que le président vénézuelien Hugo Chavez accuse encore une fois les puissances armées américaines d'avoir voulu " joué à Dieu ".

    http://www.dailymotion.com/video/xbxzha_hugo-chaves-claims-usa-caus...
  • bonjour,je suis un membre des atéliers des médias,je suis sain et sauf,car je vis dans la deuxième ville d'Haïti ,Cap-Haïtien.mais j'ai beaucoup de tristesse à cause ce qui vient de se passer dans mon pays.Je travaille pour AIDG Haïti(www.aidg.org) ,une organisation internationale non gouvernementale,maintenant nous avons une équipe qui travaille à Port-au-prince en compagnie d'autres ONG.Nous avons aussi un groupe d'ingénieurs étrangers qui sont entrain de realiser des inspections sur les batiments clés de la ville du Cap-Haïtien car ce même jour on a ressenti une secousse moins forte qui crée beaucoup de panique .merci à tous pour vos supports en ce moment si difficile.
  • Le désastre en Haiti est terrible, et je commence par présenter mes condoléances à toutes les familles touchées, et mes encouragements à tous les blessés.
    Je ne peux pas m'empêcher pour de penser à nouveau au cyclone Nargis, qui a fait 130-140 000 victimes en Birmanie il y a moins de 2 ans. Un journal birman, ce jour, a interrogé à Port-au-Prince un humanitaire qui vit les deux catastrophes, et qui compare les situations.
    Une mobilisation internationale d'un côté ; la junte birmane qui interdit toute aide et tout visa aux volontaires pendant plus de 3 semaines. La quasi impossibilité pour les ONG étrangères de trouver des partenaires birmans, terrorisés à l'idée de travailler avec des Occidentaux (toujours la peur de finir en prison).

    Carel Pedre, journaliste, n'a cessé de témoigner : sa voix a été diffusée partout, elle a largement dépassé son pays. Zarganar, en Birmanie, qui a témoigné aussi à l'étranger (à bien moindre échelle) a été condamné à 35 ans de prison pour cela, après avoir lui-même collecté des dons et recruté des bénévoles pour aller les porter dans les campagnes sinistrées. Des volontaires qui enterraient les morts en ont pris tout autant.

    Voilà, outre les morts et la destruction pour des années, la dictature birmane a rajouté au malheur...
    Et comme le pays est derrière une chape de plomb question information et liberté d'expression, tout le monde a oublié que les Birmans sinistrés n'ont quasiment pas eu d'aide, qu'ils croulent sous les dettes, et que Zarganar passera après-demain (27 janvier) son anniversaire en prison !
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...