Elon Musk pendant la présentation d'une technologie Tesla, en Californie le 20 juin. (Photo Lucy Nicholson. Reuters)

Elon Musk, co-fondateur et patron de Tesla Motors (fabriquant de voitures électriques) vient d'annoncer que ses brevets pourront être utilisés par tout le monde. Une décision singulière dans un contexte où les entreprises se livrent volontiers à la guerre des brevets.


Elon Musk affirme dans un billet publié sur son blog le 12 juin que « Tesla n’engagera pas de poursuite pour la protection de ses brevets contre quiconque utilise notre technologie de bonne foi ». Une information qui a été peu traité par les médias traditionnels alors que l'événement a été comparé à la décision d'Henry Ford qui avait, en son temps, bouleversé l'industrie automobile et les économies des pays développés


Intitulé « Tous nos brevets vous appartiennent », le texte est un mélange de beau discours et d’intérêts bien compris résumé dans cette phrase : « Nous croyons que Tesla, d’autres compagnies qui fabriquent des voitures électriques et le monde bénéficieront tous d’une plateforme technologique en rapide évolution ».

Une décision qui n’est pas altruiste


Cette décision vient d’un « libertarien » qui nie le rôle de l’État et n’accepte les syndicats que s’ils sont «du même côté que les patrons ». 
Mais, plutôt que de garder ses brevets (plus de 800) et de régner sur une partie infime du marché Elon Musk préfère augmenter la part du gâteau quitte à ne pas être le seul à en bénéficier.


Un des enjeux essentiels est la rentabilisation d’une « gigafactory » qui fabriquera des batteries performantes et l’adoption par d’autres de son réseau de Superchargers, stations services ultra rapides pour voitures électriques qui couvrent déjà une partie des Etats-Unis.

Ouvrir les brevets pour encourager l'innovation

“The Public, West Bromwich – Welcome to The Public Entrance Free” / ell brown / CC BY


Jadis utiles, les brevets servent aujourd’hui , selon Musk « à étouffer le progrès, consolider les positions des sociétés géantes et enrichir les membres de la profession juridique, plutôt que les vrais inventeurs ». Le cœur de l’analyse c'est que, face aux 100 millions de véhicules fabriqués annuellement, la compétition qui compte « ne vient pas des voitures électriques produites au goutte à goutte par d’autres que Tesla, mais du déluge de voitures à essence qui sortent chaque jour d’usines dans le monde entier ».

Cette « ouverture » est une triple leçon qui concerne l’innovation.

  • Saluées par tous, les voitures de Tesla sont bien plus que la somme des brevets déposés pour les construire. C’est la vision d’ensemble qui fait la différence.
  • Musk espère attirer les meilleurs ingénieurs que cette philosophie open source séduit.  C’est d’autant plus important qu’il ne s’agit pas de logiciels mais de « hardware » qui coûte plus cher et demande plus de temps. C’est, en quelques sortes, un deuxième niveau d’innovation.
  • Tesla a dix longueurs d’avance sur les autres et, pour Musk « nous voulons innover assez vite pour rendre caducs nos brevets antérieurs dans les domaines qui comptent vraiment. C’est la rapidité de l’innovation qui compte ».

Il s’agit donc d’innovation dynamique qui consiste à s’inscrire dans un processus pour rester en tête de ses rivaux quitte à leur donner accès aux bijoux de la couronne.
Elon Musk a compris quelque chose qui avait échappé même à Steve Jobs, à qui on le compare souvent.

Chaque semaine, Francis Pisani chronique les évolutions et révolutions de la société numérique dans l'Atelier des médias. C'est notre vigie à l'affût des nouveautés, des frémissements, des évolutions de nos usages qui indiquent que les médias (au sens large) sont en train de changer d'ère. Depuis 2013, Francis publie également des chroniques dans La Tribune et l'Opinion.

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Francis Pisani
@francispisani
Perspectives on innovation, creative cities, and smart citizens. Globe wanderer. Distributed self. Never here. Rhizomantic.

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
L’Atelier des médias est allé en Turquie pour enquêter sur la liberté d’expression dans le pays. No…
26 déc. 2017
Mélissa Barra posted a blog post
Le 8 décembre 2017 s’est tenue à Paris la remise du Prix Numérique et Transparence. Il récompense d…
15 déc. 2017
ziad maalouf posted a blog post
Nées il y a douze ans en France, les conférences gesticulées désignent un exercice d’expression en…
20 oct. 2017
ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
18 oct. 2017
Plus...