Les Professeurs Brice Sinsin, Maxime da Cruz, Souaïbou Farougou respectivement candidats aux postes de Recteur, et vice-recteurs sur la liste «Alafia», sont d’éminents enseignants des universités nationales du Bénin. Ils ont officiellement appelé la communauté universitaire à leur accorder la victoire le 14 décembre prochain, date du déroulement de la 2ème élection rectorale démocratique. C’était ce mardi 06 décembre 2011, à l’Ecole polytechnique d’Abomey-Calavi où ils étaient face à une panoplie d’étudiants, d’agents administratifs, d’enseignants venus de toutes les facultés, instituts, écoles à savoir la FLASH, la FAST, la FADESP, la FASEG, la FSS la FSA, l’ENAM, l’ENEAM, l’EPAC, l’INJEPS.
Au nombre de ceux-ci, on peut remarquer, les Professeurs, Michel Boko, Dominique Sohounhlé, Albert Tingbé Azalou, Christophe Hounsou, Sylvain Anignikin, Gabriel Boko, Dodji Amouzouvi, Jean-Claude Codjia, Orou Bagou Gabriel, madame Thècla Midohouan, Dominique Bada, Euloge Ogouwalé….A cette occasion, les candidats ont présenté leur programme de campagne.

Partageant quelques éléments de leur programme avec la communauté universitaire, le Chef du service de la coopération internationale de l’UAC depuis 2004, l’enseignant-chercheur du département de Production et santé animales de l’Ecole Polytechnique d'Abomey-Calavi (EPAC), Prof. Souaïbou Farougou a axé son développement sur une dizaine de priorités. Il compte entre autre mettre son expérience au service de l’UAC à travers un projet concret mutuellement avantageux avec les partenaires internationaux. Ainsi dans la dynamique de permettre aux étudiants de parfaire leur formation dans les entreprises, le probable futur Vice recteur chargé de la coopération universitaire assure vouloir renforcer la coopération avec les entreprises, les collectivités locales.En promettant à l’électorat le positionnement de l’université au centre de la coopération scientifique régionale et internationale, la liste « Alafia » reconnaît que les membres de la communauté universitaire possèdent une riche expérience d’activités au sein d’organisations scientifiques interuniversitaire, notamment avec les universités africaines, européenne, américaines, japonaises, chinoises dans lesquelles ils sont fréquemment sollicités pour leurs compétences éprouvées. La liste « Alafia » propose de mettre au service de l’université pour son rayonnement au-delà des frontières et de la région ouest africaine des ressources issues du renforcement de la coopération internationale.

Amélioration des inscriptions, offres de formation et emplois

Conscient de ce que l’accueil et la gestion des flux d’étudiants nécessitent une amélioration notoire, le Chef du Centre national de linguistique appliquée depuis 2003, candidat au poste de vice recteur chargé des affaires académiques, Prof.Maxime Da Cruz entend travailler à ramener à moyen terme le taux d’encadrement à un niveau raisonnable, compatible avec les objectifs et qualités des formations dispensées.  Pour y parvenir, l’ancien chef adjoint du département de linguistique prévoit une plus grande diversification des offres de formation, notamment pour des formations professionnelles. Les offres de formation novatrices seront accompagnées et soutenues par un appui technologique dans leur opérationnalisation. Il s’agit de fournir les meilleures formations académiques et professionnelles de la sous région. « Les offres de formations déjà si bien élaborées dans nos différents établissements seront suivies dans leur application pour mieux les adapter, au fil du temps, aux opportunités d’emplois qu’offrent le marché national, les grands ensembles régionaux et les grands organismes et programmes internationaux » a confié le candidat. En promettant revoir le système d’inscription sur les différents campus, il sera mis en place une nouvelle plate-forme dont l’intérêt sera de gérer toute l’inscription de la première année à la fin de formation de l’étudiant. Une autre plate-forme permettra aux enseignants de régulièrement procéder à la mise en ligne de leurs cours. L’excellence ne passera plus inaperçue durant le mandat de trois ans renouvelable de l’équipe de Brice Sinsin. C’est pourquoi, il est prévu que des Prix soient désormais décernés aux chercheurs et groupes de chercheurs afin d’encourager l’enseignant dans son travail quotidien.

Sinsin, face à un mandat de défis

Des qualités que lui reconnaissent ces collègues, Brice Sinsin, désormais ancien vice recteur chargé de la recherche scientifique, entrevoit travailler en commun accord avec ses collègues pour un environnement paisible et assaini ainsi qu’un cadre de vie embelli sur tous les campus universitaires de l’UAC. Avec humilité et devant ses collègues enseignants parmi lesquels on remarque ces éminents professeurs d’université, cet engagement exige selon cet ancien responsable étudiant, l’instauration d’un climat de paix et de confiance au sein de la communauté universitaire. Il s’agira pour l’équipe « Alafia » de restaurer et de consolider les relations apaisées entre les quatre composantes du système que sont le gouvernement, le corps enseignant, les étudiants et l’administration universitaire ainsi que les agents techniques, ouvriers et de service. Cela passera par une sollicitude permanente aux problèmes sociaux, résidences, transports, restauration, bourses et allocations universitaires, des étudiants et une attention particulière à la recherche de solutions à ces problèmes, dans le respect de la séparation des compétences tout en assistant les responsables du centre des œuvres universitaires et sociales (COUS) grâce à une concertation permanente. En outre, Brice Sinsin promet également l’institution d’un mécanisme de compte rendu systématique de fin d’exercice budgétaire. Une innovation qui amènera l’équipe rectorale chaque année à la rencontre de toutes les composantes de l’université. Il sera essentiellement question de faire le point de l’exécution du programme triennal, de toutes les activités menées, des résultats obtenus ainsi que des problèmes survenus. A cet effet, il sera recueilli les avis et critiques des acteurs pour un meilleur fonctionnement de la gouvernance à l’UAC. « Le but visé est l’instauration d’une gestion participative efficace et satisfaisante pour la grande majorité de notre communauté. En promettant donner une priorité nationale à sa gestion avec la volonté de la communauté, il s’est dit disponible à accompagner l’Etat dans l’exploration des produits de revenus à l’économie béninoise tels que le coton, l’huile de palme, l’ananas…Il faut rappeler que l’assistance a au début de cette cérémonie observé une minute de silence en la mémoire du Professeur Bernadette Sohoudji Agbossou, froidement décédée cette année.



Source : L'événement Précis

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
L’Atelier des médias est allé en Turquie pour enquêter sur la liberté d’expression dans le pays. No…
26 déc. 2017
Mélissa Barra posted a blog post
Le 8 décembre 2017 s’est tenue à Paris la remise du Prix Numérique et Transparence. Il récompense d…
15 déc. 2017
ziad maalouf posted a blog post
Nées il y a douze ans en France, les conférences gesticulées désignent un exercice d’expression en…
20 oct. 2017
ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
18 oct. 2017
Plus...