La saison électorale s'est terminée la semaine dernière aux Etats-Unis. A l'occasion des midterms, les Américains ont été amenés à choisir de nouveaux sénateurs, un certain nombre de gouverneurs et à s'exprimer sur divers sujets (cannabis, avortement, salaire minimum etc).

Les médias sociaux ont joué évidemment leur rôle dans cette élection, en particulier pour encourager les électeurs à se déplacer aux urnes. 

Les médias sociaux incitent à voter

  • Il y avait d’un côté les célébrités qui prenaient des selfies avec leur bulletin de vote comme Beyonce ou Lil Jon (photo ci-dessus).
  • Sur Twitter il y avait un hashtag qui disait "j’ai voté" (#IVoted).
  • Sur Facebook, les internautes basés aux Etats-Unis ont vu une bannière rappelant que c'était jour d'élection. Cette bannière permettait de trouver son bureau de vote et d'indiquait lorsqu'on avait voté.

  • Ce bouton de vote Facebook est apparu pour la première fois en 2010 lorsque Facebook a mené des expériences auprès de groupes limités d'utilisateurs pour mesurer l'impact sur la participation et l'engagement des utilisateurs avec ce type de bouton. 

    C’est intéressant car Facebook reste une plateforme de communication pour grand nombre de partis politiques qui achètent de la publicité pour faire passer leurs messages au près des internautes.


Une influence qui pose des questions

Ce bouton a soulevé de nombreuses questions :

1) Est-ce que Facebook peut faire basculer une élection en augmentant les taux de participation ?


2) Est-ce que Facebook peut aller au delà et influencer le vote ?

  • En effet, le réseau social (sachant que je suis une femme basée à San Francisco et abonnée à des médias de gauche) pourrait très bien faire pencher la balance du côté démocrate en me montrant ce bouton de vote et pas à d'autres.

Avec cette expérience autour des élections, Facebook nous rappelle sa puissance et son rôle de "rédacteur en chef", pas si neutre dans ce que nous voyons dans notre fil d'actualité.

Après les élections, on doit se demander quel sujet Facebook pourrait vouloir pousser : nous encourager à manger 5 fruits et légumes par jour ? Pourquoi pas, mais si c'était autre chose ? Et si - dans certaines localités - c'étaient les autorités qui disaient à Facebook de pousser tel ou tel agenda, législation locale à l'appui ? Il faut s'interroger...

________________________________________________________________

Marie-Catherine Beuth est journaliste, spécialiste des nouveaux médias au Figaro. Elle vit depuis 2013 aux Etats Unis où elle a été Knight Fellow à Stanford. Elle est l'auteure du blog 
Étreintes digitales. Chaque semaine, dans l'Atelier des médias, elle s'arrête sur l'un des aspects de la r/évolution des médias actuellement en cours.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Twitter : @M_C_B
News Concierge | Co-founder @getnod | 2013 @JSKStanford fellow | Correspondent @Le_Figaro @Atelier_Medias

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Près de 87% des journalistes turcs interrogés se disent l'objet d'une…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Le correspondant de RFI en haoussa à Maroua, dans le nord du pays a été…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Equateur : "Quatre quotidiens et trois chaînes de télévision sont…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

#Podcast 🎧 : (ré)écoutez notre entretien avec la reporter de guerre et prix Albert…

Plus...