Ils sont nombreux ces enfants qui, dans nos villes et campagnes n’ont pas du tout accès à une éducation scolaire. Au mieux, lorsqu’ils sont scolarisés, la qualité des cours laisse à désirer, notamment au vu des conditions peu recommandables dans lesquelles ils sont dispensés.

Quelques enfants scolarisés (Crédit photo: SOS Enfants)

Selon l’UNICEF, le Bénin enregistre de nos jours 65% de taux d’achèvement au cours primaire sur l’ensemble du territoire national. Cependant en 2014, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) révélait 74,9% comme taux net de scolarisation au cours primaire. Malgré cela, les disparités régionales et sociales persistent encore entre les zones rurales et urbaines, entre les ménages pauvres et ceux prospères, les régions situées au Nord et celles du reste du pays. En plus, suivant une certaine tradition et des facteurs socioculturels, la scolarisation des garçons est beaucoup plus privilégiée que celle des filles.

« Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne. » En phase avec cette citation de Victor Hugo, l’UNICEF mène au plan international et au Bénin en particulier des actions pour assurer une éducation de qualité à tous les enfants filles comme garçons. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’atelier de formation organisé par UNICEF-Bénin à l’intention de jeunes blogueurs béninois les 15 et 16 décembre 2016 à Porto-Novo. L’institution voudrait impacter les décideurs à divers niveaux à travers les productions de ces blogueurs. Mieux, sensibiliser les parties prenantes, surtout les parents à scolariser leurs enfants.

Une bombe en gestation

« Laisser un enfant en péril, c’est compromettre l’avenir de tous. Ce n’est qu’en progressant vers la réalisation des droits de tous les enfants que les nations se rapprochent de leurs objectifs de développement et de paix », affirmait en 2004 Kofi Annan, ancien Secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies (ONU). Cette citation a tout son pesant d’or en ce sens que, dans un premier temps, les enfants constituent l’avenir d’une nation. Ils sont inévitablement les dirigeants de demain. Ensuite, sans être scolarisés, les enfants d’aujourd’hui ne pourront ni apprendre les règles civiques, encore moins connaître leurs droits. C’est en ce sens que plusieurs personnes ignorent que tous les enfants ont les mêmes droits à la naissance, peu importe le lieu de procréation.

Il convient donc de rappeler que toutes les nations économiquement fortes et financièrement développées ont très tôt misé sur l’éducation des plus jeunes et sans discrimination de sexe. C’est à partir du bas-âge que les enfants apprennent l’équité et toutes les valeurs qui font d’eux des hommes accomplis pour l’avenir. Et lorsque ces prérequis sont pris en compte, une nation gagne un homme à-même d’assurer son développement et d’y conserver la paix. D’où la nécessité à tous parents, qu’ils soient en ville ou en campagne de scolariser leurs enfants, car de leur éducation dépend l’avenir d’une nation.

Michaël TCHOKPODO

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
hier
Atelier des Médias - RFI via Facebook

🤖 Venez faire la connaissance du papa de Flint, Benoit Raphael, l'éleveur de…

ziad maalouf posted a blog post
Dans le cadre de notre série de notre série consacrée au Festival International de photojournalisme…
Lundi
Plus...