La problématique de l’eau, de l’assainissement dans le milieu rural haïtien soulève beaucoup d’inquiétude. La dégradation des terres dans le bassin binational du fleuve de l’Artibonite risque de produire une grande catastrophe écologique dans le pays. De ce fait, la représentante du Parlement Mondiale de la Jeunesse pour l’Eau en Haïti, Alexandra Vanessa Destin Pierre multiplie des activités de sensibilisation pour la protection de nos ressources naturelles, notamment celle de l’eau.


L’année 2013, est celle de l’environnement. C’est ce que le gouvernement haïtien avait laissé croire. Car depuis après le tremblement de terre du 12 janvier, des voix s’élèvent un peu partout pour dénoncer la fragilité de notre environnement. Cependant le bassin versant de l’Artibonite, étant le seul bassin versant international de la caraïbe insulaire, représente une grande richesse pour le pays. Par contre, il est encore mal exploité par l’état haïtien et aussi par la société civile.


L’eau du fleuve de l’Artibonite représente vraiment une richesse pour le pays, d’un autre côté cette eau peut aussi causer la mort à plusieurs milliers paysans de cette région. En effet, l’approvisionnement en eau des populations rurales constitue un problème majeur dans la société haïtienne, notamment par rapport à l’absence de services en matière d’assainissement dans le milieu rural. Consciente du danger que représente l’or bleu pour les citoyens de l’Artibonite, la coordonatrice régionale des engagements du MPJE pour l’Amérique latine et les Caraïbes, la jeune haïtienne, Vanessa Destin Pierre a eu à organiser en complicité avec ses partenaires, une exposition de photo et de formation pour la population de l’Artibonite courant du mois d’avril.
La mise en valeur du fleuve de l’Artibonite, la sensibilisation de la jeunesse haïtienne sur l’importance de l’eau dans notre société, en vue d’une meilleure répartition de cette ressource naturelle constitue un vrai combat pour Vanessa Destin Pierre, spécialiste de l’eau et de l’environnement. Il faut mentionner que la protection de notre environnement, ne devrait pas seulement limiter à un devoir d’état ou d’un ONG. La jeunesse haïtienne a aussi un rôle à jouer dans ce combat. Il ne suffit pas d’acculer les successivement les gouvernements, il est impératif, que tous les citoyens travaillent de commun accord avec le gouvernement haïtien pour la protection de l’environnement du pays.


La déforestation, la pollution des berges (bordures) et l’érosion massives des sols affectent énormément les ressources en eau du pays et notamment le fleuve de l’Artibonite. Selon Vanessa Pierre, le problème environnemental d’Haïti, est aussi d’ordre social. ‘’ Si nos besoins primaires étaient satisfaits : éducation, santé, travail décent, logement…. on s’acharnerait moins sur les ressources naturelles.’’ A t’-elle fait savoir.
Par ailleurs, elle dénonce les difficultés administratives qu’on doit faire face pour tenter d’apporter une solution au problème environnemental du pays. ‘’ Il y a un combat perpétuel entre le ministère de l’Agriculture et le ministère de l’environnement, dans la gestion des ressources naturelles du pays.’’ A déclaré Vanessa Destin Pierre, qui se dit prête pour continuer la lutte en faveur de la préservation de notre environnement.


‘’L’eau, goutte à goutte, creuse le roc.’’ Avait déclaré un poète grec du nom de Théocrite. Alors la jeune femme promet de continuer son périple en faveur d’un environnement sain pour une eau saine à travers tout le pays.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...