Du bruit ou de l'info? Entretien avec Jérôme Bouvier

Écoutez l'entretien (8 min. et 58 sec.)

Nous étions cette semaine à Strasbourg pour assister aux 4èmes Assises du journalisme.
Trois jours de rencontres, d'ateliers, de débats où l'on a parlé économie, techniques, liberté d'expression ou déontologie (programme en PDF). Pour faire un point sur cette quatrième édition des Assises, nous avons reçu leur initiateur et organisateur Jérôme Bouvier. Il a notamment commenté pour nous le thème, un petit peu provocateur, de l'édition 2010 "Du bruit ou de l'info?" Qu'il explique ainsi dans l'éditorial d'introduction au programme :

“Propagateurs de bruits ou créateurs d’infos ? La question j’en conviens, n’est pas très gratifiante, mais pouvons-nous l’esquiver ? En préparant ces Assises, nous l’avons retrouvée à chaque pas. Réseaux sociaux, flux RSS, immédiateté numérique nous bouscule tandis que la compression économique nous accule.
C’est dans le moment entre l’info reçue et l’info rendue que se joue pourtant l’acte d’informer. Tous ceux qui rêvent de l’abolir, de le réduire à rien, sont les assassins de nos métiers, de nos médias, de l’information de qualité.”

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Ziad Maalouf est journaliste, producteur de l'Atelier des médias RFI

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Merci Manon pour le compliment et pour la contribution ;-)
  • Pour moi, le débat implique aussi des questions de financement. Quand on finance on a un contrôle sur la qualité de l'info (vérification et terrain, comme le dit Bouvier), quand on ne finance pas, c'est le règne de l'information tous azimuts.

    L'info libre et gratuite est particulièrement importante, justement, dans le cas des blogueurs d'Iran ou d'autres témoins en exil. Mais la tyrannie du "clic" masque la plupart de ces blogs, et favorise d'autres pages au contenu racoleur ou carrément insipide. Ces blogs, vite visités-consommés, finissent par être financés par des pubs tout aussi racoleuses - et c'est ainsi que l'info gratuite, démocratique se retrouve une fois de plus soutenue par une idée économique très, très libérale.

    Jérôme Bouvier a-t-il peur que les vidéos Youtube et les hideuses pages de Closer déteignent sur le journalisme d'actualité et les reportages de fond? Franchement, j'en doute. ce ne sont pas les mêmes combats, les mêmes publics, ils ne jouent pas dans la même cour. Les pages Internet des grands journaux et radios montrent bien que le format court, instantané, peut-être une info de qualité. Ex : l'Atelier des Médias, non? :)

    La question est peut-être plutôt : qui finance? Veut-on encore d'un journalisme financé par les impôts des citoyens? En ce qui me concerne, la réponse est oui, sans hésitation.
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...