Doigt à l'honneur

Capture d'écran: émission Neo Magazin Royale de un humoriste allemand Jan Böhmermann

Dans cet article paru jeudi et intitulé « Alexis Tsipras fait l’unanimité contre lui à Bruxelles », le quotidien Le Monde raconte comment le flamboyant ministre des finances grec Yanis Varoufakis entretient une relation exécrable avec son homologue allemand, Wolfgang Schauble.  Le journal parle d’une « incompréhension catastrophique » après la séance de pose pour Paris Match dans son nid d’amour d’Athènes et après sa vidéo dans un talk-show allemand, dimanche, où le ministre grec faisait « un doigt d’honneur à Berlin ». On ne sait pas si l’Allemagne est à un doigt de claquer la porte au nez de la Grèce, mais ce qu’on sait, c’est que cette vidéo a été truquée.

Jan Bohmermann, sorte de Yann Barthez allemand avec son émission satirique Neo Magazin sur la ZDF, a révélé qu’il était l’auteur du truquage. Il a montré l’authentique extrait de cette vidéo, tournée en 2013 dans un festival de Zagreb. On y voit Varoufakis parler de faire un « doigt à l’Allemagne » mais sans le geste obscène.

Le trublion de la ZDF a en effet recupéré à Zagreb des éléments d’images pour y insérer le fameux doigt avant de mettre en ligne une fausse vidéo  en février sur Youtube. Et c’est ainsi que l’extrait bidonné s’est retrouvé entre les mains de Günther Jauch, célèbre présentateur d’une émission politique sur la chaîne publique ARD. Lorsqu’il interviewe Varoufakis, ce dimanche, ce présentateur lui fait observer avec beaucoup de gravité que les Allemands sont désorientés par la façon dont il s’adresse à leur pays avant de lui balancer la fameuse image. Le ministre dément en direct mais l’émission réunit plus 5 millions de téléspectateurs, soit 18,4% de l’audience. Et Tsipras très vite doit réaffirmer sa confiance envers son ministre.

Trucages vidéos et politique

Loin de s’excuser, la chaîne ARD affirme s’en tenir à ses experts qui disent, eux, que la vidéo n’est pas truquée. Mais n’est-elle pas mal placée pour s’expertiser elle-même ? De son côté, le tabloïd Bild, qui avait traité Varoufakis de menteur, ironise aujourd’hui sur la mise à l’index du ministre grec mais ne réitère plus ses accusations.  En France, comme sur LCI, certains ont vu dans ce doigt bidon le signe patent de la vulgarité d’un personnage. Ce n’est pourtant pas la première fois qu’une vidéo truquée sert un propos politique : un mois avant les élections israéliennes, Benjamin Netanyahou, critiqué pour son train de vie, avait diffusé une vidéo où il faisait visiter sa résidence. Problème, la vidéo s’est avérée trompeuse quand la chaîne israélienne Channel 10 TV a démontré que les pièces montrées étaient celles utilisées… par ses domestiques.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Amaury De Rochegonde
Journaliste, rédacteur en chef-adjoint à Stratégies, spécialités Médias et RH, chroniqueur @RFI

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant