Géographiquement, la République de Djibouti est située au bord du détroit stratégique de Bab el-Mandeb, elle s’est retrouvée depuis des semaines en première ligne face aux conséquences humanitaires de la guerre au Yémen qui a commencé à la fin mars.

Ainsi chaque semaine depuis le début du conflit au Yémen, des centaines de Yéménites franchissent le détroit de Bab-Al-Mandeb qui les séparent de Djibouti. Parmi eux, de nombreux blessés, qui fuient le conflit entre les rebelles chiites houthistes, soutenus par l'Iran et une coalition régionale menée par l'Arabie saoudite, alors que leur espoir d'être soignés à l'étranger se heurte à la défiance des pays arabes. Djibouti, 800 000 habitants, est un des seuls Etats dans la Corne de l’Afrique qui acceptent de recevoir les réfugiés du Yémen, de les nourrir et de les soigner, près de 12 000 à ce jour, selon les autorités djiboutiennes, qui viennent s'ajouter aux 28 000 réfugiés déjà présents, venus principalement de Somalie.

Cette aide humanitaire et cet accueil proposés aux réfugiés yéménites ont été chaleureusement salués par la communauté internationale. Cette reconnaissance s’est également illustrée par la visite du secrétaire d'Etat américain John Kerry en visite à Djibouti au début du mois de mai pour remercier ce petit pays de la Corne de l'Afrique de son aide pour l'accueil d'Américains qui ont fui le Yémen tout proche et pour sa participation à la lutte contre les terroristes shebabs en Somalie voisine. Il s'agissait de la première visite d'un chef de la diplomatie américaine dans ce pays stratégique dans lequel les américains possèdent une base militaire.

Face aux turbulences de la région, du Yémen à l’Erythrée et à la Somalie, Djibouti, qui participe à une force de l'Union africaine en Somalie, entend capitaliser sur sa réputation de stabilité et de terre d’accueil ainsi que sa situation stratégique sur le détroit de Bab-el-Mandeb, un des corridors maritimes les plus fréquentés au monde.

"C’est le troisième afflux de réfugiés du Yémen après 1986 et 1994. Nous sommes habitués", a affirmé le chef d’Etat djiboutien Ismail Omar Guelleh, soulignant également les affinités créées par les nombreux Djiboutiens d’origine yéménite.

À Djibouti, Obock est la ville où se croisent les réfugiés. Depuis quelques semaines, les réfugiés yéménites fuyant la guerre qui fait rage dans leur pays intègrent des centres d’accueil temporaires installés autour d’Obock. Les réfugiés racontent des parcours teintés de tragédies où certains ont tout perdu.

« Dans mon pays, c’est une guerre de destruction massive, de meurtres, de violations des droits de l’homme » confie ainsi Hassem Waldi, un jeune refugié arrivé du Yemen, « au moins ici on est en sécurité et on ne manque pas de nourriture », affirme-t-il avec entrain, « Les citoyens djiboutiens, et les marchands yéménites qui sont là, nous ont beaucoup aidés” souligne-t-il.

Les réfugiés accueillis dans les abris temporaires sont peu à peu transférés dans le camp géré par le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies. « Tout ce qu’ils veulent, c’est échapper au cauchemar qu’ils vivent dans leur pays » constate Ibrahim, un instituteur djiboutien bénévole.

Afin de saluer les efforts humanitaires déployés par Djibouti pour venir en aide aux réfugiés yéménites, Ismail Omar Guelleh, le chef de l'État djiboutien, a été invité à participer à une cérémonie organisée par le Programme alimentaire mondial et le Fonds des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. Cette cérémonie se tiendra à Rome du 6 au 13 juin prochain pour récompenser les pays qui ont fait des efforts pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Les OMD regroupent huit objectifs œuvrant pour les grands enjeux humanitaires, comme réduire la mortalité infantile, améliorer la santé maternelle, combattre les maladies comme le VIH et le paludisme, assurer l'éducation primaire pour tous, préserver l'environnement ou encore promouvoir l'égalité des sexes.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
Nées il y a douze ans en France, les conférences gesticulées désignent un exercice d’expression en…
Vendredi
Atelier des Médias - RFI via Facebook

ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
Mercredi
Atelier des Médias - RFI via Facebook

🤖 Venez faire la connaissance du papa de Flint, Benoit Raphael, l'éleveur de…

Plus...