Après une courte pause, dû aux ''effets post-traumatiques'' de fêtes de fin d'années bien rosées et grasses (je vous assure ^_^), me voila de retour avec mon ''Divan Numérique'', pour toujours en savoir plus sur vous, internautes ivoiriens-illustres ou inconnus (ça dépend). Cette semaine, j'ai le plaisir de recevoir la Grande, la légendaire styliste de renommée nationale et internationale, ANGYBELL. Vous me direz Angybell, mode, stylisme, haute couture,...Quel lien avec le web?? Eh bien, en 2011, Pardiii!!! Ce n'est plus une question à poser ! De la page facebook de Gilles Touré en passant par le site web de Pathé'O et les magazines de mode féminins, les acteurs et actrices du monde de la mode et de la haute-couture se sont désormais appropriés le web 2.0. Cette interview d'Angybell est là pour le démontrer...On y va.
1. Qui est véritablement Angybell?
Angybell est avant tout styliste et créatrice de mode. A côté de cela, je suis colonel de douane. Et ma passion est la couture. Comme vous pouvez le remarquer la passion a pris le dessus. D’ailleurs peu de personnes savent que j’ai servi à la douane. Actuellement j’ai levé le pied, comme on dit.
2. Vous êtes une pionnière de la mode et une styliste émérite en Côte d'Ivoire, comment tout cela a-t-il commencé ?
Disons que pour mon début c’était de la simple couture ou confection. Je faisais juste des modèles comme le « petit tailleur du quartier ». Et avec la passion et surtout le travail, nous avons introduit de nouveau matériaux. Et voilà…

3. Après plus de 20 ans de présence dans l'univers du stylisme, quel bilan pouvez-vous faire de votre carrière ?
Pour certains il est positif, mais pour moi il est encore insuffisant. C’est la recherche en continu (rire..). L’insuffisance peut s’expliquer par la dualité de mes activités (douane et mode) ; Aujourd’hui avec mon pied levé de la douane je veux parfaire mes œuvres et offrir plus de plaisir à ceux qui nous font confiance tous les jours. 

4. Avez-vous toujours eu un modèle de motivation dans le domaine du stylisme-modélisme ?
Oh ouiiiiiiii… J’ai été fort influencée par Chanel, Yves St Laurent en France ; en Italie c’est Valentino ; et en Afrique j’ai beaucoup apprécié les créations de Chris Seydou (RIP) qui a fait notre plus grande fierté. Il savait dompter la femme avec ses créations vestimentaires.
5. Quelles satisfactions quotidiennes retirez-vous de votre métier artistique?
La source de notre satisfaction se situe au niveau que nous allions l’humanitaire à la mode. Par humanitaire j’entends que nous nous inspirons de nos sources, valeurs dont nos parents en zone rurale sont dépositaire. Et là bas vous le savez, les conditions ne sont pas toujours comme nous le souhaiterions. Ce sont nos  trésors culturels dont nos parents ruraux sont dépositaires que nous arrivons à présenter au monde. C’est le cas de tous ces pagnes tissés que l’on retrouve à l’intérieur du pays, ces motifs des pagnes singuliers à chaque identité culturelle et sociale, ces tisserands... Ainsi via nos créations dont les matériaux sont fourni par ces braves personnes de nos zones rurales, nous leur permettons de se créer des sources de revenus importantes que peuvent constituer la mode. Citons comme exemple patent le raphia dont nous avons fait un matériel incontournable. D’ailleurs Yves St Laurent et Lacroix s’en sont inspirés. Le sens de l’humanitaire pour nous c’est aussi offrir à l’autre les moyens de se réaliser.
6. Y rencontrez-vous des difficultés ?
Énormément… difficulté de financement que nous décrions toujours. Mais bon, nous essayons d’assumer notre choix. Et le bonheur de voir donner plus d’humanité à nos semblables, nous motive plus. Alors disons, difficulté mais pas frein. Et puis surement que ces difficultés sont le fait que nous n’informons pas suffisamment les autres sur notre domaine. D’ailleurs ce sont des difficultés que l’on pourra surmonter avec des plans d’actions qui pourront par exemple porter sur une meilleure politique sur le coton, un encadrement technique en matière de teinture des tissus, du textile africain traditionnel, et bien entendu des subventions qui nous permettront de former davantage de talents.
7. Nous sommes en 2011, Que pensez-vous de votre secteur d'activité?
D’abord, permettez chère Edith que je souhaite une bonne et heureuse année à vos lecteurs et à tous ceux qui nous font confiance. Parlant de notre secteur d’activité, je pense qu’il reste beaucoup à faire. Aujourd’hui avec l’invasion des produits asiatiques qui gangrènent, on constate que notre secteur d’activité prend un coup. Après cela je constate qu’aujourd’hui notre secteur compte des jeunes qui font notre fierté avec qui j’ai de très bonnes relations. Et je me réjouis de constater que je suis encore une inspiratrice pour certains. Enfin je pense qu’il faut surtout que nous nous regroupions en une unité pour relever ces nombreux défis qui nous attendent.
8. Vous êtes revenue, il y a quelques semaines du Festival Mondial des Arts Nègres de Dakar, votre avis sur cet évènement.
C’est un événement génial. Il regroupe tous ceux qui ont pour dénominateur commun l’Afrique, le Noir. Cette édition qui était sous le signe de la Renaissance, j’ai fort apprécié cet intérêt de montrer une Afrique au travail, une Afrique qui ne pleure plus. C’est un évènement que tous les pays doivent initier.

9. Sans réfléchir, décrivez-vous en 3 mots.
Oh moi ! Disons donc : Travailleuse, exigeante (surtout sur moi-même) et humble (je le crois, rire…)

10. Que représente Internet pour vous, Angybell?
Pour moi Internet, c’est me sentir au milieu du monde ; parler avec tout le monde et quand c’est possible ; et aussi sentir qu’on est toujours avec tous. Et pour moi internet c’est la découverte en continue…

11. L’association ‘’jeunes femmes africaines et Internet’’, est-ce une combinaison gagnante pour vous? Pourquoi ?
 Oui je le crois. Car aujourd’hui Internet est un outil d’émancipation pour la femme africaine qui a besoin d’être au parfum de ce qui la concerne dans le monde.

12. Quelle est votre routine quotidienne ?
Ma routine, c’est la prière, le travail et aussi savoir comment se porte notre monde
Utilisez-vous un ou plusieurs réseaux sociaux, si oui, le ou lesquels ?
Pour l’instant, je suis disponible sur l’incontournable facebook : Angybell Creation

13. Quels sont les 3 produits high-tech dont vous ne pouvez pas vous passer ?
Oh je ne sais pas si je dois parler des marques ou séries des appareils, mais je suis toujours avec mes téléphones portables et mon ordinateur. J’ai pas de troisième à citer car j’avance doucement dans cet univers quelque peu difficile pour moi à cerner rire…

14. Quels sont vos 3 sites Internet préférés ?
D’abord, je vais dire Google, car pour moi savoir ce qui se fait et se passe partout est important. Et le site de google est important pour moi. Aussi, sans vous vanter, j’apprécie beaucoup votre site ou blog (rire… j’ai quelques problèmes sur la nuance de ces termes). Votre rubrique Divan Numérique qui me fait un grand honneur par une invitation, m’a permis de connaître encore plus de valeurs du pays et même d’ailleurs (J'en suis honorée ^_^-NDLR) . Pour le troisième site, je pense que ça sera le mien qui est en construction rire… Pour dire vrai, je suis en pleine découverte de l’univers Internet.
 
15. Une semaine sans Internet pour vous, est ce possible?
Oh non ! Aujourd’hui, des jours sans Internet, c’est comme priver une zone industrielle moderne d’électricité.

16. Quels sont vos projets ?
Mon projet c’est la continuité pour la promotion des trésors cachés d’Afrique : les textiles artisanaux. Mes projets, c’est aussi tourner dans le monde entier en sensibilisant  et présentant nos trésors culturels par la mode. Comme pour dire, je suis toute disposée à participer à des défilés et autres événements de mode.

17. Que vouliez-vous faire quand vous n'étiez encore qu'une enfant ?
Rire… Je voulais être hôtesse de l’air et aussi faire la couture. L’esthétique me fascine beaucoup.

18. Dernière question taquine pour la rédac': si vous n'étiez pas une femme, à quoi aimeriez-vous ressembler?
Rire… si je n’étais pas une femme, j’aurais rêvé de ressembler à une femme... rireeees
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...