Qu'est-ce qui marche et qui ne marche pas, ces jours-ci, dans les médias en ligne? La 
conférence ONA, qui réunit peu ou prou quiconque travaille dans la presse numérique aux Etats-Unis, se tenait le weekend dernier à Chicago et fut l'occasion de voir de près ce qui est tenté aux quatre coins de l'Amérique.

Trois tendances particulièrement intéressantes s'y sont distinguées :

  • Le design pousse la porte des salles de rédactions et des écoles de journalisme. Il n'est pas question de design graphique mais de design au sens de conception d'expériences. Un passionnant panel réunissant Justin Ferrell de la d.school de Stanford et Heather Chaplin de la New School a détaillé leur approche dans un cadre journalistique. "Nous préparons les gens à commettre des actes de journalisme", résume-t-elle. L'enjeu : identifier ce qui est important pour le journalisme et comment nous allons survivre demain. Cette conversation avait lieu peu après que, la fondation Knight, qui soutient l'innovation dans les médias et l'engagement civique de diverses manières, annonce plusieurs dons à des initiatives dans le domaine du design et des médias.

  • L'aventure entrepreneuriale et l'approche "startup" gagne les projets médiatiques. Melissa Bell, de Vox, et Lara Setrakian, fondatrice de Syria Deeply, ont expliqué comment et pourquoi il a fallu "excubé" leurs innovations journalistiques en dehors d'organisations majeures dont elles faisaient partie - respectivement Washington Post et NBC News. Une des barrières à soulever : les médias sont organisés et optimisés pour servir l'information "la plus récente", pas pour couvrir un sujet en particulier. Mais, "il existe un inventaire infini sur Internet, alors pourquoi chaque actualité n'a-t-elle pas sa page d'accueil?", demande Lara Setrakian, qui après avoir lancé Syria Deeply, promet un Ebola Deeply et envisage d'autres sites d'info monothématiques. Pour elle, la multiplication des sites monothématiques (Marshall Project, News Deeply...) est une façon de simuler à quoi ressemble une rédaction en forme de startup.

  • L'intelligence au service d'une meilleure information reste à imaginer. Amy Webb, réputée pour son rapport de tendances technologiques, a invité à réfléchir comment formater l'information différemment selon le contexte dans lequel se trouve l'utilisateur, à partir d'informations et de signaux que les smartphones permettent aujourd'hui de capter : si je me déplace à 10 km/h, je suis sans doute en train de faire un footing et il convient de me proposer de l'information audio plutôt qu'une vidéo. En revanche, à 250 km/h, je suis peut-être dans un train et disposée à consulter un article de magazine sur ma tablette.

Marie-Catherine Beuth est journaliste, spécialiste des nouveaux médias au Figaro. Elle vit depuis 2013 aux Etats Unis où elle a été Knight Fellow à Stanford. Elle est l'auteure du blog 
Étreintes digitales. Chaque semaine, dans l'Atelier des médias, elle s'arrête sur l'un des aspects de la r/évolution des médias actuellement en cours.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Twitter : @M_C_B
News Concierge | Co-founder @getnod | 2013 @JSKStanford fellow | Correspondent @Le_Figaro @Atelier_Medias

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

#Veille #Facebook The Guardian passe au crible le guide interne de modération des…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

🎂 Les Jours ont un an 🎂…

Atelier des médias via Twitter
Jeudi
Atelier des Médias - RFI via Facebook

👀 "Ennemi", du photographe Karim Ben Khelifa commence aujourd'hui à…

Plus...