Des journaux riches pour les riches et une information gratuite et indigente pour les pauvres : c’était la thèse du journaliste Bernard Poulet dans La fin des journaux, un livre paru en 2009. Son idée était de dire que pour survivre, les quotidiens allaient être contraints d’augmenter fortement leur prix de vente au point de devenir inabordables pour les petites bourses.

 

Et c’est bien ce qu’on a l’impression de vivre avec un journal Le Monde qui passe ce samedi 4 janvier à 2 euros, soit le prix le plus cher jamais atteint par un quotidien français. Un quotidien qui ne valait encore qu’ 1 euro 50 en 2012 et 1 euro 20 il y a dix ans. Cette semaine, Libération en passant à 1 euro 70 et Le Parisien à  1 euro 10 ont également augmenté leur  prix de dix ou de cinq centimes. Le point commun entre ces journaux ? Ils sont tous en déficit en 2013: - 17 millions d'euros pour Le Parisien, - 2 millions pour Le Monde ou -1 million d’euros pour Libération qui songe même à baisser le salaire de ses journalistes.

 

Et ils perdent tous des lecteurs, avec une diffusion qui s’érode de 16% pour Libé, de 10% pour Le Parisien et de  5% pour Le Monde.

 

Lundi 6 janvier, le quotidien Les Echos est aussi passé de 1,80 euros à 2 euros, le prix record du Monde, tandis que Le Figaro atteint désormais 1,80 euro (+ 20 centimes) et L'Humanité 1,50 euro (+10 centimes).

Frappés de plein fouet par la crise de la presse écrite, tous les éditeurs justifient ces hausses de prix par la volonté d'investir dans une information de qualité et l'innovation. Pourtant, les quotidiens déclinent sans parvenir à redresser la barre à travers leurs investissements dans le numérique.

Pourquoi alors augmenter le prix de vente, ce qui ne peut que fragiliser le lectorat ? Et bien d’abord, parce que l’audience se fait de moins en en moins sur le papier, ou les plus fidèles demeurent, et de plus en plus sur le numérique, même si les revenus qui y sont associés ne représentent que 10% de ceux du papier dans un journal comme Le Monde.

Moins soutenus par la pub, les quotidiens tendent à être de plus en plus chers à l’instar du New York Times, qui vaut 2 dollars 50 ou du Süddeutsche Zeitung qui atteint 2 euros 20. Le risque ? Pas si énorme si des abonnés suivent sur les nouvelles offres numériques.

En 2012, une étude du cabinet allemand Simon Kucher & Partners a montré que des quotidiens anglais comme The Times, The Independent ou The Guardian, qui ont augmenté de près de moitié leur prix entre 2007 et 2010 (de 43% à 54%), ont perdu un peu en diffusion (-19 à -25%) mais aussi renforcé leur revenu issu du lectorat de 17 à 13% (Lire à ce sujet Why newspapers must raise their price, sur le Monday Note). En France, un éditeur a déclaré à l'AFP qu'une hausse est "le meilleur investissement que peuvent faire les journaux: vous pouvez augmenter de 10 ou 20% votre prix pour une perte de 3 à 4% de lecteurs".

De quoi réinvestir dans le numérique au lieu de s’épuiser à maintenir ses prix.

 

La sensibilité au prix facial est plus forte pour les tabloïds ou les quotidiens populaires et régionaux. Pour les grands journaux de référence, il faut veiller à apporter une offre riche et de qualité (ce qui est loin d'être toujours le cas en France), mais un tarif élevé n’est pas marginal : on déshabitue à lecture du papier les étudiants et on renonce à toucher les moins aisés. 

Le Times of India, journal  anglophone le plus lu au monde, a fait le pari inverse. En se vendant volontairement bas à trois roupies, soit 4 centimes d’euros, il se diffuse chaque jour à près de 4 millions d’exemplaires et continue de progresser  en audience et en publicité (avec des méthodes qui ne s'embarrassent pas d'une muraille de Chine entre rédaction et régie publicitaire). Pour des millions d’Indiens, il vaut mieux déplier un journal pour montrer son accession à la classe moyenne que de pianoter sur un téléphone mobile : ça se voit mieux !

L’actu des médias, les médias dans l’actu : tel est le propos de la chronique d’Amaury de Rochegonde, rédacteur en chef adjoint à Stratégies, qui se propose de décrypter ce qui change les médias à l’ère numérique. Les évolutions technologiques, la crise des modèles classiques, les nouveaux vecteurs d'information... Tels sont quelques-uns des éléments qui seront explorés sur la planète média. Tout en couvrant les grands événements «médias» qui touchent la France. Une attention particulière sera accordée à l'actualité internationale des médias, notamment intéressant les pays du Sud. La chronique pourra revenir aussi avec un regard critique sur la façon dont les médias couvrent certains évènements et sur la façon dont les médias sont eux-mêmes transformés par une actualité qui leur est propre.

Vues : 435

Balises : Le Monde, Le Parisien, Libération, Suddeustche Zeitung, Times of India, de Rochegonde

Commentaire de serge katembera rhukuzage le 6 janvier 2014 à 15:18

Un sujet complexe évidemment, mais je me demande si le cas du Times of India est un modèle à suivre, car imprimer 4 voir 5 millions d'exemplaires par jour, c'est aussi poluer l'environnement avec du papier qui n'est peut Être pas récyclable... enfin, je me le demande...

Pour le cas du Monde.fr, nous qui sommes à l'étranger aimons lire les infos du site qui sont de très bonnes qualité (culture, technologie et les blogs).

Si le papier va mal, je me demande si le site ne va pas au mieux... :) 

Commenter

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Atelier des médias

Écoutez !

RFI sur Youtube

La vie de la communauté

Billet de kaptue florian

Ode à l'etat du cameroun

Il y' a une génération d'opportunistes et de carriériste que le gouvernement de la république du Cameroun a produit. Allez vous faire foutre si vous n'êtes pas de ceux là,tant pis pour les aigris et tant mieux pour euxPlus
il y a 3 heures
Billets de Serge ULESKI
il y a 8 heures
Billet de konan tanoh auguste aristide

ET SI LA DONNE CHANGEAIT

J'avais fait un songe où notre afrique était prospère. c'était surréaliste, les peuples vivant sur les autres contrées de la planète s'arrachaient le precieux visa pour venir profiter d'un continent noir alors en plein boom économique.Les files…Plus
il y a 10 heures
Billet de Schékinah Rodney NDALA

"Barack Obama convoque un sommet États-Unis-Afrique en août"

Qu'est-ce qu'il dira si ce n'est que séduire pour faire place à l'économie, aux échanges. Les Américains, ces des gens pragmatiques, ils ne tardent pas à mettre la main quand il s'agit de bousculer les sondages. Les BRICS ( Brésil, Russie, Inde,…Plus
il y a 12 heures
Ferdinand Kondo a recommandé la discussion de Ferdinand Kondo AMIS ET FILS DE LA PREFECTURE DE KPELE EN DISCUSSION SUR FACEBOOK
il y a 16 heures
Discussion publiée par Ferdinand Kondo

LA PREFECTURE DE KPELE EN DISCUTION SUR FACEBOOK

C'est un moyen pour nous d'informer ceux qui ne sont pas sur place et de discuter entre nous des questions de développement et tant d'autres sujet dans le respect de l'autre.…Plus
il y a 16 heures
Icône de profilRFI | Atelier des médias via Facebook
Miniature

Quelques idées à prendre sur le crowdsourcing, c'est-à-dire sur l'implication des groupes d'internautes (les foules numériques) pour résoudre des problèmes spécifiques. Par…

Plus
Facebookil y a 17 heures · Répondre
Icône de profilyounoussa Naby, Mamoudou Diallo, sidi diagne et 20 se sont joints à Atelier des médias
il y a 17 heures
Laure Delmoly a promu le blog Bitcoin: l'étrange monnaie de l'Internet de Mella Manon
il y a 20 heures
DEMAILLY a promu le blog CE QUE JE PE NSE ET CE QUE JE PENSE : LE MYSTERE DU VOL AH 5017 de Mohamed Ould Chighali
il y a 21 heures
Billet de Jean Elie Paul

99 ans après l’occupation américaine (28 juillet 1915-28 juillet 2014), les séquelles planent encore sur le pays

99 ans après l’occupation américaine (28 juillet 1915-28 juillet 2014), les séquelles planent encore sur le pays (28 juillet 1915-28 juillet 2014), 99 ans depuis que les militaires américains ont débarqué dans le pays pour la première fois dans la…Plus
hier
Billet de Schékinah Rodney NDALA

LIBYE: Le chaos s'annonce à grande vitesse

... La nature a horreur du vide. La politique c'est de la conviction, l'art du possible, l'art de gérer les affaires publiques. Mais l'on se pose sinon je me pose une question: Que pensent les politiciens des gens qu'il entendent gouverner ? Y a…Plus
hier
Billet de Yale Toti Jean Marc

Et si l'Afrique faisait du tourisme l'une de ses priorités?

Nous vivons sur un continent qui malheureusement est dominé des guerres fratricides créant la désolation, la tristesse, le sous-développement, puisque ces conflits passent toujours par la destruction des édifices publics, privés...Par ailleurs si…Plus
hier
Un billet de serge katembera rhukuzage a été présenté en exclusivité
hier
Un billet de lecameroundeslumières a été présenté en exclusivité

Une révolte par les réseaux sociaux est-elle possible au Cameroun ?

Le 17 décembre 2010 un vendeur de fruits et légumes Tunisien Mohamed Bouazizi se…Plus
hier
Billet de Bulcke

L'Union Africaine et Africa 24 TV annoncent la 1ère édition américaine de la journée "Believe in Africa Day"

Sous le Haut Patronage de SE Paul Biya, Président de la République du Cameroun, l’Union Africaine  avec le soutien d’AFRICA  24 TV, ont  l'honneur d'annoncer la première  édition américaine de la journée « Believe in Africa Day » (BIAD), le dimanche…Plus
hier

Membres

Les billets à la Une

Abonnez-vous par mail :

Photos

Chargement en cours…

Mondoblog

© 2014   Créé par Philippe Couve et Simon Decreuze. Coordonné par Ziad Maalouf.

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation