8 juillet 2011 au 8 juillet 2012, une année déjà, jour pour jour d’une triste mémoire que je frôlais la mort dans un crash d’avion de la compagnie Hewabora à Kisangani (RDC) ; Berçant dans un sommeil profond qui s’est transformé à un coma. Après les premiers soins à Kisangani, la nuit du 9 juillet j’ai été transféré à l’hôpital Biamba Marie Mutombo (HBMM) de Kinshasa. Entré dans le coma de plus d’un mois, puis de soins « normaux », j’ai du sortir de l’hopital qu’après 5 mois d’hospitalisation…

C’est fut pour moi un temps d’étonnement et un temps de mesurer la bonté de Dieu envers moi. C’était comme si rien ne s’est passé en moi ; ce qui me faisait accepter que j’avais connu le crash n’est autre  que les causes négatives de  celui- ci. Tout ce que je connais de deux premiers mois après le crash, n’est que tout ce qu’on me raconte : Les confrères, la famille, les amis, connaissances, le corps médical…vraiment c’est comme de l’histoire…racontée alors que j’étais moi-même acteur, entre le feu et la mort.

Aujourd’hui dans une conscience retrouvée, tout ce drame, je le considère comme une œuvre lyrique et dramatique. Aussi je le lis dans une approche romantique ; un roman qui a un dénouement heureux ; c’est comme si le tragique se mêle à la comédie et on sait tous la finalité de la comédie…rendre une personne « heureuse »…et je vois surtout la bonté de Dieu.

Il est vrai quand on me parle de cette tragédie, j’ai à la fois peur et suis dans la gaieté en même temps et c’est le rire qui s’en suit. Personnellement, je ne sais pas comment comprendre et saisir le pourquoi je suis sortir de cette tragédie…je ne sais pas donner la cause ou justifier…ce que je sais est que Dieu est grand sa pensée n’est pas pareille à celle de l’homme, son plan est différent de celui de l’homme…tout simplement  insondable. Et quand on me dit que Dieu a encore besoin de toi, Il veut que je me repentisse ou encore Il a un plan pour moi, une mission…sans les nier, j’ai toujours répondu que « je ne sais pas » parce que si je regards et pense à cette centaine d’âmes mortes: parents, jeunes…des innocents dans ce crash, je me demande si Dieu aime seulement Vervein, s’Il veut seulement la repentance de Vervein et si Il a vraiment préparé une mission particulière pour moi…et pourquoi pas les autres ? Tous ceux gens morts sont tous convertis ?  Ne sont-ils pas aimés par Dieu ? Ne méritent-ils pas aussi une mission particulière de Dieu ? Eu égard à ces questionnements, à mon humble avis je ne dis que « Dieu est Amour »…Il  m’aime comme Il aime tous le monde, Il est miséricordieux, Il est amour, Il fait pleuvoir la pluie et pour les bons et pour les méchants…Il arrose sa grâce à tous les êtres humains et elle est gratuite. Ainsi, il est pour moi difficile de chercher ou de trouver la cause  particulière de ma préservation de la mort ce si n’est dans l’amour divin qui n’a pas de parti pris, un amour qui est le même  chez le bon tout comme chez le méchant. Mais j’ai une conviction. Et  je sais que «  plus tard je comprendrais » ; c’est un événement, une expérience qui n’a pas encore dit son nom.

Dieu révélé par Jésus-Christ son fils, est Père et qu’Il nous aime ! Il dépasse énormément notre échelle humaine. Mais au fond il dégage la bonté, la bienveillance, l’accueil envers nous. Dieu est à l’origine de mon salut qui sait voulu par lui, mais Il n’est pas seulement à l’origine du Salut de Vervein mais de toutes les victimes du crash : vivants ou morts.

Le crash m’a emmené plus dans ma quête quotidienne, à m’approcher du Christ et de l’Eglise, à penser toujours à ce millier d’âmes qui ont prié et qui prient pour moi, à tous ceux qui m’ont aidé et m’aident avec les conseils tant humains que spirituels…à mes frères et compagnons de route ; aussi ce crash m’aide à fréquenter et à méditer plus et dans la profondeur la Sainte Ecriture. C’est comme si je venais d’une nouvelle rencontre avec le Christ non dans une illumination mystique mais dans une prise de conscience, claire et exigeante, de manière à représenter pour moi, la volonté de Dieu.

Jusque là rien, malgré cette tragédie, ne m’a perturbé spirituellement, psychologiquement, intellectuellement, moralement…Je suis égale à moi-même, à mes principes. Je les garde avec moi surtout j’aimerai avec un fair-play, comme disait le cardinal Malula, j’aimerai être crucifié pour la vérité que de crucifié la vérité…Je suis serein et calme. Tous ceux qui étaient arrivés ne sont que de périphérique, l’important c’est la vie. Et une vie pleinement satisfaisante aujourd’hui et pour toujours. Le désir de vivre est inné, je l’ai comme chez tous. Si, comme on me dit, dans la souffrance je suppliais la mort, aujourd’hui je caresse la vie. Quelque soit L’âge, l’état, la condition…que nous atteignons l’homme se réjouit toujours de la vie et a peur de la mort. Il en est ainsi parce que Dieu a implanté au très profond de l’être  humain le sens de l’éternité bien que l’homme est incapable de saisir l’œuvre que Dieu accompli du commencement à la fin. Je suis heureux au delà de tout ce qui m’est arrivé et ma conviction reste la même pour l’espèce humaine. Que personne ne se sente offensé, tout ce qui est arrivé c’est parce que Dieu l’a voulu, il y a rien à faire de connexions non sensées. Sachez que Dieu nous aime tous, Il vous aime. Je mise sur la joie et le bonheur en Jésus Christ que je puise dans la prière et la méditation. Oui, avec la foi, avec Dieu tout devient possible. La foi en Jésus Christ me motive à aller plus loin, mon moral est bon car je me sens utile. Rien ne m’enlève mon humanité et personne n’a le droit de m’en priver. Je suis différent et je fais mon expérience personnelle car celle-ci elle se conjugue toujours au singulier et non au pluriel…le même événement mais à chacun son expérience…je suis content de ce don de la Vie… André Malraux nous apprend que la Vie ne vaut rien, mais que rien ne vaut la vie.     

 

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Un avis important pour toi,

    3317145988?profile=original

    Je crois avoir connu ton père ou un de tes parents dans la famille élargie ayant habité la rive gauche et le quartier  Lugwara, dans la commune Mangobo, de la tribu lokele et ancien rédacteur du journal Elima  à  Kisangani.

    Je pense que tu entres maintenant dans  une nouvelle dimension des choses ou dans un nouveau paradigme.

    Fais maintenant des choses que tu ne faisais pas avant.

    Toi et dismas kitenge, vous avez encore des choses à accomplir.

    Je t’embrasse.

    Saidi asenge jean marie

  • merci ILBOUDO, c'est gentil...c'est ainsi,comme t'as dit, va la vie
  • Tout simplement émouvant comme récit: c'est bon d'avoir saisi le message de Dieu, ainsi va la vie; chaque être humain dans le cadre de son passage sur la terre expérimente ainsi la volonté de son Créateur pour l'aguerir et le ragaillardir pour mieux parachever ce dessein de Dieu, notre destin. Retenez seulement que les autres ne sont point morts, ils ont juste été choisis pour d'autres combats.....PLAISE A DIEU DE T'AIDER A ETRE TOUJOURS ZEN pour terminer ce que tu as à faire dans l'avenir!   

This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...