En marge d'une minorité qui mène une vie haut de gamme,il y a cette racaille, cette vermine qui pullule nos villes Africaine.Les "Nanga Boko" appellation camerounaise des enfants de la rue.Il y' a deux décennies et peut-être plus; l’intelligentsia camerounaise se posait cette question:"quel avenir voulons-nous pour nos enfants? L'APEEC"association des poètes et écrivains camerounais avait fait de cette phrase emblématique, la pierre angulaire d'un travail qui a abouti à une édition.N' est -il pas venu le temps de faire le bilan? Je vous invite à vivre le quotidien D'Ali Oumaroun

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier