CRISE IVOIRIENNE

IB accuse, Guillaume soro se défend

-Un flou qui empire la situation

Commando invisible ou fongnon. Voici un groupe armée qui a fait beaucoup parler de lui quelques mois avant l’offensive généralisée des Frci (Forces républicaine de Côte d’Ivoire). Très vite cette branche armée, sortie de nulle part va contrôler la commune d’Anyama puis ensuite celle d’Abobo. Ils vont se signaler au Plateau-Dokoui, à Yopougon-Andokoi et un peu partout où les femmes se sont levées pour réclamer, par des marches pacifiques, le départ de Gbagbo du pouvoir. Du coup, les populations auront en face d’elles du répondant. Même si cela s’est souvent terminé dans la violence contre les forces militaires fidèles à Laurent Gbagbo.

Conséquence, ces femmes ont souvent été réprimées violemment par des tirs à l’arme lourde. En représailles, les forces de défense et de sécurité restées fidèles à l’ex-Président, Laurent Gbagbo ont payé les frais grâce aux éléments du commando invisible. Le Cema d’alors a perdu  beaucoup de ses combattants, armes, chars et munitions. Qui était derrière tout ?

Le général Ibrahim Coulibaly dit « IB ». Celui qui a posé des actes historiques pour la liberté du peuple. Les populations le lui reconnaissent même si pour l’heure rien  n’a été fait de façon officielle dans ce sens.

Des interrogations qui taraudent l’esprit des populations

Le gouvernement Guillaume Kigbafory Soro revendique combien d’armée Côte d’Ivoire? Qu’est-ce qui a été fait pour que les Frci et le commando invisible qui, apparemment, ont le même combat fument le calumet de la paix ?

La réponse coule source au point où IB réclame le contrôle de certains quartiers du District d’Abidjan. Et ce, au moment où il est de plus en plus question de conjugaison des efforts des Frci pour  l’unification totale de la Côte d’Ivoire. Y-a-t-il une guerre de leadership entre Guillaume Soro Kigbafory et Ibrahim Coulibaly jusqu’à menacer la cohésion sociale déjà très fragile ? Les différentes déclarations donnent des pistes de réponse

 IB : « Nos positions sont attaquées…»

 « Nos positions sont attaquées par les membres des Frci (ndlr : Forces républicaines de Côte d’Ivoire). On ne sait pas pourquoi ils nous attaquent. On voulait prendre toute la Communauté internationale à témoin pour qu’on ne dise pas demain que le commando invisible a posé des actes qui ne sont pas normaux, dans le processus de réconciliation. J’ai parlé de paix dans ma conférence de presse. J’ai parlé d’unité totale dans toutes les armées mais, à notre grande surprise nous sommes victimes d’une attaque.

Nous tenons nos positions habituelles, depuis le début. Nous sommes attaqués aujourd’hui par les Frci voilà, la situation. Qu’elles aillent d’abord déloger les miliciens à Yopougon c’est ça la priorité ! Pour lever des barrages à Abobo est-ce qu’on a besoin d’utiliser des grosses armes contre nous ? » Telle est la réponse donnée par IB au confrère de Rfi après les coups de feu entendu dans la commune d’Abobo mercredi soir. Il n’en fallait pas plus pour que côté gouvernemental, le protocole soit bâclé. Ici on aurait entendu le capitaine Alla Léon porte-parole du Premier ministre, ministre de la Défense qu’on n’aurait pas pensé à un bras de fer entre Soro et IB. Tout compte fait, la réponse ne souffre d’aucune ambigüité. Mais laisse transparaitre que IB n’a pas été approché.  

Méité Sindou : « Ibrahim Coulibaly n’a pas à tenir de positions…»

Au nom du chef du gouvernement, Méité Sindou porte-parole de Guillaume Soro Kigbafory Premier ministre, ministre de la Défense a répondu que les Forces républicaines de Côte d’Ivoire ne faisaient que rétablir l’ordre.

« Ibrahim Coulibaly n’a pas à tenir de positions. Si d’aventure il tient des positions ces positions sont illégales. Il avait fait notamment une déclaration qui disait qu’il s’inscrivait parfaitement dans le processus de réconciliation nationale. A partir de ce moment là, il s’avère parfaitement illogique qu’il tienne ou des barrages ou des positions à quelques endroits sur un quelconque territoire national.

Monsieur le Premier ministre, ministre de la Défense a engagé une vaste opération de sécurisation de la commune d’Abidjan. Ces opérations sont en cours, depuis la répression de Laurent Gbagbo pour ramener Abidjan à un Etat de sécurité acceptable et tolérable et, pour permettre de faire repartir les activités économiques et sociales en Côte d’Ivoire.

C’est une opération d’ensemble, Yopougon est en cours ce ne sont pas des opérations spécifiques  sur des prétendues positions qui à mon sens, ne devraient pas exister ». A l’analyse, le mal est profond et le Président élu des Ivoiriens Alassane Dramane Ouattara gagnerait à recevoir les deux parties. Les Ivoiriens continuent à souffrir dans leur chair et dans leur esprit des monstruosités des miliciens et mercenaires de Laurent Gbagbo. Au moment où le fer est chaud (comme le dirait l’autre) il faut le battre. Le commando invisible qui se réclame de plus de cinq mille éléments ne représente est-il pas un danger dans le processus de réconciliation et d’union ? La Nation ne reconnaît-elle pas les efforts fournis par ce commando même s’il est trop tôt de revendiquer. Il faut faire la part des choses et éviter de faire souffrir les populations dans la pacification de la Côte d’Ivoire et particulièrement de la commune de Yopougon. La paix entre les filles et fils de la Côte d’Ivoire d’Houphouët Boigny ne passe t-elle pas  par le dialogue et non par la force ? Il faut résoudre ce problème une fois pour toute et se tourner vers la reconstruction de la Côte d’Ivoire. Comme le dirait l’autre, « l’argent n’aime pas le bruit », on peut ajouter, celui des « armes ». Les partenaires au développement qui sont déjà prêts n’attendent que la sérénité et la sécurité. Il faut y aller et très vite. A défaut, c'est une autre rébellion qui ne dit pas nom qui se crée avec, ces refondateurs qui sont sortis du pays avec, des centaines et de milliers mallettes d"argent. Toujours avec l'idée de venger Laurent Gbagbo. 

 

                                               Sériba Koné, journaliste déplacé à Bouaké


Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...