Crise du football malien : La Femafoot gagne le procès

En point de presse, mardi 24 novembre 2015, dans la salle de conférence de la Fédération malienne de football (Femafoot), Makan Moussa Sissoko, président de la Commission recours de l’instance nationale du football a affirmé que le TAS a donné raison à la Femafoot et imposé les 80% des frais de procédure à la charge des frondeurs. Pour la première fois dans l’histoire, un problème né du football malien a été transporté devant le Tribunal arbitral du sport, la plus haute instance juridictionnelle mondiale en sport. Face aux hommes de médias, Makan Moussa Sissoko, président de la Commission recours de la Femafoot, accompagné par Yacouba Sidiki Traoré, Secrétaire général de la Femafoot, a fait un rappel  des faits. Selon lui, les Sieurs Yéli Sissoko et Me Bassalifou Sylla, du Djoliba AC, Moussa Konaté, président du COB, Boubacar Monzon Traoré, ancien président de la ligue de football de Bamako, ont saisi le TAS, le 20 mai 2015 pour chercher l’annulation des décisions de l’Assemblée générale ordinaire du 10 janvier 2015. Ainsi que les autres décisions prises par Boubacar Baba Diarra, président de la Femafoot. La Fédération a été saisie par le TAS, le 26 mai 2015. Après ces démarches, le TAS a demandé aux deux parties d’aller régler le litige à l’amiable, soit par médiation ou toute autre forme pour éviter aux deux parties de payer une lourde facture. Mais cette proposition a été catégoriquement rejetée par les plaignants (Yéli Sissoko, Me Bassalifou Sylla, Moussa Konaté et la ligue de Bamako).  Comme on le dit en bambara, le linge sale se lave en famille. Contraint d’aller en procès, la Fédération a fini par accepter, sachant bien qu’elle avait raison, s’exclame Yacouba Sidiki Traoré.
Quand le TAS est saisi d’un litige né du sport, il donne toujours une décision. Mais avant cela, chacune des parties a payé 10.000 francs suisse et a été prévenue de payer les frais d’avocat, d’arbitres et autres entrant dans le cadre de la procédure judiciaire. Après 6 mois d’examen minutieux du dossier, la juridiction suprême du sport mondial a rendu une décision de 27 pages. Ainsi, l’appel a été jugé irrecevable : ce qui veut dire que cette chose ne peut être prise en considération et les arguments ne sont pas sérieux.
Par conséquent, la procédure n’étant pas gratuite, les frais des arbitres et autres sont répartis comme suit: puisque vous (Yéli Sissoko, Me Bassalifou Sylla, Moussa Konaté et Boubacar Monzon Traoré) avez perdu, vous allez supporter les 80% des frais de procédure et 20% à la charge de la Femafoot. Ce n’est pas fini, les frais du jugement qui seront annoncés à part, cela est composé par les factures des arbitres qui ne vivent pas en Suisse.
Le constitutionnaliste Makan Moussa Sissoko a conclu en disant que  le TAS est allé plus loin en rejetant toutes autres conclusions des parties. Le feuilleton est fini.
Bakary SOGODOGO  
Par Le Prétoire - 26 nov 2015

 
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • quand on veut éviter de graves situations,on se réfère a l,instance suprême du sport.le foot malien gagnerait a s,attendre pour aller de l,avant.

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...