Côte d’Ivoire/ Sécurité après la chute de Gbagbo

Yopougon, la Baie des milliardaires, l’île Bouey les dernières poudrières

Yopougon, la commune aux 52 quartiers présentée de loin comme favorable à l’ex-Président Laurent Gbagbo, est une véritable poudrière à cause de sa position géographique. Cette ville à part entière est coupée à l’Est (c’est selon) par la lagune Ebrié. Une voie fluviale qui donne accès à toute sorte de trafics et de passages clandestins de personnes de mauvais alois.

Pour preuve, comme s’il n’y a pas eu de guerre à Abidjan, et l’ex-Président Laurent Gbagbo déchu, les Frci restent jusque-là cantonnés à la Gesco, un quartier au nord d’Abidjan. Et ne contrôlent que le petit secteur du Chu. Il est à ce jour, difficile voire compliqué pour eux de rentrer en plein centre de la Commune de Yopougon.

En effet, la base maritime de Locodjro qui, jusque-là n’a pas subi d’attaques de la part des Frci reste à tout point de vue, l’une des dernières grosses poudrières. Outre cette base, il ne faut pas minimiser, l’île bouley, la baie des sirènes où les refondateurs allaient se la couler douce. Si les quartiers comme Koweit, Niangon-Academie, Niangon-Lokoua, Azito tous en bordure de l’eau se présentent comme les zone à risque pour les Frci, il est clair que les miliciens et mercenaires reçoivent armes et minutions venant de ces zones.

Ce sont des armes lourdes qui sont utilisées et la façon dont « les miliciens » attaquent les Frci quand, ceux-ci entreprennent de faire un ratissage surprend plus d’un.

Après la chute de Laurent Gbagbo, c’est dans cette commune que ce sont concentrés le reste des mercenaires libériens et angolais de Laurent Gbagbo. Ces derniers rompus au maniement des armes lourdes sont logés dans les multiples hôtels de Yopougon. Combien sont-ils ? Seuls Charles Blé Goudé responsable des « jeunes patriotes » et le général Brunot Dogbo Blé de la Garde républicaine savent avec exactitude ceux qui sont derrière la dernière guerre à laquelle se livrera les Frci à Yopougon. Le confrère qui a écrit que Yopougon est « un far west» ne s’est pas trompé. Tant les armes de tous calibres circulent comme de petits pains dans cette cité.

Pour ces derniers combats, on accuse à tort ou à raison les miliciens de Laurent Gbagbo. Il n’est à écarter que certains sont parmi ces tueurs, pilleurs et rêveurs. Ce qui est sûr c’est que derrière ce faux cliché se cachent les mercenaires angolais et libériens de Laurent Gbagbo. Les Frci gagneraient à utiliser leurs derrières forces en occupant la lagune ébrié allant de l’île bouley à la baie des sirènes et côté terre bloquer la voie de l’autoroute allant de la Gesco au premier pont et lancer une offensive. C’est à ce prix que les populations de Yopougon peuvent être libérées et, reprendre en toute quiétude le chemin du travail.

                                              Sériba Koné, journaliste déplacé à Bouaké

                                               seriba67@yahoo.ft

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines pr…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines pr…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie Mi…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie Mi…
4 févr. 2019
Plus...