Le quotidien ‘Le Repère’ un journal de l’écurie des Editions Le Réveil, a pris la relève de ‘Le Nouveau Réveil’, suspendu pour six parutions, à compter de ce 26 février, par le CNP.

Le Directeur de publication de ‘Le Nouveau Réveil’, Denis Kah Zion a qualifié cette mesure de suspension d’injuste.

Sur les antennes de la radio onusienne, ‘ONUCI FM’, il a dit être condamné à respecter la décision du CNP pour ne pas mettre en péril la vie des agents et de l’entreprise d’autant plus qu’il a affaire « à des hommes armés ».

Le quotidien ‘Le Jour plus’ a également été fermé par le CNP pour une période non déterminée, selon la Directrice générale du journal, Mme Konaté.

Elle a indiqué que la décision n°008 portant suspension du journal leur a été notifiée le 25 février à 17H. La suspension a été justifiée par la publication, dans son édition 2259 du 22 février, à sa Une et en page 7, des photos d’un homme dont la boite crânienne a explosé.

Selon le CNP, ces images sont particulièrement violentes, insoutenables et choquantes, de nature à inciter à la haine, à la violence et au soulèvement.

Elles pourraient davantage exacerber la violence et inciter à la haine envers les Forces de défense et de sécurité (FDS) car l’apologie de la violence et l’incitation à la haine constituent un délit au regard de la loi du 14 décembre 2004 portant régime juridique de la presse.

Le CNP a également annoncé le 25 février, avoir infligé par décision n°003 du 23 février, une amende pécuniaire de deux millions FCFA ($4000) à ‘Le Jour plus’ et à deux autres journaux pro-Ouattara, ‘Le Patriote’ et ‘Nord-Sud Quotidien’, sommés, eux, de payer un million FCFA ($2000) d’amende.

Le CNP leur reproche d’avoir publié, le 22 février, des « images macabres et choquantes relatives aux vives tensions ayant eu cours dans certaines communes d’Abidjan le 21 février ».

Le CNP note que ces images et les écrits qui les accompagnent font l’apologie de la violence et incitent à la révolte et au soulèvement.

Le président de l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), Maméry Camara s’inquiète de la dégradation des conditions de travail des journalistes depuis le déclenchement de la crise postélectorale.

Il pense que le CNP aurait pu prendre des mesures graduelles et n’avait pas à arriver à des sanctions extrêmes, tout en appelant les journalistes au respect de l’éthique et de la déontologie.

 

Source: http://ivoriancommiteeforprotectionofjo.blogspot.com/2011/02/cote-divoire-le-journal-le-repere.html

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...