Abidjan, 18 mars (AIP)-Le Conseil national de la presse a suspendu deux quotidiens ivoiriens pour 26 parutions pour s’être rendus coupables "d’incitation à l’insoumission, à la destruction d’édifices publics, d’appel à la sédition, d’offense et d’outrage au chef de l’Etat, d’atteinte à l’honorabilité du chef de l’Etat, de dénonciation calomnieuse…"

Dans un communiqué rendu public jeudi, l’organe public de régulation de la presse écrite, reprochant à "Le Jour Plus" et à "Le Mandat" de "graves manquements" en violation de la loi portant régime juridique de la presse, du code de déontologie et du communiqué du 18 février interdisant la publication d’articles séditieux, a décidé de sanctionner ces deux quotidiens, à compter de la notification des décisions aux sociétés éditrices", précise le communiqué.

Contrairement au quotidien "Le Mandat", édité par "Horizon Média", "Le Jour Plus" des éditions "Le Néré" est un récidiviste, dans la mesure où ce journal vient d’écoper, le 21 février, d’une sanction pécuniaire d’un million de FCFA pour des écrits "séditieux" publiés dans ses parutions des 7 et 8 février 2011.

Les entreprises éditrices ont un délai de 30 jours pour exercer un recours devant la juridiction administrative compétente, conclu le communiqué du CNP.

Il y a quelques jours, le quotidien "Le Nouveau Réveil" recevait une sanction de suspension de six parutions pour avoir publié, le 22 février, des images "insoutenables et choquantes" relatives aux violences dans certaines communes d'Abidjan et qui font "une apologie de la violence et incitent à la révolte et au soulèvement", rappelle-t-on.

(AIP)

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Est ce que les journaux qui ont été la cible de ces sanction sont exempts de tous reproches ? Avant de les censurer , est ce que des explications n ont pas été données ? De quoi les accuses t on ? Sur quel texte se base t on pour les censurer ? Les organes indexés doivent ils fouler les textes qui régissent la vie de ses quotidiens ? Est ce qu en France on ne fait pas de meme ?
  • ce n'est parceque l'on est journal de l'opposition qu'on doit fouler nos institutions du pieds.

    des journaux qui applaudissent "le commando invisble" qui brulent vifs, egorgent des citoyens pr leur appartenance politique ou ethnique ou simplement parce qu'ils ont choisi de servir leur pays; mais incapables de decrier l'embargo de medicaments sur la Cote D'Ivoire impose par l'Union Europeenne.

    quand 1 quotidient ecris ceci: les Libanais donnent de l'argent a Gbagbo pr tuer les Ivoiriens; comment appelez vous cela. n'est-ce pas incitation a la haine et violence contre les Libanais?

    quand on lit que les Ivoiriens( pro Gbagbo) tuent les burkinabes alors qu'il n'en est rien comment appelez vous cela? par contre a Abobo des Mauritaniens ont ete obliges d'en fuir car menaces par les pro Ouattara apres avoir appris que leur president avait reconnu la victoire de Gbagbo.

    bientot ces journaux demanderont a Sarkozi de faire en Cote D'Ivoire ce qu'il fait maintenant en Lybie.et donc tuer des millions de pro Gbagbo.

    ce qu'on leur demande c'est d'aider a la paix! c'est tout.

     

  • Nous simplement face à une tentation de musellement de la presse. En effet c'est juste après la première répression sanglante d'une marche des partisans de Ouattara pour réclamer la victoire de leur leader que des éléments de la garde du président sortant ont investis les imprimeries pour empêcher l'impression des journaux. Après, il fallait camouflé cette tentative de musellement. Donc l'organe de régulation de la presse ivoirienne a été dissous et a fait place à un organe qui s'illustre comme un organe de répression. Puisque aussitôt installé qu'il a commencé à distribuer des peines pécuniaires par ci par là (voir nos différents billets sur la question sur l'atelier et sur http://ivoriancommiteeforprotectionofjo.blogspot.com).

    C'est dans cette meme logique que nous sommes actuellement.

    La répression doit être camouflé le plus possible et comme toute l'actualité est focalisé sur le Japon et la Libye en ce moment, il faut faire taire la presse d'en face et tous ceux qui la défendent.

  • Salut, la presse en Mauritanie connait un progès mais reste sans moyens donc elle n'est pas du tout libre comme tente de nous faire croire les pouvoirs publics. Il n'existe pas une télévision libre et l'unique télévision du pays ,constitue un  enjeu, un véritable outil de propagande pour le pouvoir. Voici certains liens utiles:

    cridem.org; ani.mr, saharamedias.info, Taqadoumy.com, foexgood.com, chezvlane.blogspot.com,

     

  • Merci Ahmed Ould Bettar pour ton commentaire.

    Je suis tout à fait d'avis avec toi. En lieu et place de conseil de régulation le notre fait de la répression,à tout vent. Comment se porte les médias de la Mauritanie? Peux tu me donner quelques liens de site Mauritanien si possible?

  • Salut! Des mesures liberticides n'étonnent plus en Afrique où le ridicule ne tue pas du tout  et où les moments de liberté demeurent fugaces. + de sympathie, cordialement!
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...