Depuis la chute du dictateur Laurent Gbagbo, le lundi 11 avril dernier, c’est la tourmente chez les confrères ‘’Notre Voie’’, ‘’Le Nouveau Courrier’’, ‘’Le Quotidien’’ et ‘’Le Temps’’. Mais, rassurés par l’appel au pardon du Président Alassane Ouattara, ils commencent à donner de la voix et demandent la solidarité. Et pourtant…
L’histoire de la déchéance du dictateur de Mama est encore récente et douloureuse. Mais, avant d’en arriver là, Laurent Gbagbo aura usé de tous les moyens et plans macabres. Ainsi, pour assouvir son cynique dessein, le faucon bleu n’a pas trouvé que de museler la presse proche du RHDP, donc du Président Ouattara. Pour mener à bien la sordide opération, le Conseil National de la Presse(CNP) est confiée, de manière illégale, au sieur Dély Dalli, précédemment DG de l’AIP. A ses côtés, César Etou, Directeur de Publication de ‘’Notre Voie’’, quotidien avant-gardiste du FPI et donc du régime Gbagbo. Très vite, le rage de réduire la presse Orange et Verte se développe et passe à l’offensive. Première victime, ‘’Le Nouveau Réveil’’ de Kah Zion qui subit les velléités de la machine dictatoriale en écopant d’une semaine de suspension. Plus tard, ce sont ‘’Le Mandat’’ et ‘’Le Jour Plus’’ qui se voyaient floués par la nébuleuse de LMP. La note est très salée : plus d’un mois de suspension, appuyée par des menaces d’assassinats et des amendes arbitraires. Quelque temps avant la mise en route de cet ultime plan, soit le 22 février 2011, le chauffeur de ‘’Nord Sud Quotidien ’’, Ouattara Yacouba, avait été enlevé par des individus armés qui l’ont conduit vers une destination inconnue. Il est toujours introuvable. Deux journalistes de TV notre Patrie venus de Bouaké pour des reportages à Abidjan ont été cueillis au GATL par les hommes de Laurent Gbagbo, fin février. Si pour le dernier cas, le CNP avait réagi grâce au professionnalisme du président Eugène Dié Kacou, l’instance de régulation de la presse écrite, passée entre temps aux mains de Dély Dalli, a affiché plutôt sa volonté de fermer les journaux qui refusaient d’accompagner l’aventure suicidaire de Laurent Gbagbo et LMP. Interdiction de rendre compte des activités du Président de la République, Alassane Ouattara, suspension et amendes injustifiées étaient la méthode trouvée pour étancher la soif démesurée du pouvoir des prédateurs de refondateurs.
A cette époque, César Etou, se réjouissait, car il avait oublié que la roue tourne et que toute chose a une fin. Siégeant de manière illégale au sein du CNP (il n’a pas démissionné de son poste de Directeur de Publication à Notre Voie, comme le stipule les textes de cet organe), il contribue fortement à martyriser une partie de ses confrères dont le seul péché était de dire non et non à l’imposture de son manitou de tyran, Laurent Gbagbo.
Mais, depuis le 11 avril dernier, la folle course a pris fin avec la capture du christ de Mama. Du coup, la nuit est tombée sur les fossoyeurs de la liberté de la presse. L’employeur de César Etou, le groupe ‘’La Refondation’’, éditeur de Notre Voie, a fait les frais de la ‘’Révolution Orange’’. Hier, sur ONUCI-FM, traîtée de tous les noms par son clan, il y a à peine trois semaines, le Directeur de Publication de ‘’Notre Voie’’ a lancé un véritable SOS aux nouvelles autorités, aux structures de régulation (GEPCI, UNJCI, CNP) et à l’ensemble de la presse afin d’aider son organe et tous les autres qui ont soutenu la dictature, à se relever. Sinistrés et déboussolés, Notre Voie et tous les autres confrères bleus, désormais journaux d’opposition, découvrent maintenant, comme par enchantement, la nécessité de garantir la liberté de la presse et surtout l’importance de la solidarité entre les confrères.
Mais qu’ils en soient rassurés car, bien avant même que César Etou sorte de sa torpeur pour donner de la voix, l’intrépide président du GEPCI, Denis Kah Zion, qui se bat bec et ongle depuis des années pour offrir de meilleures conditions de travail aux journalistes, a lancé un cri du cœur en direction du Président de la République, Alassane Ouattara et des instances de régulation de la presse, afin de garantir la liberté de la presse à tous. Quand on sait que le Chef de l’Etat, lui-même tient à enraciner la démocratie en Côte d’Ivoire et au regard de l’importance qu’il accorde à ce domaine, nul doute que César Etou et les siens sortiront bientôt de l’auberge pour le bonheur de la pluralité d’expression et d’information. Plus de place pour les règlements de compte et la vengeance. Une belle leçon pour eux-mêmes et pour ceux qui les ont conduits à l’enfer.
MASS DOMI

in Le Mandat du 27/04/11)

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...