Conseils pour bien tenir un blog

J'ai publié à deux reprises un post pour conseiller les jeunes blogueurs, mais comme ça ne passe pas, je crois que le sujet est clos. Donc je laisse le billet ici, peut être qu'il peut servir.J'ai déja publié un post tout à l'heure à cet emplacement et il a disparu, j'espère que je ne vais pas me faire avoir encore. Bref, je disais (que je me rappelle) que pour moi un blog est avant tout une projection de soi en ligne, c'est un arrêt sur une pensée, une réflexion. Ce n'est pas, un paradis pour voyeurs intellectuels ou exhibitionnistes littéraires en mal d'auditoire. Le blog est avant tout une affaire personnelle.Je me souviens qu'il y a douze mois de cela, je m'étais retrouvé incarcéré (j'étais dans l'armée à l'époque) pour deux semaines pour faute dans des conditions assez difficiles. J'avais réussi à faire entrer dans ma cellule (enfin, c'était venu avec mes affaires) mon ordinateur portable, et un téléphone cdma qui me permettait justement d'avoir internet. J'ai publié six billets de cette expérience dans mon blog, et quand je me relis aujourd'hui, c'est des sensations que je retrouve. Que les lecteurs de mon blog aient apprécié est certainement le cadet de mes soucis.Ecrire son blog exclusivement pour se faire lire n'a pas de sens. Dans ce cas, faut écrire un bouquin ou créer un journal. Un blog, ça se lira si le contenu plait, autrement, les gens ne feront pas attention, et honnêtement, ce n'est pas un drame.Autre expérience. il y a trois semaine, j'ai posté un billet où je criais ma rage de ne pas pouvoir rassembler 3000 euros pour acheter une relieuse qui me permettrait de boucler le maillon de ma maison d'édition de livres à la demande que je brûle de monter. Et bien, alors que je croyais que mon blog était délaissé, j'ai eu la surprise d'avoir des propositions d'aide me parvenir (à ce jour, je totalise 600 euros de proposition que je ne suis pas décidé de recevoir; trop loin du compte) mais l'expérience montre que vous pouvez vous parler et susciter de l'intérêt.La faute à éviter est surtout d'écrire pour les autres. Rien que pour l'atelier des médias, il y a plus de 2000 blogeurs, écrire pour les appâter est mission impossible.Rester original, c'est surtout rester naturel, car il y a autant d'originalité en chacun de nous.Allez, j'espère que cette fois-ci, le poste ne va pas disparaitre.
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • salut Alice

    Pour l'interface, dans overblog, rubrique design, comme tu le sais, tu peux modifier le template. Je me disais simplement que le template ethnique, gênait à la lisibilité des textes. Mais c'est à toi de voir.
    Pour les livres en Afrique, c'est la quadrature du cercle.
    Si tu analyses bien, en fait 7500 n'est pas excessif pour un prix de livre. Je ne sais pas pour le Congo, mais ici, à Lomé, une recharge de carte téléphonique standard coute 4500, et les gens en achètent. Les gens n'aiment pas lire, et s'abritent sous le faux problème de coût pour justifier leur sous-culture. Est-ce qu'il ne t'est pas arriver d'offrir un livre à un ami, et venir le trouver une semaine plus tard transformé en chiffon, à coté des marmites et pas trop loin de la poubelle? Le coût est un faut problème, par contre, la disponibilité en est un. Ton livre par exemple, pour l'acheter sur edilivre, il faut disposer d'une carte bancaire, ou vivre en Europe. Dur dur.
    Pour moi la panacée, c'est le co-édition, doublée à la fabrication de livre à la demande. Pas de stocks à gérer, pas de risques à prendre. Le livre est commandé, édité et expédié. C'est possible. Cela se fait depuis des années partout dans le monde. C'est d'ailleurs le principe d'édilivre. Je crois que je vais lancer une SARL spéciale auteurs africains. Nous mettons en commun nos sous pour lancer une telle initiative. Enfin, ce sont des pistes.
    mon livre est sorti le 08 dernier, mais assez curieusement, il n'est pas encore référencé sur le site de l'éditeur. Par contre, tu peux le trouver sur chapitre ici. J'attends le référencement sur le site de l'auteur pour en parler vraiment.
    @¨+
  • Salut Gerry,

    Tu parles de changer d'interface pour mon blog ? Tu voudrais que je transite quel blog vers quel interface ?

    Pour ce qui concerne la co-édition, je t'encourage à le faire. En fait, j'ai édité chez Edilivre il y a quelques temps, mais j'ai du mal à distribuer ce roman en Afrique, au Congo chez moi parce qu'il coûte l'équivalent de 7500 FCFA. Or, je trouve cela assez cher pour les gens et l'idéal serait de créer des partenariats avec des éditeurs africains qui feraient une co-édition moins chère ; à la portée du porte-monnaie des populations.

    Mais après il faut voir si une initiative comme la tienne est viable dans le temps... On sait que l'édition est peu rentable actuellement, à moins de trouver quelques astuces...
  • Merci. Comme je l'ai dit, si des gens veulent s'associer à moi pour monter cette maison, je suis partant, autrement, si je reçois des intentions d'aide, je me vois obligé de ne pas les accepter pour le moment (comme tu le sais, l'argent et l'homme ne dorment pas sous le même toit.) alors je vais continuer à cagner aux portes.
    Voila, et merci pour la disponibilité.
  • je t'entendue a la radio et c'est par la que j' ai su que tu etait un togolais.je t'encourage te et je me sius demandé ce que je pourai faire pour te venir en aide? alor j'ai dit tiend pose lui la question alor je sius a l'écoute
  • salut et merci.
    J'ai souri dans la barbe que je n'ai pas en te lisant, parce que question investissement, j'y ai mis toutes mes économies pour construire l'espèce de hangar qui me sert de siège social. Si 12 millions de FCFA (15 000 euros) sont une fortune sous nos cieux, je suis encore loin des bureaux climatisés et des rutilantes voitures. Et j'ai dû le faire car ma maison est plutôt bien située à Lomé, et quelle que soit l'issue de mon entreprise, les batiments m'appartiennent.
    Bref.
    Je suis sur un projet de mensuel dont la ligne éditoriale pencherait pour tes enquêtes sur les phénomènes de société.
    On garde le contact. Il faut que je finisse les démarches administratives.
  • je voulais dire "une bonne gestion" et non "une bonne jeunesse".
  • Gerry, d'abord pour le blog, tu as raison. Parce que, en tant que journaliste d'investigation, j'ai déjà créé deux blogs qui avaient pour objet de m'accompagner pendant mes enquêtes. Naturellement, j'étais le seul à y accéder. Parce que je ne devrais pas livrer mes informations au public avant d'avoir bouclé mon travail sur le terrain. Et j'avais un contrat avec un organe de presse pour la diffusion de mes travaux. Une fois, le travail fini, les articles publiés, j'ai dit bye bye à ces blogs. S'agissant de ton projet d'une maison d'édition. Je t'encourage. C'est un projet important. L'industrie du livre peut s'averer productrice avec une bonne jeunesse. On peut y employer plusieurs personnes progressivement. Surtout, si on envisage aussi écrire en nos langues africaines, ou encore traduire des livres écrits en langues étrangères et vice-versa. Le fait d'avoir investi dans l'immobilier comme tu le dis, a été une grosse erreur de ta part. C'est la même faute que les ONG commettent. Elles se procurent des bureaux luxueux, des voitures 4X4, du personnel administratif dispandieux etc, finalement, elles manquent d'argent pour l'objet social de l'ONG. Nous, à FAIR (www.fairreporters.org), nous avons une très bonne expérience. C'est un organisme pour les journalistes. A Johannesburg, notre siège, tu ne trouveras nulle part sur le fronton d'un immeuble les écritaux aux emblèmes de FAIR. Nous avons conclu une entente avec une Université qui a une faculté du journalisme d'investigation. Nos bureaux modestes fonctionnent dans cette université. Mais, FAIR mobilise des fonds que nous mettons à la disposition des journalistes africains qui en font la demande pour leurs reportages. Autrement, ces reportages n'auraient pas vu le jour. Nous sommes donc très satifaits du fait que l'argent serve à l'objet social de l'institution. Voilà, tu peux reflechir dans ce sens. Si tu veux bien.
  • Philipe, pourquoi éviter de brûler de monter une maison d'édition de livres. J'ai mon premier livre qui sort aux éditions l'Harmattan. N'ayant aucune librairie sur place qui soit prête à en faire une commande raisonnable, je suis obligé de commander une centaine de ma poche, pour faire la promotion sur place. Le prix public du livre est de 23 euros, (le SMIC au Togo est de 38 euros), et meme si je bénéficie d'une bonne réduction auteur pour acheter les livres, leur coût restera prohibitif pour le Togolais moyen.
    Je dirige une agence de communication à Lomé et j'ai déja deux imprimantes laser grandes production, si j'arrive à me procurer une relieuse dos carré à moindre coût, j'arriverai avec ma petite unité à produire des livres à la demande, à coût raisonnable pour notre marché. En me mettant en partenariat avec des librairies de la sous région, je pourrai leur assurer une certaine distribution. Une partie de la diffusion se fera par internet. De toutes les façons, peu de maisons d'édition en France font mieux.
    Ensuite, il ne me suffira que de me mettre en co-édition avec une maison en France, pour assurer un accès au livre en Europe. Je compte me rapprocher de l'Harmattan ou d'Edilivre, pourquoi pas.
    Je pense que nous avons besoins de nous prendre en charge ici. J'ai commis l'erreur de trop investir dans l'immobilier pour mon agence, et puis voila.
    Vivement que je me rétablisse et je le projet sois sur pieds.
    Alice, je me demandais simplement si tu n'as pas envie de changer d'interface pour ton blog. Opter pour un fond uni. Cela laisse plus de place au texte. enfin, ç'est à toi de voir.
  • Suis d'accord avec Gerry, il ne faut pas non plus se prendre pour le centre du monde parce qu'on a un blog. On écrit toujours pour soi, que ce soit un livre ou des billets sur les blogs. La preuve, même ceux qui semble-t-il écrivent pour les autres, pour être lus, les journalistes, n'ont plus de succès dans notre monde. Alors, oui écrivons pour nous, pour mettre par écrit ce qui nous tient à coeur et si cela attire l'attention des autres tant mieux. J'ai remarqué qu'il y a une tranche d'âge, je ne dévoilerai pas laquelle :-) aime bien lire quelquefois, mais laisse rarement de commentaire. Tout est aussi question de centre d'intérêt, il me semble.
  • Bonjour Gerry et tous.
    Juste un conseil : éviter de brûler de monter une maison d'édition de livres :-)
    Plus sérieusement, il est vrai que le fait d'être témoin d'une situation peu banale ou étrangère au lectorat donne un intérêt au billet mais c'est loin d'être le cas des millions de blogs qui éditent souvent des billets d'humeur (y compris le mien)
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...