Confusion sur les voies d'Adjamé

Le Cdt Koné Zakaria invite à mettre de l’ordre

Le mur construit autour de la gare STB, d’une superficie d’environ un hectare rendu en grava par un bulldozer. Des bagages de voyageurs volés par des bandits. Tel est le spectacle honteux et désolant auquel l’on a assisté à la gare d’Aboisso sis à Adjamé, dans le prolongement de la voie allant à la grande gare Utb, le samedi 11 juin 2011. Au centre des faits, Touré Adama président de la Cngrci (Coordination nationale des gares routières de Côte d'Ivoire) et les éléments du Cdt Koné Zackaria.

La réunion qui a tout déterminé

Au cours d’une réunion tenue en fin de semaine, par le Commandant Koné Zakaria et l’ensemble des syndicats des transporteurs d’Adjamé, il a demandé à ces derniers de faire libérer les voies principales de cette commune obstruées par les commerçants, les gbakas et autres véhicules de transports. Et ce, à en croire le chef militaire, pour raison d’opération rapide de sécurité dans cette commune. Une opération de maintien d’ordre qui, au dire du Commandant Koné Zakaria a été bien accueillie par les syndicalistes et particulièrement Touré Adama. Des sites ont même été identifiés pour parquer les Gbakas afin de décongestionner les voies principales. Par ailleurs, Touré Adama président de la Cngrci a demandé au Cdt Koné Zakaria de faire l’opération de façon progressive. Toutefois, il a été conclu entre les différentes parties que les syndicats fournissent le matériel et le chef militaire ses éléments. 72heures après la déclaration sur état de fait qui a été présentée au journal de 20h par TCI (Télévision de Côte d’Ivoire), l’opération prend une autre tournure. « Cette opération vise à mieux sécuriser les biens et les personnes. Nous voudrions que l’Etat respecte le droit des transporteurs et qu’en retour les transporteurs respectent l’Etat de droit », avait indiqué le Cdt Zakaria. La dérive de Touré AdamaSamedi 11 juin, il est environ 10h quand Mme Kouassi Hélène, responsable de la gare routière STB (Société de Transport de Bonoua), lauréate du 2nd prix 2010, dénommé Copext-ci (Comité d'organisation et de promotion de l'excellence dans le transport en Côte d'Ivoire) dont les cars font les liaisons Bonoua-Abidjan, Jacqueville, Tiassalé et plusieurs lignes de l’intérieur reçoit un coup de fil l’informant que la clôture de sa gare vient d’être détruite par un bulldozer sous la supervision de Touré Adama, président de Coordination nationale des gares routières de Côte d’Ivoire, conduit par les éléments du Commandant Koné Zakaria. Qui a donné l’ordre ? On ne le saura pas puisque Touré Adama a refusé tout contact. En revanche, celle dont la société emploie plus 1000 personnes avec plus de 300 cars est confuse. Mais, elle garde son sang parce qu’elle est en règle vis-à-vis de la loi concernant l’espace qu’occupe la gare STB depuis plus d’une dizaine d’années. Elle réunit tous les documents et aussitôt, rejoint le président du Gie-Pvtr-Ci (Groupement d'intérêt économique des propriétaires de véhicules de transports routiers de cote d'Ivoire), Almamy Touré à son bureau à Adjamé. Joint par téléphone par le président du Gie-Pvtr-Ci, le Commandant Koné Zakaria tombe des nues et invite Mme Kouassi Hélène à garder son calme. A en croire la responsable de la société STB, il l’a rassurée de mettre tout en œuvre pour maintenir l’ordre et la sécurité dans sa gare. Informé, nos tentatives pour recouper l’information auprès de Touré Adama le samedi 11 juin sont restées vaines. Le dimanche 12 juin l’appel qu’il décroche se heurte à des menaces à peine voilées. « Vous, vous travaillez pour madame Kouassi. Si vous voulez être informé je suis à mon bureau à Adjamé, je vous y attends », a coupé court le président de la Cngrci. Une fois au siège sis à Adjamé en face du Mirador, point d’Adama Touré. Ce sont des portes bien closes qui nous accueillent. Nos appels restent sans suite. Renseignement pris, il vient de tenir une conférence de presse. Pourquoi ne nous y a-t-il pas invité alors que nous lui avons fait parvenir un message pour l’informer de l’objet de notre appel. Notre équipe de reportage se rend à la gare STB pour savoir si le Cdt Koné Zakaria, a respecté sa parole quant à la sécurité de cette gare. Sur place, c’est plus d’une vingtaine de ses éléments qui assurent la sécurité. Renseignement pris auprès des responsables de la gare, des voyageurs ont été victimes de vol de leurs bagages et sacs en mains par des bandits au sein de la gare juste après. « L’espace étant grandement ouverte, nous, voyageurs et accompagnateurs étaient livrés à la merci des voyous et bandits des gares. Les vigiles ne pouvaient plus les contenir. C’est pourquoi ma patronne a demandé au Commandant Koné Zakaria que ses éléments viennent maintenir la sécurité le temps que nous finissons de remonter la clôture», soutient notre interlocuteur. A peine a-t-il fini de lâcher sa dernière phrase que le Commandant Koné Zakaria arrive sur les lieux.

Les consignes fermes du Commandants Koné Zakaria

Une visite surprise qui a surpris plus d’un. Il constate les dégâts et fait appel aux différents chefs de gare, syndicat et chef de ligne juste à côté. Le ton est amer. « Je répète une fois encore devant vous que, notre rôle c’est d’assurer votre sécurité. Nous sommes dans un Etat de droit. Nous ne sommes pas ici pour semer le désordre. Si l’Etat doit respecter votre droit, ce qui est normal, il vous faut absolument respecter l’Etat de droit», a-t-il martelé. « Notre rôle n’est pas de gérer les intérêts personnels de qui que ce soit, nous gérons l’intérêt général de la Nation. Il faut éviter les dérapages et le désordre dans votre milieu pour que l’Etat vous respecte », a-t-il conseillé. Non sans indiqué ce qui suit : « je ne vous ai jamais donné l’ordre de détruire la clôture d’une gare. Il faudra dire à Touré Adama de laisser les responsables de cette gare travailler en paix». C’est sur ces conseils et consignes fermes qu’aux environs de 15heures le chef miliaire a quitté la gare STB. Cependant, le message est reçu 5/5.

                                                                                                                    Sériba Koné

                                                                                                                   seriba67@yahoo.fr

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Merci pour le décryptage de l'info, moi j’étais sur les lieux ce samedi 11 juin au environ de 10 h.
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...