Comment vivre et comment mourir?

Visite du tombeau de Diaga K. Faye chef coutumier et chef du village de Mbalakhat dans la communauté rurale de Ndiaganiao.Ici le masque sacré et le porteur du masque de la communauté du village de Diague en période d'intitiation pour les nouveaux circoncis.

Ce n’est hier soir que je me suis posé cette question. Elle est beaucoup plus vieille que cela dans mon esprit. Jusqu’ici, je ne sais pas comment vivre et comment mourir. Mais hier soir j’ai vue une belle manière de vivre et une belle manière de mourir chez les hommes.

La communauté venait d’enterrer le mort depuis 1 an, mais les funérailles venaient de se terminer hier soir. Elles ont eu lieu en trois jours. Trois jours pendant lesquels toute la communauté venue partager et contribuer à cet hommage a mangé et bu et palabrer, a parlé du défunt et d’autres sujets.

Durant la première nuit qui suivit ces funérailles, lorsque j’ai abondamment dormi et profondément et j’ai beaucoup rêvé.

J’ai vu le défunt sortir de son tombeau. A l’entrée des cimetières, j’ai vu un homme qui lui ressemblait. Manifestement il était son comme son jumeau. Mais le défunt n’était pas un jumeau. Lorsqu’il est sorti du tombeau, il a tourné autour de lui et il a vu cet homme qui était à son image. Il a escaladé le tombeau et il a marché vers son jumeau. Il est arrivé au près de lui. Ils se sont embrassés et ensuite j’ai vu qu’ils étaient devenu un seul homme. Et puis je n’ai plus revu. Mais j’entendais une voix qui me parlait. Et voici en partie ce qu’elle m’a dit cette nuit là :

-Nous savons tous ce que c’est vivre. La vie est toujours et partout, chez les hommes comme chez les animaux, gouvernée par le principe de satisfaction. Elle est donc née dès le moment où au sein du monde est apparue la rupture d’un équilibre, la séparation, la sensation ou la conscience d’un manque, d’une absence, d’un déséquilibre et l’éveil ou l’activation d’une volonté ou d’un instinct de recherche pour une sortie de crise. C’est ce qu’enseigne ce sage de l’antiquité grecque qui s’appelait Claparède puisque pour lui, tout mouvement est le signe d’une insatisfaction et d’une perturbation et la recherche d’un nouvel équilibre dans le monde. Si donc la vie est la recherche de la satisfaction, alors la mort peut être interprétée comme le moment de la satisfaction ultime, la rencontre avec soi-même, en tant que le bien ultime de chaque vie c’est elle-même et telle qu’elle a voulu toujours être. Tu vis selon certains de tes maîtres parmi les modernes, selon ton monde, ou encore selon les conditions matérielles et sociales et culturelles et politiques et économiques de ton monde. Ta conscience n’est pas l’auteur de ton monde mais bien ton monde matériel qui est l’entreprise qui fabrique ta conscience et ta manière de vivre. Comme ton monde est celui de la contradiction au sein de la nature et surtout parmi les hommes, d’autres t’enseigne qu’il n’existe pas un monde matériel et encore moins un monde social contre lequel ta conscience ne saurait prendre sa liberté user de tous ses pouvoirs et de ses droits mais aussi de ses responsabilité d’innovateur, de créateur, de perturbateur. L’officier d’état civil a dit que par cette mort dont tu es le témoin oculaire, j’ai vécu 99 ans. Tu peux multiplier cet âge par autant de fois que tu voudras sans nécessairement atteindre mon âge réel en tant qu’âme au sein de ce monde.

Je ne sais pas te dire comment tu devrais vivre et comment tu devrais mourir, mais je sais maintenant que quelque que puisse être le chemin que tu prendras, tu ne cherches qu’à aller vers toi-même, qu’à t’atteindre toi-même pour l’éternité. Pour nous autres il faut vivre de telle sorte qu’en mourant tu sois face à toi-même.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...