On a appris avec tristesse, fin juin, que l’application de news mobile Circa allait cesser son activité. Circa s’est lancé en 2012 et proposait de consommer l’information différemment : on la consultait uniquement sur son téléphone mobile. A partir de là, l’information était découpée en petits résumés, ce qui permettait de remonter plus ou moins rapidement dans le flux d’information.

Quand Circa s’est lancé, c’était une grande première. Il y avait très peu de médias qui faisaient de l’information adaptée au mobiles. Dans son sillage, on avait vu fleurir les applications de grignotage - façon Summly / Yahoo News Digest - la sélection éditoriale (curation) et les options pour s'abonner à certaines actualités (follow).

Cette belle aventure vient de s’arrêter. Son fondateur l’a annoncé sur un billet partagé sur Medium. La raison de cet arrêt est que Circa n’a pas trouvé les moyens de se financer et donc de continuer à offrir ses services. Ses fondateurs cherchent peut-être maintenant à revendre leur technologie. La fin précoce de Circa rappelle un peu le dessein du site d'information Gigaom. Il avait, pendant un temps, défriché le secteur des blogs d’information technologique. Faute de moyens financiers, il avait dû mettre fin à ses activités. On peut aussi rapprocher cela à la vente du pure player Re/code au groupe Vox Media, peu après son lancement. Il y a un problème de financement pour toutes ces belles startups des médias.

Le problème se pose aussi termes de modèle. Financé par des investisseurs comme une banale startup de la Silicon Valley, Circa était aussi une des entreprises média emblématiques de l'intérêt nouveau porté par le capital-risque au monde des médias d'information. On a cru, pendant un certain temps, que les investisseurs trouvaient très intéressant de financer plus d’information. On réalise peut-être aujourd’hui que, ce qui les intéresse avant tout, c’est les retours sur investissement. Le rythme d’une startup médias, qui prend plus de temps à s’installer qu’une application mobile de photo ou un réseau social, n’est donc pas compatible avec ce modèle de financement. Ce dernier veut voir de grands résultats au bout de deux ou trois ans.

Derrière cela, il y a un problème pour le secteur des médias dans son ensemble parce que Circa, Gigaom, Vox et consorts sont des acteurs qui peuvent expérimenter à la fois avec des formats média et avec des modèles économiques. D’autres grandes institutions des médias peuvent s’en inspirer. Que va-t-il donc se passer avec ces petites entreprises qui sont en train de fermer et de capituler? Comment s’organise-t-on dans les médias historiques pour imaginer notre avenir?

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Twitter : @M_C_B
News Concierge | Co-founder @getnod | 2013 @JSKStanford fellow | Correspondent @Le_Figaro @Atelier_Medias

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
Il y a 16 heures
Atelier des Médias - RFI via Facebook

🤖 Venez faire la connaissance du papa de Flint, Benoit Raphael, l'éleveur de…

ziad maalouf posted a blog post
Dans le cadre de notre série de notre série consacrée au Festival International de photojournalisme…
Lundi
Atelier des Médias - RFI via Facebook

Plus...